Archives par étiquette : images

Séminaire du 2 mars : La notion d’iconographie implicite au prisme de la transe hallucinatoire grisi siknis chez les miskitos du Nicaragua

 Images Re-vues a le plaisir de vous inviter à son prochain séminaire :

Maddalena Canna

 

La notion d’iconographie implicite au prisme de la transe hallucinatoire grisi siknis chez les miskitos du Nicaragua

2 mars 2017

INHA, 2 rue Vivienne, 75002 Paris

salle Walter Benjamin

10h-12h

entrée libre

Grisi siknis, en miskito nicaraguayen « la maladie folle », est une famille de crises de transe hallucinatoire perçues comme une maladie contagieuse chez plusieurs populations de la Moskitia, entre le Honduras et le Nicaragua oriental. Une attaque de grisi siknis déclenche un comportement agressif/auto-agressif associé à une série d’hallucinations récurrentes. À cause de leur potentiel pathogène, les images visuelles associées aux attaques de grisi siknis sont rarement représentées. Elles constituent cependant un répertoire iconique cohérent et sophistiqué. Par une pratique ethnographique expérimentale, en demandant à une série d’affectés de dessiner sur papier ces apparitions, j’ai participé à la mise en évidence de cette tradition iconique de mémoire hallucinatoire. En m’interrogeant sur le statut de ces images, à la fois représentations, résidus somatiques et matrices imaginaires partagées, je propose la notion d’iconographie implicite pour rendre compte de ces traditions où un répertoire iconique figé est transmis en l’absence d’un support externe.

 

Maddalena Canna, anthropologue, est doctorante au Laboratoire d’Anthropologie Sociale (EHESS/Collège de France), Lauréate de la Fondation Martine Aublet du Musée du Quai Branly et membre de l’équipe interdisciplinaire ALIUS. Sa thèse porte sur l’iconographie implicite de la transe hallucinatoire grisi siknis. Après une année d’enquête ethnographique parmi les miskitos du Nicaragua, elle mène une recherche comparative et interdisciplinaire sur les modalités d’incarnation et de propagation de l’imaginaire et sur son interaction avec les états de conscience, avec un intérêt particulier pour les traditions visuelles.

séminaire du 1er décembre : Emma Aubin-Boltanski

Images Re-vues vous invite le 1er décembre 2016 à l’INHA en salle W. Benjamin, de 10h à 12h,  à la nouvelle séance de son séminaire :

La très petite image de Notre-Dame de Soufanieh

notre-dame-de-soufanieh

Emma Aubin-Boltanski

CéSor – EHESS-CNRS

Au Liban et en Syrie, deux espaces politiques étroitement liés en raison de leur histoire et de leur configuration communautaire, un réseau de mystiques chrétiennes s’est constitué depuis le début des années 1980. Ces femmes, qui officient dans leurs appartements ou maisons particulières, ne se fréquentent pas ou très rarement. Elles sont néanmoins liées entre elles par Notre-Dame de Soufanieh, une « icône » miraculeuse dont la reproduction se retrouve chez chacune d’entre elles. L’histoire de cette image commence à Damas en novembre 1982, quelques mois après l’insurrection de Hama, dans un contexte d’extrême violence. S’intéresser à sa biographie, à sa matérialité et à son parcours politique apporte un éclairage sur les modalités de présentification de « la Vierge » qui, ici, exprime et provoque – par un déplacement ténu inattendu – un désordre critique.

Spécialisée en anthropologie religieuse, Emma Aubin-Boltanski est chargée de recherches au CNRS et actuellement rattachée au Centre d’études en sciences sociales du religieux (CéSor). Elle est l’auteure de Prophètes, héros et ancêtres. Pèlerinages et nationalisme en Palestine (Paris : Éditions de l’EHESS, 2007). Depuis 2006, elle s’intéresse aux attentes eschatologiques, aux apparitions mariales et aux expériences mystiques au Liban et en Syrie. Elle a co-dirigé deux ouvrages collectifs – Penser la Fin du monde (avec Claudine Gauthier, CNRS Editions, 2014) et Croire en actes (avec Anne-Sophie Lamine et Nathalie Luca, l’Harmattan, 2014) – et fait paraître plusieurs articles dans des revues scientifiques de renom telle que L’Homme, Terrain, Archives des Sciences sociales des religions et Social Compass. En 2012, elle a réalisé deux films : Catherine ou le corps de la Passion (57’) et Catherine de Nab’a. Visionnaire de Beyrouth (12’).

