Archives mensuelles : janvier 2013

seminaire du 25 janvier avec Ambre Vilain-de-Bruyne

Vous êtes invités au prochain séminaire d’Images Re-vues le 25 janvier 2013 :

Ambre Vilain-de-Bruyne

Matrices de sceaux du Moyen Âge : entre destruction et conservation

Ambre VILAIN-DE BRUYNE est docteur en histoire de l’art médiéval. Chercheur invité au Département des Monnaies, Médailles et Antiques de la Bibliothèque nationale de France de 2009 à 2012, elle a en charge la publication du catalogue des matrices de sceaux de cette institution. Médiéviste et sigillographe, Ambre Vilain De Bruyne est spécialiste de l’histoire de la représentation des villes médiévales. Elle a en outre assuré le co-commissariat de l’exposition « Empreintes et matrices, les sceaux du patrimoine historique et artistique du Nord, XIIe-XVIIIe siècle » (Lille, Palais des Beaux-Arts, 2008). Elle est actuellement pensionnaire à L’Institut national d’histoire de l’art pour les domaines de l’art médiéval et de l’architecture et chercheur associé au projet ICAVS sur la domestication des images dirigé par P.-O. Dittmar et G. Bartholeyns.

INHA, 2 rue Vivienne – 75002 Paris

Premier étage, salle du CEHTA

de 16h à 18h

entrée libre

parution du numero 10 Inactualite de l'ornement

SOMMAIRE

Editorial

Deux ans ont été nécessaires à la préparation de ce numéro. Sans doute parce que, parmi les de plus en plus nombreuses publications sur l’ornement qui paraissent depuis quelques temps, l’approche retenue ici, une approche conceptuelle, est tracée sur un chemin de crête étroit. D’un côté on voulait éviter le vaste domaine des arts décoratifs et surtout l’approche stylistique qui y règne ; de l’autre, il fallait aussi éviter de rabattre l’ornement sur des questions iconographiques ou rhétoriques, où sa performativité spécifique est absorbée et diluée. Enfin, on voulait tenter de couvrir une longue durée, un large panel géographique, de façon à poser les bases d’une histoire ornementale de l’art, dont les conséquences épistémologiques, méthodologiques et esthétiques seraient profondes. Bien sûr, un numéro n’y suffit pas, notre histoire ornementale a des lacunes et nous regrettons l’absence d’un certain nombre d’auteurs dont les écrits sur l’ornement nous ont accompagnés mais qui, pour une raison ou une autre, n’ont pu se joindre à nous sur la route d’Images Re-vues. Mais notre compagnie, hétéroclite quant à l’expérience de ses membres et aux domaines de recherche, véritable patchwork – Jean-Claude Bonne, Lizzie Boubli, Massimo Carboni, Guillaume Désanges, Jean-Baptiste Eczet, Laurent Koetz, Bertrand Prévost, Estelle Thibault, Ariane Varela Braga – fournit déjà une cartographie détaillée des principaux territoires de l’ornementalité. Continuer la lecture