Séminaire du 7 mai : Reprise et Révolution, avec Annabela Tournon

7 mai 2015

INHA, salle Fabri de Peiresc

10h – 12h

 

Reprise et révolution.

La récupération d’une iconographie nationale dans le travail des artistes des grupos (Mexique, années 1970)

IMG_2458

Annabela Tournon

Cette intervention propose de comprendre les modalités de la reprise d’une iconographie nationale et révolutionnaire dans le travail des artistes des grupos, à la fin des années 1970 au Mexique.

Cette réappropriation des symboles nationaux n’allait pas de soi, si on prend en compte le rejet initial, par cette génération d’artistes, des symboles et des idéaux accaparés par le Parti Révolutionnaire Institutionnel, issu de la Révolution de 1910.

Pour la comprendre, nous tenterons de voir dans quelle mesure ont pu peser les trois événements suivants, qui seront autant d’hypothèses : le mouvement universitaire de 1968, la lutte pour les droits civiques aux Etats-Unis, et la Révolution sandiniste dont les grupos ont été les contemporains, en 1979.

Notons que la question de la reprise d’une iconographie nationale élaborée par les artistes de la période postrévolutionnaire, notamment muralistes, rencontre inévitablement celle de la néo-avant-garde. Question largement débattue en histoire de l’art, quoique souvent restreinte à ses terrains européens et nord-américains.

C’est donc aussi à ce dossier que peut contribuer la question, sinon du retour de la révolution, du moins de sa reprise, plastique et discursive, dans les années 1970 au Mexique.

Annabela Tournon prépare actuellement un doctorat en histoire de l’art (EHESS/CEHTA) consacré aux grupos : artistes, militants, enseignants et théoriciens, actifs dans les années 1970 au Mexique.

Elle codirige avec Mauricio Marcín la revue bilingue TADA, et mène divers projets curatoriaux en France et au Mexique. Elle est chargée de cours en histoire de l’art à l’université Paris 1.

 

Entrée libre


Une réflexion au sujet de « Séminaire du 7 mai : Reprise et Révolution, avec Annabela Tournon »

  1. Ma. del Carmen Hernandez Amezcua

    Je trouve juste et intéressant le fait de se pencher sur ce période dans l’histoire de l’art au Mexique. Période qui a été longtemps mis dans l’ombre.
    Juste à titre d’information, le Musée Universitaire d’Art Contemporaine (MUAC) à Mexico, propose actuellement une révision du travail produit par « Grupo Proceso Pentagono ».
    Cordialement Carmen Hernandez Amezcua.
    27 sept 2015

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *