Archives par étiquette : exposition

Séminaire du 11 décembre 2014 : Anthropocène Monument

Anthropocène Monument

11 décembre 2014, 9h30 – 12h, INHA, salle Fabri du Peiresc

A propos d’une exposition événement

Images Re-vues vous invite à son séminaire le 11 décembre 2014. Il prendra la forme d’une table-ronde animée par Thomas Golsenne et Chloé Maillet, avec la participation exceptionnelle de Fabien Giraud.

Iconoclash, la première exposition de Bruno Latour, est devenue mythique. Anthropocène Monument est une exposition qui s’inscrit dans un projet plus ambitieux encore, Passion Gaïa. Sur une idée de Bronislaw Szerszynski, directeur du département de sociologie de Lancaster au Royaume-Uni, son commissariat est assumé par Olivier Michelon, directeur des Abattoirs de Toulouse, où elle se tient jusqu’au 5 janvier. Comment rendre compte des nouvelles écologies qui se sont révélées ces dernières années, aussi bien en politique qu’en philosophie ? Que penser de l’anthropocène, notion très récente, de ses enjeux et de ses paradoxes ? Comment évaluer si l’exposition est le médium adéquat pour réfléchir sur ces problèmes complexes ? Continuer la lecture

De l'ornemental dans l'art contemporain

De l’ornemental dans l’art contemporain

A l’occasion de la parution du catalogue de l’exposition Ever Living Ornement, Images Re-vues organise une demi-journée d’étude consacrée à l’ornemental dans l’art contemporain.

Les avant-gardes modernistes avaient détruit toutes les anciennes limites qui définissaient le champ de l’art, mais en avaient bâti une nouvelle : l’ornement. Nul ne pouvait revendiquer le titre d’artiste moderne si son art était jugé ornemental. Il est logique que la remise en cause du modernisme, dans les années 60, soit allée de pair avec une valorisation nouvelle de l’ornement. Et ceci, pratiquement d’abord, avec par exemple l’emploi génial par Warhol d’un support méprisé par les artistes : le papier peint. Théoriquement ensuite, avec une relecture des origines de l’art moderne depuis les arts décoratifs (et non contre eux), avec l’essai de Joseph Maschek, Le Paradigme du tapis, traduit tout récemment par Jacques Soulillou. Depuis, de nombreux artistes font des papiers peints, affirment sans complexe l’ornementalité de leur production, de nombreux théoriciens et historiens de l’art trouvent dans l’ornemental leur inspiration épistémologique. L’exposition Ever Living Ornement en est aujourd’hui une des manifestations les plus évidentes.

Programme

INHA, salle Walter Benjamin

9h : accueil des participants

9h30 : Thomas Golsenne (Villa Arson, Nice), Les dangers du papier peint

10h30 : Jeanne Quéheillard (Ecole des beaux-arts de Bordeaux), Présentation de l’exposition Ever Living Ornement

11h30 : Jacques Soulillou (Ministère des affaires étrangères), Greenberg au tapis. De Gottfried Semper à Présence Panchounette

INHA, salle Aby Warburg

12h30 : buffet

Place de la Concorde, devant le Crillon

14h : rendez-vous de la navette pour la visite de l’exposition Ever Living Ornement aux centres d’art Micro Onde à Vélizy et La Maréchalerie à Versailles

Avec le concours du CEHTA (Centre d’Histoire et Théorie des Arts) et de l’EHESS.

seminaire du 13 avril sur Les formes de l'ornementalite dans l'architecture contemporaine

Images Re-vues, n° 10 : Inactualité de l’ornement.

Séminaire 1

L’architecture a joué un rôle fondamental dans l’histoire de l’ornementalité. Dans le traité d’architecture de Vitruve, et surtout dans celui de Leon Battista Alberti (1452) se constituent les bases de la théorie occidentale de l’ornement, autour d’oppositions comme structure/revêtement, beauté naturelle/parure artificielle, et autour de la théorie des modes (ionique, dorique, corinthien…) qui fait du concept de convenance la charpente éthique de l’ornementalité à l’âge classique.

C’est aussi en architecture d’abord que le modernisme a défini un nouveau rapport de l’art à l’ornementalité, un rapport d’exclusion : chez Loos, chez Le Corbusier, chez van der Rohe (« Less is more, more is less »). Rapport étendu par la suite à toutes les formes d’expression artistique, de la poésie à la peinture, de la musique au design.

C’est enfin et toujours à partir de l’architecture que le postmodernisme a redécouvert le chemin de l’ornement, pour lui donner une signification tant formelle qu’historique, voire même politique.

Où en est-on aujourd’hui ? Quelles sont les attitudes des architectes envers l’ornementalité ? Quels sont les discours produits qui justifient l’usage ou l’absence de l’ornement dans l’art de bâtir contemporain ? Telles seront les questions abordées dans ce séminaire avec nos intervenants.

