Archives mensuelles : janvier 2015

Séminaire : On ne rit plus. Iconoclasme et religion

Séance exceptionnelle

On ne rit plus : iconoclasme et religion

Briser les images en Occident et en Orient : approches historico-anthropologiques

 

5 février 2015, INHA, salle Fabri de Pereisc, 10h-12h

 

Table ronde et discussion avec la participation de Hassan Elboudrari (EHESS), Pierre-Olivier Dittmar (EHESS), Chloé Maillet (ESACM), Tania Vladova (ESADHaR)

 

Illustration-5

Une scène du mi‘râj, « l’ascension céleste » de Muhammad. Sur le dos de sa monture ailée, le prophète rencontre lors de sa traversée des sept ciels un ange en forme de coq. Manuscrit produit à Hérat, XVe siècle (Paris, BnF, Manuscrits orientaux, Supplément turc 190, fol. 11), citée par Vanessa Van Reterghem (http://ifpo.hypotheses.org/4445)

640px-Irenekirken

Eglise Sainte Irene (Istanbul). Un des rares exemples conservés de mosaïques absidales datant de la période iconoclaste de l’Empire Byzantin (717-741)

 

Hassan Elboudrari est maître de conférences à l’EHESS, anthropologue et historien, membre du CHSIM (Centre d’histoire sociale de l’Islam méditerranéen, composante de l’IMAF, EHESS-CNRS-Paris 1-Aix Marseille). Il anime depuis de nombreuses années un séminaire d’enseignement et de recherche, intitulé « Anthropologie historique des pratiques religieuses dans l’Islam méditerranéen », dont le thème général de recherche, depuis la dernière rentrée, est l' »analyse historique et critique des normes d’élaboration du « droit musulman ». Parmi ses publications, on lui doit notamment la direction de Modes de transmission de la culture religieuse en Islam, Le Caire, 1993 et de la Coordination et présentation du dossier Normes juridiques et pratiques sociales dans le monde musulman, in Annales Islamologiques, vol. 29, octobre 1993 et de nombreux articles sur la culture islamique au Maghreb.

 

Pierre-Olivier Dittmar est maître de conférences à l’EHESS et membre du GAHOM (Groupe d’anthropologie historique de l’Occident médiéval). Il a notamment publié Image et Transgression au Moyen Âge (avec G. Bartholeyns et V. Jolivet), Paris, PUF, 2008 et Le monde Roman par delà le bien et le mal. Un iconographie du lieu sacré (en collaboration avec J. Baschet et J.-C. Bonne), Paris, Arkhé, 2012. Il est rédacteur en chef adjoint de Techniques & Culture et anime avec Frédéric Joulian le séminaire « Animalités croisées, animalités partagées » et a coordonné le numéro 6 d’Images re-vues sur le Devenir-animal.

 

Chloé Maillet est docteure en anthropologie médiévale. Elle a publié sa thèse (dirigée par J.-C. Schmitt, EHESS/GAHOM) : La parenté hagiographique (XIIIe-XVe siècle) d’après Jacques de Voragine et les manuscrits enluminés de la Légende dorée, Turnoult, Brepols, 2014. Elle a publié de nombreux articles sur les questions de parenté et de religion dans la société médiévale et mène parallèlement une carrière d’artiste. Elle est membre du comité de rédaction d’Images re-vues dont elle a coordonné le numéro 9 sur la Parenté en images. Elle est membre de la Coopérative de recherche de l’Ecole Supérieure d’Art de Clermont-Ferrand pour l’année 2014-2015 et mène actuellement une recherche sur le travestissement au Moyen Âge.

 

Tania Vladova est docteur de l’EHESS et membre du CRAL (Centre de recherche sur les arts et le langage) et travaille dans le domaine de la théorie de l’art à l’époque moderne. Elle enseigne l’esthétique à l’Ecole Supérieure d’Art & Design Le Havre/Rouen et anime, avec Jacques Leenhardt, un séminaire à l’EHESS intitulé Les années 60-70 en France: un tournant dans la pensée des sciences humaines? Elle est co-fondateur et membre du comité de rédaction d’Images re-vues dont elle a coordonné le numéro 7 sur les Paysages sonores, et membre du comité de lecture de la revue Critique d’art. Elle a co-édité, avec A. Beyer et D. Cohn, le volume Esthétique et science de l’art (Trivium n°6, 2010) et a rédigé plusieurs entrées du Dictionnaire d’esthétique et de philosophie de l’art (dr. J. Morizot et R. Pouivet, Paris, Armand Colin, 2007).