***

Dans le cadre du séminaire d’images re-vues « objets, techniques, supports ».

entrée libre

Appel à contributions : Les images vivent aussi

Les images vivent aussi : trajectoires biographiques

Numéro coordonné par Bérénice Gaillemin et Elise Lehoux

 

En 1953, Chris Marker et Alain Resnais ont montré que les statues avaient une histoire dans Les statues meurent aussi. Les recherches récentes, en histoire, en anthropologie ou en histoire de l’art, accordent une place grandissante à une approche biographique des choses (Kopytoff 1986), mais aussi plus spécifiquement à celle des images, à leur trajectoire dans les cultures dans lesquelles elles évoluent. Ce numéro d’Images re-vues, revue pluridisciplinaire et transversale, est dévolu aux destins des images, qui en changeant de contexte, de temps, de lieu, connaissent des changements d’usage, des re-sémantisations, des transformations de toute nature et réinterrogent ainsi le regard porté par ces objets issus de la culture matérielle.

Changements de supports d’abord. La réutilisation d’une image implique souvent l’usage d’un autre support. Quel sens acquiert cette image lorsqu’elle passe d’un support à un autre, lorsqu’elle est manipulée et investie d’un autre imaginaire, en dehors du lieu de sa production et loin de ses usages initiaux ? Les antiquités gréco-romaines découvertes au cours de l’époque moderne sont par exemple méthodiquement dessinées puis gravées dans des « musées de papier » destinés à leur analyse et leur conservation par des savants, invitant ainsi à d’autres usages. De même, Roger Chartier a montré dans ses travaux sur les sept vies du texte de Bartolomé de Las Casas que la migration et la réédition des textes et des frontispices signifient bien souvent une modification du sens porté à leur contenu initial.

Changements de temps, de lieu et de contexte ensuite. Vincent Azoulay dans Les tyrannicides d’Athènes Vie et mort de deux statues a dévoilé tout l’intérêt d’une approche diachronique en analysant les discours et les images mettant en scènes les statues des tyrannoctones Harmodios et Aristogiton, de leur création au Ve siècle à Athènes jusqu’à leurs usages politiques au XXe siècle. Il a souligné l’importance d’appréhender ces reconfigurations à l’aune des contextes sociaux, politiques et artistiques qui les ont élaborées. De son côté, Marilyn Strathern propose de voir les artefacts comme des enactement of events, as memorials of and celebrations to past and future contributions (Strathern, 1990), irréductibles à des explications verbales qui les décoderaient, les systématiseraient et en expliqueraient définitivement le sens. Cette approche renouvelle ainsi l’appréhension à la fois des objets, mais aussi des événements, des performances et des relations telle qu’elle est traditionnellement traitée par les historiens, les anthropologues et les muséologues.

Changement de statut enfin. Comme la célèbre laitière de Vermeer, d’autres images, moins connues lors de leur création, ont pu connaître un succès des siècles plus tard. La découverte de l’art africain par les cubistes ou encore la fortune de la désormais fameuse Vénus de Milo, maintes fois reproduite à des fins commerciales, sont à ce propos éloquentes.

Les catégorisations avec lesquelles les images sont étudiées – préhistoriques, antiques, médiévales, baroques, chinoises, sacrées, profanes, planes ou tridimensionnelles – apparaissent ainsi réductrices, voire erronées si on ne les considère pas sur la longue durée. L’étude de certains « cas d’école » pose donc le problème de la construction des catégories d’analyse, voire la nécessité de leur réagencement. Ainsi les images « marchent », les objets sont en « mouvement » (Joyce & Gillepsie 2015) : ils évoluent en fonction de leur contexte d’usage, d’utilisation, voire d’énonciation et de (re)formulation. Cette attention à la vie des images permet d’historiciser, de contextualiser, de déplacer des frontières traditionnellement associées aux productions matérielles et invite à porter un autre regard sur les contextes successifs dans lesquels elles apparaissent.

