Archives par étiquette : architecture

séminaire du 4 mai : regards croisés sur la polychromie, entre Antiquité et modernité

Images Re-vues est heureuse de vous inviter à son prochain séminaire :

Arnaud Dubois et Adeline Grand-Clément

 

« Colorier les idoles, habiller les murs.

Regards croisés sur la polychromie, entre Antiquité et modernité »

Jeudi 4 mai 2017

INHA, 2 rue Vivienne, 75002 Paris

Salle Walter Benjamin, 10h-12h. Entrée libre

Adeline Grand-Clément et Arnaud Dubois engageront une discussion comparatiste autour de la notion de « polychromie » et des pratiques qu’elle a recouvertes au cours de l’histoire, en faisant dialoguer leurs corpus d’étude, antique et contemporain. La première partie de l’échange portera sur le rapport entre peau et couleur dans la statuaire en marbre de la Grèce archaïque : pourquoi cette nécessité de « colorier les idoles » (formule empruntée à Quatremère de Quincy) ? La seconde partie concernera les pratiques de la couleur en architecture contemporaine, notamment celles de Patrick Bouchain, qui explique les raisons qui l’ont conduit à « habiller les murs ». Les deux dossiers invitent à réfléchir sur ce que la couleur fait aux surfaces, dans une perspective anthropologique.

Arnaud Dubois est docteur en anthropologie sociale de l’EHESS (2014) et diplômé des Beaux-arts de Paris (2008). Chercheur invité au musée du quai Branly en 2014, il est actuellement chargé de recherche au musée des Arts et Métiers et post-doctorant de la Fondation Fyssen à University College London (2016-2018). Depuis plusieurs années, il travaille sur les relations entre technique, esthétique et société. Il développe notamment un programme renouvelé d’anthropologie et d’histoire de l’art centré sur les pratiques de la couleur. Dans ce cadre, il a effectué un terrain au Centre Pompidou et débute une nouvelle recherche sur le pouvoir de la couleur en Papouasie-Nouvelle-Guinée. Il anime depuis cette année un séminaire de recherche au Musée des arts et métiers intitulé « anthrolologie des techniques du corps » et est le commissaire de l’exposition Les Meilleurs Ouvriers de France dans ce même musée.

Adeline Grand-Clément, agrégée d’Histoire, est maître de conférences en histoire grecque à l’Université Toulouse 2-Jean Jaurès et membre de l’Institut Universitaire de France. Elle appartient à l’équipe PLH-ERASME, qui travaille sur la réception de l’Antiquité. Son principal champ de recherche, qui concerne l’histoire culturelle et l’anthropologie des couleurs dans les sociétés anciennes, s’ouvre actuellement en direction de l’ensemble des registres sensoriels, en contexte rituel grec. C’est dans ce cadre qu’Adeline Grand-Clément dirige le programme de recherche comparatiste « Synaesthesia » (financé par l’Idex de l’Université fédérale de Toulouse), qui regroupe des spécialistes de l’Antiquité et des anthropologues. Elle a notamment publié La fabrique des couleurs (Éd. De Boccard, 2011) et participe à la préparation de l’exposition « Rituels grecs : une expérience sensible » qui débutera en novembre 2017 au Musée Saint-Raymond de Toulouse.

Dans le cadre du séminaire d’Images Re-vues : « objets, techniques, supports », organisé par Doina Craciun, Bénédicte Duvernay, Bérénice Gaillemin, Élise Lehoux, Vasso Zachari

http://imagesrevues.revues.org/

Séminaire du 6 avril : les annotations du Greco sur Vitruve

Images Re-vues a le plaisir de vous inviter à son prochain séminaire :

Maria Georgilaki

 « Les annotations du Greco sur Vitruve »

6 avril 2017

INHA, 2 rue Vivienne, 75002 Paris

Salle Walter Benjamin, 10h-12hEntrée libre

 

Natif de Crète, orthodoxe, peintre d’icônes de renom, citoyen vénitien, tolédan d’adoption et artiste des autorités étatiques espagnoles, ami d’intellectuels et de prélats contre-réformistes, le Greco est pourtant plus connu par les lieux communs du XIXe siècle (mysticisme, déraison, extravagance, etc.), très résistants aux découvertes des historiens. À sa mort, il possède une des plus grandes bibliothèques d’artiste ou d’amateur d’art connues du XVIe siècle. Ses manuscrits volumineux étant tous perdus, il ne nous reste de sa pensée que les annotations sur quelques-uns de ses livres.