 

Dans le cadre du « Séminaire de crise : images, art, politique » d’Images re-vues coordonné par Thomas Golsenne et Chloé Maillet.

 

Entrée libre

Séminaire d’Images Re-vues : Activismes ? (8 janvier 2015)

 Activismes ? Regards croisés amérindiens sur les relations entre art et politique

8 Janvier 2015, INHA, salle Fabri de Pereisc, 9h30-12h

huichaqueo 

Ana Guevara, 

Francisco Huichaqueo : film/performance politique Mapuche (Chili)

Francisco Huichaqueo (1977, Valdivia, Chili) a réalisé en 2012 le film Kalül Trawün / Réunion du corps, dans le cadre d’une performance effectuée dans une salle d’exposition à l’intérieur d’un centre commercial de la capitale chilienne. Cet artiste qui se présente comme « peignant avec sa caméra » est d’origine Mapuche et diplômé des beaux-Arts de l’Université du Chili, il a également fait des études de cinéma documentaire. Par ses œuvres artistiques, il revendique l’identité et les traditions mapuche ainsi que les tensions de ce peuple face à un modèle de développement qu’une grande partie des amérindiens remettent en question.

Francisco Huichaqueo se met parfois lui-même en scène et est présent sur les réseaux sociaux pour la diffusion de ses œuvres.  Grâce à ses nouvelles formes d’expression politique, la lutte Mapuche s’est élargie dans sa palette à d’autres milieux/publics avec une portée internationale naissante.

Suite à la présentation de quelques extraits de ce film, on mettra en lumière le contexte actuel des Mapuche pour le mettre en relation avec l’engagement artistique et politique de Huichaqueo.

Voir le film : http://vimeo.com/65182732

Ana Guevara est anthropologue d’origine argentine et chilienne (Laboratoire d’Anthropologie Sociale, Paris). Elle achève actuellement sa thèse portant sur la mémoire et les transformations du paysage chez les Mapuche en Patagonie nord (deux côtés de la Cordillère). Une partie de sa thèse est consacrée à la relation entre les artefacts, production matérielle, à partir du rituel le plus important (Nguillatun) considéré comme porte d’entrée à la riche tradition Mapuche. Elle étudie également les différentes formes d’expression politique face aux atteintes portées à l’environnement et leur déformation du paysage (déforestation brutale, pollution des zones de pêche, développement de projets touristiques…).  Récemment elle a commencé à s’intéresser aux manifestations artistiques des revendications du peuple Mapuche.

Image : photogramme de Kalül Trawün (2012)

 

 Durham

Sophie Moiroux, 

Jimmie Durham : l’art peut-il être (in)directement politique ?

 Artiste contemporain (né en 1940 dans l’Arkansas, d’une famille Cherokee), Jimmie Durham a réalisé ses premières expositions à la fin des années 1960, acquérant par ailleurs un diplôme des Beaux-Arts. Il s’est dédié à l’action politique au moment de la crise de Wounded Knee (Dakota du Sud) en 1973, devenant membre de l’American Indian Movement puis représentant du Conseil International des Traités Indiens à l’ONU. En 1980 il se consacre à nouveau à l’art, puis quitte définitivement les Etats-Unis, et s’installe en « Eurasie » en 1994 (il vit aujourd’hui à Naples et Berlin). Son œuvre – sculptures, installations, performances, poésie, textes – est notamment reconnue exprimer un certain engagement politique, sans pour autant, souligne-t-il, être « directement politique ». En regardant quelques exemples d’œuvres, on proposera dans cette présentation quelques réflexions sur les relations entre art et politique dans le travail de Durham, en évoquant les ‘images’ convoquées, sa pratique et ses discours, ainsi que ses visées.