Estelle Thibault et Laurent Koetz, respectivement maître-assistante à l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Paris-Belleville et maître-assistant à l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Nancy viendront présenter les hypothèses qu’ils soutiennent dans leur article « Ornement architectural et expression constructive : concepts d’hier et débats d’aujourd’hui« , à paraître dans le n° 10 d’Images Re-vues.

Ils en débattront avec Hervé Bagot, architecte et photographe, ancien enseignant d’architecture, qui participe à l’exposition Ever Living Ornement (Vélizy, Micro Onde / Versailles, La Maréchalerie, du 5 avril au 1er juillet 2012).

Le prochain séminaire, le 12 mai, sera d’ailleurs l’occasion d’une présentation de cette exposition par Jeanne Quéheillard, son commissaire, et suivie d’une visite organisée dans les deux centres d’art.

visite de l'exposition Une legende peut en cacher une autre

Séminaire exceptionnel d’Images Re-vues hors les murs ce vendredi 27 janvier à 16 heures

Une légende en cache une autre, exposition du Centre d’Art et de Recherches Bétonsalon

Daniel Boyd, Up In Smoke Tour Series, 2011

Le Centre d’Art et de Recherches Bétonsalon qui a l’amabilité de bien vouloir nous accueillir pour nous présenter, avant sa clôture, son exposition
Une légende en cache une autre.

Avec : Agence, Daniel Boyd, Peggy Buth, Jimmie Durham, Kiluanji Kia Henda, Camille Henrot, Patrizio di Massimo, Uriel Orlow, Francis Upritchard, Françoise Vergès (Maison des Civilisations et de l’Unité Réunionnaise), Susan Vogel.

Une exposition proposée par Mélanie Bouteloup et Anna Colin qui prend pour point de départ la question de la restitution anthopologique, et qui s’est accompagnée d’un ensemble de rencontres, conférences et journées d’études.

Vendredi 27 janvier 2012
16h-18h

ADRESSE :
Pour ceux qui ne connaissent pas, le centre d’art est situé au sein de l’Université Paris 7-Paris Diderot,
9 esplanade Pierre Vidal-Naquet
Rez-de-Chaussée de la Halle aux Farines
13 arrondissement à Paris
+33.(0)1.45.84.17.56
métro : Bibliothèque Nationale de France

http://www.betonsalon.net/spip.php?rubrique102

Communiqué de presse :

« Quand les hommes sont morts, ils entrent dans l’histoire. Quand les statues sont mortes, elles entrent dans l’art. Cette botanique de la mort, c’est ce que nous appelons la culture. »
Les statues meurent aussi (1953), Chris Marker et Alain Resnais

Une légende en cache une autre a pour ambition d’élargir le contrechamp de l’histoire officielle en prenant pour point de départ un sujet qui figure au coeur de l’actualité muséologique : celui de la restitution anthropologique. Inspirées par le récent rapatriement de la tête de guerrier maori du Muséum de Rouen à sa terre ancestrale, la Nouvelle-Zélande, cette exposition et série de rendez-vous proposent d’explorer les questions éthiques, scientifiques, politiques et juridiques soulevées par les affaires de restitution.

Une légende en cache une autre s’attache par la même à problématiser le déplacement entre objet traditionnel et de culte, d’une part, et objet historique et muséologique, d’autre part. Un objet peut-il avoir plusieurs statuts ? Qui a la légitimité pour prendre cette décision ? Existe-t-il d’autres récits possibles pour accéder à la lecture de ces objets ? Une déconstruction critique de ces questions permettra de rendre visible et lisible qu’une légende sur un cartel d’exposition en cache souvent une autre.

Abordant les sujets de la mémoire collective et de l’héritage, Une légende en cache une autre initie une rencontre entre œuvres, documents ethnographiques et juridiques, films et projets muséographiques. Documentant des situations réelles, ayant recours à la fiction ou encore radicalisant le rapport au patrimoine, les artistes, chercheurs et plate-formes invités sont tous engagés dans des démarches réflexives portant sur l’objet muséologique et défiant la représentation ethnographique.

Seminaire du 21 octobre 2011 sur Atlas, l'exposition de Georges Didi-Huberman


Nouvelles filiations entre histoire de l’art et pratiques des arts visuels.

Images re-vues vous invite à une présentation et un débat sur Atlas. How to Carry the World on One’s Back ?, l’exposition de Georges Didi-Huberman, présentée à Madrid, Karlsruhe et actuellement Hambourg.

Séance animée par Chloé Maillet, avec la participation de Thomas Golsenne.

Entrée libre dans la limite des places disponibles.

21 octobre 2011
16h-18h
INHA,
salle Nicolas-Claude Fabri de Pereisc,
2 rue Vivienne
75002 Paris