Archives de catégorie : Signalements

extrait ou citation de contenu en ligne avec renvoi vers la source, communiqués, annonces diverses hors agenda

Théories

aller directement au numéro

Editorial

Giuseppe Di Liberti

Intituler le premier dossier d’une revue dédiée à la réflexion sur les images “Théories” peut sembler à première vue, si ce n’est prétentieux, du moins un peu “flou”. Ce titre correspond en réalité à une exigence constitutive d’Images re-vues : la nécessité d’une réflexion méthodologique sur des approches disciplinaires différentes et sur des concepts et des modèles qui caractérisent le débat actuel sur l’image. Lors des deux journées de présentation des travaux des doctorants du CEHTA en février 2005 – dont une sélection est publiée dans ce premier numéro – celle-ci est apparue comme le fil conducteur le plus évident. Le dossier, à travers les six articles qui le composent, vise à présenter différentes approches pertinentes de la production des images. Les questions soulevées par ces articles, très ponctuelles dans le choix de territoires explorés, concernent l’ensemble des processus d’identification des pratiques artistiques et de la réflexion théorique autour de ces pratiques. Tous ces articles participent au projet de la revue en ce qu’ils témoignent d’une recherche qui se construit en repensant des repères scientifiques. Cette recherche coïncide avec la recherche de sens et d’identité de notre travail. (lire la suite)

L’histoire de l’art depuis Walter Benjamin

Actes du colloque international organisé par l’EHESS-CEHTA et l’INHA sous la direction scientifique de Giovanni Careri et de Georges Didi-Huberman à l’INHA, le 5 et 6 décembre 2008.

Editorial

Giuliana Ravviso

Walter Benjamin (1892-1940) est depuis longtemps reconnu comme l’une des figures majeures de la réflexion philosophique, historique et littéraire.
La philosophie de l’art est, avec la philosophie du langage et la philosophie de l’histoire, l’un de trois grands thèmes qui traversent l’œuvre de Benjamin.
Son oeuvre constitue un tournant fondamental pour les sciences humaines et des notions telles que l’aura, l’image dialectique, l’anachronisme, le montage, la « lisibilité » ou la reproductibilité technique sont désormais des acquis dans le domaine de la recherche.
Ce penseur inclassable n’a pas seulement proposé de nouveaux modèles d’historicité mais aussi des nouvelles façons de regarder et interpréter les oeuvres de la culture et de l’art : du drame baroque à la photographie et au cinéma des années 1930, de la poésie romantique à l’architecture urbaine, du roman moderne au théâtre expérimental.
Flâneur érudit, il a résisté au temps grâce à l’immense qualité littéraire des ses écrits et à son sens aigu des enjeux théoriques de l’époque.
Tour à tour philosophe, anthropologue, théoricien de la littérature et de l’art, historien, sociologue, il reste donc un auteur « absolument moderne » qui s’intéresse sans cesse à des nouveaux objets d’étude, qui découvre des nouvelles problématiques, à la recherche de nouvelles clés pour comprendre son temps. lire la suite

parution du numero 10 Inactualite de l'ornement

SOMMAIRE

Editorial

Deux ans ont été nécessaires à la préparation de ce numéro. Sans doute parce que, parmi les de plus en plus nombreuses publications sur l’ornement qui paraissent depuis quelques temps, l’approche retenue ici, une approche conceptuelle, est tracée sur un chemin de crête étroit. D’un côté on voulait éviter le vaste domaine des arts décoratifs et surtout l’approche stylistique qui y règne ; de l’autre, il fallait aussi éviter de rabattre l’ornement sur des questions iconographiques ou rhétoriques, où sa performativité spécifique est absorbée et diluée. Enfin, on voulait tenter de couvrir une longue durée, un large panel géographique, de façon à poser les bases d’une histoire ornementale de l’art, dont les conséquences épistémologiques, méthodologiques et esthétiques seraient profondes. Bien sûr, un numéro n’y suffit pas, notre histoire ornementale a des lacunes et nous regrettons l’absence d’un certain nombre d’auteurs dont les écrits sur l’ornement nous ont accompagnés mais qui, pour une raison ou une autre, n’ont pu se joindre à nous sur la route d’Images Re-vues. Mais notre compagnie, hétéroclite quant à l’expérience de ses membres et aux domaines de recherche, véritable patchwork – Jean-Claude Bonne, Lizzie Boubli, Massimo Carboni, Guillaume Désanges, Jean-Baptiste Eczet, Laurent Koetz, Bertrand Prévost, Estelle Thibault, Ariane Varela Braga – fournit déjà une cartographie détaillée des principaux territoires de l’ornementalité. Continuer la lecture

