Archives par étiquette : ethnographie

Séminaire du 2 mars : La notion d’iconographie implicite au prisme de la transe hallucinatoire grisi siknis chez les miskitos du Nicaragua

 Images Re-vues a le plaisir de vous inviter à son prochain séminaire :

Maddalena Canna

 

La notion d’iconographie implicite au prisme de la transe hallucinatoire grisi siknis chez les miskitos du Nicaragua

2 mars 2017

INHA, 2 rue Vivienne, 75002 Paris

salle Walter Benjamin

10h-12h

entrée libre

Grisi siknis, en miskito nicaraguayen « la maladie folle », est une famille de crises de transe hallucinatoire perçues comme une maladie contagieuse chez plusieurs populations de la Moskitia, entre le Honduras et le Nicaragua oriental. Une attaque de grisi siknis déclenche un comportement agressif/auto-agressif associé à une série d’hallucinations récurrentes. À cause de leur potentiel pathogène, les images visuelles associées aux attaques de grisi siknis sont rarement représentées. Elles constituent cependant un répertoire iconique cohérent et sophistiqué. Par une pratique ethnographique expérimentale, en demandant à une série d’affectés de dessiner sur papier ces apparitions, j’ai participé à la mise en évidence de cette tradition iconique de mémoire hallucinatoire. En m’interrogeant sur le statut de ces images, à la fois représentations, résidus somatiques et matrices imaginaires partagées, je propose la notion d’iconographie implicite pour rendre compte de ces traditions où un répertoire iconique figé est transmis en l’absence d’un support externe.

 

Maddalena Canna, anthropologue, est doctorante au Laboratoire d’Anthropologie Sociale (EHESS/Collège de France), Lauréate de la Fondation Martine Aublet du Musée du Quai Branly et membre de l’équipe interdisciplinaire ALIUS. Sa thèse porte sur l’iconographie implicite de la transe hallucinatoire grisi siknis. Après une année d’enquête ethnographique parmi les miskitos du Nicaragua, elle mène une recherche comparative et interdisciplinaire sur les modalités d’incarnation et de propagation de l’imaginaire et sur son interaction avec les états de conscience, avec un intérêt particulier pour les traditions visuelles.

Séminaire du 5 janvier : L’espace d’exposition comme écosystème

Pour sa rentrée 2017, Images re-vues a le plaisir de vous convier à la séance du séminaire du 5 janvier :

L’espace d’exposition comme écosystème :

Autour de l’analyse des pratiques de conservation préventive au musée

 

Tiziana Nicoletta Beltrame – LESC

conservation-preventive

Cette communication se base sur une enquête ethnographique de deux ans portant sur l’analyse des pratiques de conservation préventive des collections du musée du quai Branly (2014-2016). Ces pratiques contribuent à minimiser les risques de détérioration des objets des collections, tout en essayant de stabiliser la relation entre l’objet et son environnement. Nous observerons ici les modalités de stabilisation entre entités humaines et non-humaines qui cohabitent avec les œuvres à différentes échelles, de l’infrastructure (tel le dispositif de climatisation) à l’infra-mince (telle la poussière). De cette analyse, l’espace muséographique émergera comme écosystème et non comme contenant stable d’objets et de personnes à exposer. Nous verrons ainsi comment les pratiques de conservation préventive contribuent à la construction des temporalités des œuvres.

 

Tiziana Nicoletta Beltrame est docteure en ethnologie, associée au Laboratoire d’Ethnologie et de Sociologie Comparative de l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense.

 

Dans le cadre du séminaire d’Images re-vues « objets, techniques, supports».

INHA

salle Walter Benjamin 10h-12h

2 rue Vivienne 75002 Paris

visite de l'exposition Une legende peut en cacher une autre

Séminaire exceptionnel d’Images Re-vues hors les murs ce vendredi 27 janvier à 16 heures

Une légende en cache une autre, exposition du Centre d’Art et de Recherches Bétonsalon

Daniel Boyd, Up In Smoke Tour Series, 2011

Le Centre d’Art et de Recherches Bétonsalon qui a l’amabilité de bien vouloir nous accueillir pour nous présenter, avant sa clôture, son exposition
Une légende en cache une autre.