Sophie Moiroux est anthropologue (Laboratoire d’Anthropologie Sociale, Paris). Elle a consacré sa thèse à l’œuvre de Jimmie Durham (L’objet-frontière. Art contemporain, conflits culturels et jeux d’ontologies, 2011), puis son postdoctorat au peintre Amati Trumai (Haut-Xingu, Amazonie brésilienne). Au sujet de l’œuvre de Durham elle a publié notamment « ‘Devemos imaginar a antropologia antropologicamente’ Entrevista com Jimmie Durham », Revista de Antropologia (São Paulo) 56(2) (2013) et « Dé-voiler les objets : la ‘normalité’ exposée dans les installations muséales de Jimmie Durham », Anthropologie et Sociétés (Laval) (2015). Elle mène ses recherches actuelles sur des artistes amérindiens contemporains, leurs œuvres et leurs relations à différentes formes d’‘activismes politiques.

Image : photographie de la performance de Jimmie Durham Building a Nation à Matt’s Gallery, Londres, 2006 (photo : S. Moiroux)

 

Dans le cadre du « Séminaire de crise : images, politique », Images re-vues, coordonné par Thomas Golsenne et Chloé Maillet

Théories

aller directement au numéro

Editorial

Giuseppe Di Liberti

Intituler le premier dossier d’une revue dédiée à la réflexion sur les images “Théories” peut sembler à première vue, si ce n’est prétentieux, du moins un peu “flou”. Ce titre correspond en réalité à une exigence constitutive d’Images re-vues : la nécessité d’une réflexion méthodologique sur des approches disciplinaires différentes et sur des concepts et des modèles qui caractérisent le débat actuel sur l’image. Lors des deux journées de présentation des travaux des doctorants du CEHTA en février 2005 – dont une sélection est publiée dans ce premier numéro – celle-ci est apparue comme le fil conducteur le plus évident. Le dossier, à travers les six articles qui le composent, vise à présenter différentes approches pertinentes de la production des images. Les questions soulevées par ces articles, très ponctuelles dans le choix de territoires explorés, concernent l’ensemble des processus d’identification des pratiques artistiques et de la réflexion théorique autour de ces pratiques. Tous ces articles participent au projet de la revue en ce qu’ils témoignent d’une recherche qui se construit en repensant des repères scientifiques. Cette recherche coïncide avec la recherche de sens et d’identité de notre travail. (lire la suite)

L’histoire de l’art depuis Walter Benjamin

Actes du colloque international organisé par l’EHESS-CEHTA et l’INHA sous la direction scientifique de Giovanni Careri et de Georges Didi-Huberman à l’INHA, le 5 et 6 décembre 2008.

Editorial

Giuliana Ravviso

Walter Benjamin (1892-1940) est depuis longtemps reconnu comme l’une des figures majeures de la réflexion philosophique, historique et littéraire.
La philosophie de l’art est, avec la philosophie du langage et la philosophie de l’histoire, l’un de trois grands thèmes qui traversent l’œuvre de Benjamin.
Son oeuvre constitue un tournant fondamental pour les sciences humaines et des notions telles que l’aura, l’image dialectique, l’anachronisme, le montage, la « lisibilité » ou la reproductibilité technique sont désormais des acquis dans le domaine de la recherche.
Ce penseur inclassable n’a pas seulement proposé de nouveaux modèles d’historicité mais aussi des nouvelles façons de regarder et interpréter les oeuvres de la culture et de l’art : du drame baroque à la photographie et au cinéma des années 1930, de la poésie romantique à l’architecture urbaine, du roman moderne au théâtre expérimental.
Flâneur érudit, il a résisté au temps grâce à l’immense qualité littéraire des ses écrits et à son sens aigu des enjeux théoriques de l’époque.
Tour à tour philosophe, anthropologue, théoricien de la littérature et de l’art, historien, sociologue, il reste donc un auteur « absolument moderne » qui s’intéresse sans cesse à des nouveaux objets d’étude, qui découvre des nouvelles problématiques, à la recherche de nouvelles clés pour comprendre son temps. lire la suite