seminaire du 16 novembre : les Maitres du Desordre et Intense Proximite

SEMINAIRE IMAGES RE-VUES DU 16 NOVEMBRE

Dans le cadre du premier séminaire Images Re-vues de l’année 2012-13, entre deux séries de conférences autour des dossiers sur l’ornement (passé) et sur les catégories (à venir), sera proposée une réflexion issue d’un questionnement plus ponctuel émis lors d’une réunion du comité de rédaction. Il s’agît de comparer les propos de deux expositions importantes en 2012, tout au moins par leurs tailles, où interfèrent art contemporain et ethnographie: Intense Proximité qui a eu lieu au Palais de Tokyo et Les Maitres du désordre qui a pris place au quai Branly. Comment se croisent deux projets quasi symétriques: d’une part une exposition de l’art actuel depuis des questions qui relèvent d’une ethnographie des contradictions du monde globalisé, de l’autre une compréhension des objets de l’ethnographie depuis les qualités esthétique des productions artistiques. Continuer la lecture

Parution du hors-serie numero 3 : Iter et locus

Nous avons le plaisir de vous annoncer la parution du hors-série n°3 d’Images Re-vues :

« Iter » et « locus« . Lieu rituel et agencement du décor sculpté dans les églises romanes d’Auvergne

par Jérôme Baschet, Jean-Claude Bonne et Pierre-Olivier Dittmar


Images re-vues accueille, dans le format d’un hors-série, ce qui est en fait un ouvrage, dû à trois auteurs et composé de six chapitres.

Continuer la lecture

Parution du numero 9 : Parente en images

General Idea, Ménage à trois, 1978

Nous avons le grand plaisir de vous annoncer la parution du dernier numéro d’Images re-vues, intitulé « Parenté en images », sous la direction de Chloé Maillet. Continuer la lecture

Parution du dernier numéro d'Images Re-vues Figurer les invisibles

Figurer les invisibles, le n° 8 d’Images Re-vues

sous la direction d’Emmanuel de Vienne et Sophie Moiroux

Editorial, par Emmanuel de Vienne et Sophie Moiroux

À l’heure où l’anthropologie et l’histoire de l’art se retrouvent sur la question des images pour répudier le paradigme de la signification et de la représentation mimétique, il n’est pas inutile de reposer la question, classique dans les deux disciplines, de la figuration de l’invisible. C’est en effet souvent parce que les images établissent un rapport complexe entre visible et invisible, et plus largement entre perçu et non perçu, qu’elles peuvent manifester certaines des propriétés qui leur sont aujourd’hui reconnues : agentivité (A. Gell), puissance, performance et efficacité (G. Bartholeyns et T. Golsenne), saillance et autorité (C. Severi). Ce dernier auteur en particulier accorde au rapport entre visible et invisible une place centrale, puisqu’il définit l’image « chimérique » comme incomplète et exigeant de ce fait du spectateur une projection visuelle qui s’efforce de la compléter ou de réduire son instabilité. On devine que dans ce champ renouvelé la figuration s’éloigne du figuratif, et que figurer l’invisible peut être très différent de le rendre visible. Continuer la lecture

Le nouveau site d'Images re-vues

Le comité de rédaction d’Images re-vues est heureux de vous présenter le nouveau site de la revue : http://imagesrevues.revues.org/

Images re-vues est maintenant intégrée au portail de revues scientifiques revues.org, bien connu des chercheurs en sciences humaines et sociales. Combinant une grande exigence de qualité de la recherche, une excellente visibilité et une interface simple et agréable, l’offre proposée par revues.org permettra à Images re-vues de devenir une référence incontournable dans le domaine francophone de l’histoire, de la théorie et de l’anthropologie de l’art. Continuer la lecture

Publication des Actes du colloque "L'histoire de l'art depuis Walter Benjamin"

Images re-vues annonce la publication de son nouveau hors-série L’histoire de l’art depuis Walter Benjamin, Actes du colloque international organisé par l’EHESS-CEHTA et l’INHA sous la direction scientifique de Giovanni Careri et de Georges Didi-Huberman à l’INHA, le 5 et 6 décembre 2008.