Les apostilles du peintre sur Vitruve ont fourni les fragments les plus instructifs sur la théorie de la peinture du Greco. Mais trente ans après leur découverte, ses commentaires sont à peine dissociés du tempérament de l’artiste. Ses marginalia sur De architectura peuvent contribuer à une lecture plus large de la pratique du Greco et enrichir le regard sur la technique de la peinture d’affiliation vénitienne.

Maria Georgilaki est née à la Canée en Crète. Elle a étudié l’art et la théorie des médias (Communications Arts and Sciences) et la philosophie au Queens College à New York (Bachelor of Arts) en 1991. Sous la direction d’Hubert Damisch, à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales à Paris, elle a commencé une recherche sur les annotations du Greco. Elle a obtenu le Master (2014) de la même école sous la direction de Giovanni Careri, au Centre d’Histoire et de Théorie de l’Art, sur le thème des survivances des schémas byzantins dans les tableaux du Greco. Elle prépare actuellement une thèse sous sa direction, sur la notion d’espace chez le Greco, et écrit aussi sur des créations contemporaines. Elle partage son temps entre Paris et la Crète. Les projets déjà entrepris portent sur la survivance des formules prémodernes dans l’expérience contemporaine.

———————————–

 

Dans le cadre du séminaire d’Images Re-vues : « objets, techniques, supports », organisé par Doina Craciun, Bénédicte Duvernay, Bérénice Gaillemin, Élise Lehoux, Vasso Zachari

seminaire du 13 avril sur Les formes de l'ornementalite dans l'architecture contemporaine

Images Re-vues, n° 10 : Inactualité de l’ornement.

Séminaire 1

L’architecture a joué un rôle fondamental dans l’histoire de l’ornementalité. Dans le traité d’architecture de Vitruve, et surtout dans celui de Leon Battista Alberti (1452) se constituent les bases de la théorie occidentale de l’ornement, autour d’oppositions comme structure/revêtement, beauté naturelle/parure artificielle, et autour de la théorie des modes (ionique, dorique, corinthien…) qui fait du concept de convenance la charpente éthique de l’ornementalité à l’âge classique.

C’est aussi en architecture d’abord que le modernisme a défini un nouveau rapport de l’art à l’ornementalité, un rapport d’exclusion : chez Loos, chez Le Corbusier, chez van der Rohe (« Less is more, more is less »). Rapport étendu par la suite à toutes les formes d’expression artistique, de la poésie à la peinture, de la musique au design.

C’est enfin et toujours à partir de l’architecture que le postmodernisme a redécouvert le chemin de l’ornement, pour lui donner une signification tant formelle qu’historique, voire même politique.

Où en est-on aujourd’hui ? Quelles sont les attitudes des architectes envers l’ornementalité ? Quels sont les discours produits qui justifient l’usage ou l’absence de l’ornement dans l’art de bâtir contemporain ? Telles seront les questions abordées dans ce séminaire avec nos intervenants.

Estelle Thibault et Laurent Koetz, respectivement maître-assistante à l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Paris-Belleville et maître-assistant à l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Nancy viendront présenter les hypothèses qu’ils soutiennent dans leur article « Ornement architectural et expression constructive : concepts d’hier et débats d’aujourd’hui« , à paraître dans le n° 10 d’Images Re-vues.

Ils en débattront avec Hervé Bagot, architecte et photographe, ancien enseignant d’architecture, qui participe à l’exposition Ever Living Ornement (Vélizy, Micro Onde / Versailles, La Maréchalerie, du 5 avril au 1er juillet 2012).

Le prochain séminaire, le 12 mai, sera d’ailleurs l’occasion d’une présentation de cette exposition par Jeanne Quéheillard, son commissaire, et suivie d’une visite organisée dans les deux centres d’art.