Avec : Agence, Daniel Boyd, Peggy Buth, Jimmie Durham, Kiluanji Kia Henda, Camille Henrot, Patrizio di Massimo, Uriel Orlow, Francis Upritchard, Françoise Vergès (Maison des Civilisations et de l’Unité Réunionnaise), Susan Vogel.

Une exposition proposée par Mélanie Bouteloup et Anna Colin qui prend pour point de départ la question de la restitution anthopologique, et qui s’est accompagnée d’un ensemble de rencontres, conférences et journées d’études.

Vendredi 27 janvier 2012
16h-18h

ADRESSE :
Pour ceux qui ne connaissent pas, le centre d’art est situé au sein de l’Université Paris 7-Paris Diderot,
9 esplanade Pierre Vidal-Naquet
Rez-de-Chaussée de la Halle aux Farines
13 arrondissement à Paris
+33.(0)1.45.84.17.56
métro : Bibliothèque Nationale de France

http://www.betonsalon.net/spip.php?rubrique102

Communiqué de presse :

« Quand les hommes sont morts, ils entrent dans l’histoire. Quand les statues sont mortes, elles entrent dans l’art. Cette botanique de la mort, c’est ce que nous appelons la culture. »
Les statues meurent aussi (1953), Chris Marker et Alain Resnais

Une légende en cache une autre a pour ambition d’élargir le contrechamp de l’histoire officielle en prenant pour point de départ un sujet qui figure au coeur de l’actualité muséologique : celui de la restitution anthropologique. Inspirées par le récent rapatriement de la tête de guerrier maori du Muséum de Rouen à sa terre ancestrale, la Nouvelle-Zélande, cette exposition et série de rendez-vous proposent d’explorer les questions éthiques, scientifiques, politiques et juridiques soulevées par les affaires de restitution.

Une légende en cache une autre s’attache par la même à problématiser le déplacement entre objet traditionnel et de culte, d’une part, et objet historique et muséologique, d’autre part. Un objet peut-il avoir plusieurs statuts ? Qui a la légitimité pour prendre cette décision ? Existe-t-il d’autres récits possibles pour accéder à la lecture de ces objets ? Une déconstruction critique de ces questions permettra de rendre visible et lisible qu’une légende sur un cartel d’exposition en cache souvent une autre.

Abordant les sujets de la mémoire collective et de l’héritage, Une légende en cache une autre initie une rencontre entre œuvres, documents ethnographiques et juridiques, films et projets muséographiques. Documentant des situations réelles, ayant recours à la fiction ou encore radicalisant le rapport au patrimoine, les artistes, chercheurs et plate-formes invités sont tous engagés dans des démarches réflexives portant sur l’objet muséologique et défiant la représentation ethnographique.

séminaire paysages sonores (2)

Approches esthétiques et ethnographiques de l’environnement sonore.

Séminaire Images Re-vues

19 mars 2010,
Institut National d’Histoire de l’Art, 2 rue de Vivienne, 75002 Paris
Salle F. de Peiresc, de 16h à 18h.

A l’occasion de la parution récente de deux numéros de revue consacrés à
l’environnement sonore : « Ethnographier les phénomènes sonores
(www.ethnographiques.org) et « Paysages sonores » (www.imagesrevues.org),
cette séance se propose d’interroger les approches esthétiques et
ethnographiques de l’environnement sonore, concernant aussi bien les
objets artistiques que les sons qui relèvent de la vie de tous les jours.
Benoît Delaune présentera un parcours à travers les procédés picturaux
dans les musiques contemporaines, pop-rock et ‘expérimentales’, alors que
Dimitry Voilmy et Jean-Christophe Sevin aborderont la question de
l’écologie des sons dans l’accomplissement des activités quotidiennes,
pour considérer la manière dont les processus sonores émergent en
situation.

Vous y êtes cordialement invités

Tania Vladova