Archives par étiquette : anthropologie

Séminaire d’Images Re-vues : Activismes ? (8 janvier 2015)

 Activismes ? Regards croisés amérindiens sur les relations entre art et politique

8 Janvier 2015, INHA, salle Fabri de Pereisc, 9h30-12h

huichaqueo 

Ana Guevara, 

Francisco Huichaqueo : film/performance politique Mapuche (Chili)

Francisco Huichaqueo (1977, Valdivia, Chili) a réalisé en 2012 le film Kalül Trawün / Réunion du corps, dans le cadre d’une performance effectuée dans une salle d’exposition à l’intérieur d’un centre commercial de la capitale chilienne. Cet artiste qui se présente comme « peignant avec sa caméra » est d’origine Mapuche et diplômé des beaux-Arts de l’Université du Chili, il a également fait des études de cinéma documentaire. Par ses œuvres artistiques, il revendique l’identité et les traditions mapuche ainsi que les tensions de ce peuple face à un modèle de développement qu’une grande partie des amérindiens remettent en question.

Francisco Huichaqueo se met parfois lui-même en scène et est présent sur les réseaux sociaux pour la diffusion de ses œuvres.  Grâce à ses nouvelles formes d’expression politique, la lutte Mapuche s’est élargie dans sa palette à d’autres milieux/publics avec une portée internationale naissante.

Suite à la présentation de quelques extraits de ce film, on mettra en lumière le contexte actuel des Mapuche pour le mettre en relation avec l’engagement artistique et politique de Huichaqueo.

Voir le film : http://vimeo.com/65182732

Ana Guevara est anthropologue d’origine argentine et chilienne (Laboratoire d’Anthropologie Sociale, Paris). Elle achève actuellement sa thèse portant sur la mémoire et les transformations du paysage chez les Mapuche en Patagonie nord (deux côtés de la Cordillère). Une partie de sa thèse est consacrée à la relation entre les artefacts, production matérielle, à partir du rituel le plus important (Nguillatun) considéré comme porte d’entrée à la riche tradition Mapuche. Elle étudie également les différentes formes d’expression politique face aux atteintes portées à l’environnement et leur déformation du paysage (déforestation brutale, pollution des zones de pêche, développement de projets touristiques…).  Récemment elle a commencé à s’intéresser aux manifestations artistiques des revendications du peuple Mapuche.

Image : photogramme de Kalül Trawün (2012)

 

 Durham

Sophie Moiroux, 

Jimmie Durham : l’art peut-il être (in)directement politique ?

 Artiste contemporain (né en 1940 dans l’Arkansas, d’une famille Cherokee), Jimmie Durham a réalisé ses premières expositions à la fin des années 1960, acquérant par ailleurs un diplôme des Beaux-Arts. Il s’est dédié à l’action politique au moment de la crise de Wounded Knee (Dakota du Sud) en 1973, devenant membre de l’American Indian Movement puis représentant du Conseil International des Traités Indiens à l’ONU. En 1980 il se consacre à nouveau à l’art, puis quitte définitivement les Etats-Unis, et s’installe en « Eurasie » en 1994 (il vit aujourd’hui à Naples et Berlin). Son œuvre – sculptures, installations, performances, poésie, textes – est notamment reconnue exprimer un certain engagement politique, sans pour autant, souligne-t-il, être « directement politique ». En regardant quelques exemples d’œuvres, on proposera dans cette présentation quelques réflexions sur les relations entre art et politique dans le travail de Durham, en évoquant les ‘images’ convoquées, sa pratique et ses discours, ainsi que ses visées.

Sophie Moiroux est anthropologue (Laboratoire d’Anthropologie Sociale, Paris). Elle a consacré sa thèse à l’œuvre de Jimmie Durham (L’objet-frontière. Art contemporain, conflits culturels et jeux d’ontologies, 2011), puis son postdoctorat au peintre Amati Trumai (Haut-Xingu, Amazonie brésilienne). Au sujet de l’œuvre de Durham elle a publié notamment « ‘Devemos imaginar a antropologia antropologicamente’ Entrevista com Jimmie Durham », Revista de Antropologia (São Paulo) 56(2) (2013) et « Dé-voiler les objets : la ‘normalité’ exposée dans les installations muséales de Jimmie Durham », Anthropologie et Sociétés (Laval) (2015). Elle mène ses recherches actuelles sur des artistes amérindiens contemporains, leurs œuvres et leurs relations à différentes formes d’‘activismes politiques.

Image : photographie de la performance de Jimmie Durham Building a Nation à Matt’s Gallery, Londres, 2006 (photo : S. Moiroux)

 

Dans le cadre du « Séminaire de crise : images, politique », Images re-vues, coordonné par Thomas Golsenne et Chloé Maillet

Parenté en images

dossier du numero 10 : Parenté en images.
(envoi des articles avant le 15 septembre 2010)

« La parenté, c’est un procédé taxinomique qui porte sur l’humain, et qui trie entre nos ‘semblables’ et les autres dans l’ensemble des individus qui sont réellement ou putativement liés entre eux par la naissance ou par le mariage.Mais ce, sans jamais que l’identité commune qu’elle postule résulte immédiatement de la filiation, de la consanguinité ou de l’alliance » (Laurent Barry, La parenté, 2008). Familles recomposées, transformation de l’alliance matrimoniale en lien temporaire, et gestation pour autrui : les modifications qui se sont opérées au sein des liens de parenté à la fin du XXe et au début du XXIe siècle nous ont amenés à réviser nos définitions de ce qu’était la parenté. Dans ce contexte de bouleversement, en quoi les images peuvent penser la représentation, voire la constitution d’un système ou d’un lien de parenté particulier ? Est-ce que les images donnent à voir la différence entre parenté biologique et parenté sociale ? En regard, l’étude des images utilise abondamment depuis longtemps la métaphore de la parenté comme outil d’analyse. On parle d’images apparentées, de filiation dans une série d’images. Que signifie la définition en termes de parenté la relation entre plusieurs images ? Ne s’agit-il que d’une certaine définition de la ressemblance ? Peut-on définir ce que cet usage apporte à la définition de la parenté ? L’enjeu de ce numéro serait de confronter les approches anthropologiques, sociologiques, historiques, pour tenter de comprendre les images de la parenté mais aussi la parenté des images. Pluridisciplinaire et ouvert à toutes les périodes historiques, et aires géographiques, il privilégiera les dossiers qui invitent à repenser de manière critique la définition de la parenté. La description des images-sœurs, l’analyse de la filiation entre les images et leurs auteurs, devront être traitées de manière à proposer une véritable définition de ce que l’on entend alors par « parenté ». Enfin, une attention particulière sera prêtée à la manière dont peuvent être figurées les formes de parenté les plus singulières (liens de parenté inversés, réprouvés ou refoulés) mais aussi les pseudo-parentés, la parenté spirituelle, ou fondée sur les pratiques de soin et de partage alimentaire, etc. « Comment n’aurait-il pas été mien, lui qui fut mon frère par le sang, mon fils par la profession religieuse, mon père par la sollicitude, mon compagnon par l’accord de nos esprits, mon intime par l’affection ? » (Bernard de Clairvaux, Sermons sur le Cantique).

Coordination du numéro : Chloé Maillet

chloemaillet@yahoo.com