Editorial de Giuliana Ravviso.

Avec les textes de Georges Didi-Huberman, Sigrid Weigel, Giovanni Careri, Xavier Vert, Jean-Louis Déotte, André Gunthert, Muriel Pic, Bernardg Rüdiger.

accéder aux Actes du colloque

Inactualité de l'ornement

Dossier du numéro 11 : Inactualité de l’ornement
(Envoi des propositions : 1er septembre 2010 ou envoi des articles : 31 octobre 2010)

« Si l’ornement est un crime, alors je suis un criminel », a dit Wim Delvoye il y a une dizaine d’années. Il est loin aujourd’hui le temps où l’ornement était banni des arts d’avant-garde, celui d’Adolf Loos et de son fameux essai « Ornement et crime » de 1908, celui de Kandinsky qui évoquait les dangers décoratifs dans lesquels pouvait tomber la peinture abstraite. Un des effets du postmodernisme aura sans doute consisté à réconcilier les arts et l’ornement, le superficiel, l’apparence, le kitch. Il a pu permettre aussi de revaloriser les mouvements artistiques historiques ou exotiques caractérisés par leur profonde ornementalité (l’art roman, le baroque, la parure océanienne, l’art islamique). On peut énoncer quelques raisons à ce changement radical. D’abord une volonté de rupture avec le diktat moderniste de la forme pure – avec Greenberg pour tout dire ; mais, plus philosophiquement, le rejet du règne de l’essence au profit de l’apparence – le regain d’intérêt pour Nietzsche en est le symptôme. Ensuite une forme d’abandon des utopies avant-gardistes (comme des utopies tout court), des arrières-mondes (pour rester avec Nietzsche) et un certain épicurisme, un vitalisme, qui parfois se concrétise en simple acceptation cynique de la société de consommation. Enfin une ouverture aux autres cultures, à l’époque de la décolonisation et du Lévi-Strauss de Race et histoire, où l’ornement occupait depuis longtemps la place réservée à l’art dans la civilisation occidentale. En fin de compte le postmodernisme ne pourrait-il pas se définir tout simplement comme le triomphe de l’ornement ? Sommes-nous toujours dans ce régime ? L’ornement règne-t-il en maître, pour le meilleur et pour le pire, dans le monde d’aujourd’hui ? Ce numéro a pour fin première de questionner l’inactualité de l’ornement, au sens nietzschéen, c’est-à-dire d’interroger son rôle dans les relations entre histoire et devenir, représentation et production – mais aussi au sens courant, c’est-à-dire d’interroger l’histoire et la théorie de l’art ancien ou les objets visuels extra-occidentaux, afin de mieux cerner, par le détour de l’histoire et de l’anthropologie, la puissance que nous attribuons à l’ornement. Il a pour but second de revisiter l’histoire du modernisme et du postmodernisme par le prisme ornemental. Il a pour ambition ultime de diagnostiquer le rapport du contemporain à l’ornement : dans le monde artistique, la société, la philosophie – en croisant les données recueillies par des chercheurs en histoire de l’art et en esthétique, en sociologie et en anthropologie, en philosophie et en économie, etc. Les propositions d’articles ne devront pas comporter moins de 1000 mots ; les articles ne devront pas dépasser 95000 signes.

Coordination du numéro : Thomas Golsenne

thomas.golsenne@free.fr

Parenté en images

dossier du numero 10 : Parenté en images.
(envoi des articles avant le 15 septembre 2010)

« La parenté, c’est un procédé taxinomique qui porte sur l’humain, et qui trie entre nos ‘semblables’ et les autres dans l’ensemble des individus qui sont réellement ou putativement liés entre eux par la naissance ou par le mariage.Mais ce, sans jamais que l’identité commune qu’elle postule résulte immédiatement de la filiation, de la consanguinité ou de l’alliance » (Laurent Barry, La parenté, 2008). Familles recomposées, transformation de l’alliance matrimoniale en lien temporaire, et gestation pour autrui : les modifications qui se sont opérées au sein des liens de parenté à la fin du XXe et au début du XXIe siècle nous ont amenés à réviser nos définitions de ce qu’était la parenté. Dans ce contexte de bouleversement, en quoi les images peuvent penser la représentation, voire la constitution d’un système ou d’un lien de parenté particulier ? Est-ce que les images donnent à voir la différence entre parenté biologique et parenté sociale ? En regard, l’étude des images utilise abondamment depuis longtemps la métaphore de la parenté comme outil d’analyse. On parle d’images apparentées, de filiation dans une série d’images. Que signifie la définition en termes de parenté la relation entre plusieurs images ? Ne s’agit-il que d’une certaine définition de la ressemblance ? Peut-on définir ce que cet usage apporte à la définition de la parenté ? L’enjeu de ce numéro serait de confronter les approches anthropologiques, sociologiques, historiques, pour tenter de comprendre les images de la parenté mais aussi la parenté des images. Pluridisciplinaire et ouvert à toutes les périodes historiques, et aires géographiques, il privilégiera les dossiers qui invitent à repenser de manière critique la définition de la parenté. La description des images-sœurs, l’analyse de la filiation entre les images et leurs auteurs, devront être traitées de manière à proposer une véritable définition de ce que l’on entend alors par « parenté ». Enfin, une attention particulière sera prêtée à la manière dont peuvent être figurées les formes de parenté les plus singulières (liens de parenté inversés, réprouvés ou refoulés) mais aussi les pseudo-parentés, la parenté spirituelle, ou fondée sur les pratiques de soin et de partage alimentaire, etc. « Comment n’aurait-il pas été mien, lui qui fut mon frère par le sang, mon fils par la profession religieuse, mon père par la sollicitude, mon compagnon par l’accord de nos esprits, mon intime par l’affection ? » (Bernard de Clairvaux, Sermons sur le Cantique).

Coordination du numéro : Chloé Maillet

chloemaillet@yahoo.com

Figurer les invisibles

Dossier du numéro 9 : Figurer les invisibles

(Envoi des articles avant le 31 mars 2010)

« L’art ne reproduit pas le visible : il rend visible ». Cette phrase de P. Klee (dans « le Credo du créateur »), devenue depuis sujet classique de philosophie esthétique, conserve toute sa fécondité si l’on dépasse la seule tradition de l’histoire de l’art occidental. Cette dimension élémentaire de l’œuvre – non pas seulement qu’elle soit visible, ou plus largement perceptible, mais qu’elle rende perceptible ce qui avant ne l’était pas ou l’était difficilement – peut se révéler essentielle dans le contexte d’une relation entre les hommes et les autres catégories d’êtres (dieux, esprits, fantômes, animaux, ancêtres, etc.) qui peuplent le monde. La « figuration » est ici entendue au sens que lui donne P. Descola d’« opération universelle au moyen de laquelle un objet matériel quelconque est investi de façon ostensible d’une « agence » (au sens de l’anglais agency) socialement définie suite à une action de façonnage, d’aménagement, d’ornementation ou de mise en situation ». Simplement, au lieu d’analyser comme cet auteur en quoi la modalité figurative adoptée par une société renseigne sur son ontologie, on s’intéressera à ce qu’implique l’acte de figurer pour une relation avec les invisibles. L’interdit sur la représentation divine dans les trois monothéismes est l’exemple classique que cet acte n’est jamais neutre. En Amazonie, il est fréquent que la guérison passe par l’identification et l’ostentation de l’esprit responsable de la maladie lors de fêtes des masques. La rencontre d’un esprit arutam, essentielle à l’accomplissement d’une vie d’homme chez les Indiens Jivaro, se signale ensuite par des peintures faciales. Quelles sont donc les motivations qui président à la figuration des êtres invisibles ? Une attention particulière sera prêtée aux contextes de production et d’usage des objets. Qui produit et pour qui ? Quels procédés sont-ils employés, et sont-ils fixes ? Quelle relation y a-t-il entre l’être figuré et la technique et la forme de sa représentation ? L’effet d’agence est-il toujours induit par un rapport iconique entre l’objet et son prototype ? Quelle part est-elle laissée à l’imagination, aux images mentales du producteur et du spectateur ? Enfin la façon dont ces objets sont utilisés – notamment lors des rituels – influe-t-elle sur leur appréhension sensible ?

Coordination du numéro : Sophie Moiroux et Emmanuel de Vienne

sophie_m_m@yahoo.fr emmanueldevienne@googlemail.com