Les articles pourront porter sur des aires géographiques et des époques diverses, conformément aux axes d’Images re-vues.

Les propositions d’articles seront étudiées à condition de comporter entre 10 000 et 12 000 signes (espaces compris) et d’être envoyées avant le 15 janvier 2017 (NB : l’acceptation d’une proposition d’article ne dispense pas de la soumission définitive de l’article au comité scientifique). Les articles (55 000 signes max., espaces compris) devront être envoyés avant le 15 avril 2017 à elise-lehoux[at]orange.fr et bgaillemin[at]gmail.com, accompagnés d’un résumé en français et en anglais (10/15 lignes) et de 3 à 5 mots-clés en français et en anglais.

Bibliographie indicative :

Azoulay Vincent, Les tyrannicides d’Athènes. Vie et mort d’une statue, Paris, Seuil, 2014.

Bonnot Thierry, La vie des objets : d’ustensiles banals à objets de collection, Paris, Édition de la Maison des sciences de l’homme, 2002.

Bonnot Thierry, L’attachement aux choses, Paris, CNRS éditions, 2014.

Careri Giovanni, Lissarrague François, Schmitt Jean-Claude et Severi Carlo (eds.), Traditions et temporalités des images, Paris, Édition de l’École des Hautes Etudes en Sciences Sociales, 2009.

Hölscher Tonio, La vie des images grecques : sociétés de statues, rôles des artistes et notions esthétiques dans l’art grec ancien [cycle de 5 conférences données en juin 2015 au Musée du Louvre], Paris, Hazan, 2015.

Joyce Rosemary A. et Gillepsie Susan D. (eds), Things in Motion. Object Itineraries in Anthropological Practice, School for Advanced Research Press, Santa Fe, 2015.

Kopytoff Igor, « The Cultural Biography of Things : commoditization as process », dans Arjun Appadurai, The Social Life of Things, CUP, 1986.

Strathern Marilyn, « Artifacts of history. Events and the interpretation of images », dans Strathern Marilyn, Learning to see in Melanesia. Masterclass Series 2, Manchester, Hau Society for Ethnographic Theory, 1990, p. 157-178.(http://townsendgroups.berkeley.edu/sites/default/files/strathern_artifacts_of_history.pdf)

Séminaire : 14 avril, Images et impiété dans le monde grec antique

SEMINAIRE DU 14 AVRIL 2016

INHA, salle Fabri de Peiresc, 10h-12h

Images et impiété dans le monde grec antique

Jean-Noël Allard

 

Satyre_Geras_BA352524-1

La civilisation grecque est une civilisation de l’image. L’importance religieuse des images dans ce monde est d’ailleurs bien connue. Non seulement elles relayaient les innombrables mythes sur lesquels reposaient les croyances des Grecs, mais étaient aussi les supports du culte. Les statues, en particulier, constituaient une voie d’accès privilégiée à la divinité. Dans un tel cadre, l’atteinte à l’image pouvait être pensée comme une atteinte à la divinité. Mais la question des relations entre image et impiété dans le monde grec ne saurait se réduire à la seule profanation des images. L’historiographie a beaucoup insisté sur la tolérance de cette religion sans révélation ni dogme qu’était le polythéisme grec rendant en quelque sorte incongrue l’idée qu’une image ait pu être jugée inacceptable d’un point de vue religieux. Pourtant, comme les recherches les plus récentes l’ont démontré, tout n’était pas permis en matière religieuse. Que certaines représentations aient offensé la divinité ou bafoué le culte n’est donc pas impensable. Dans les faits, il est extrêmement difficile d’en déceler. Si, par exemple, de nombreuses images peintes sur des céramiques mettent en scène des actes sacrilèges, il ne convient pas de les considérer comme impies car elles condamnaient davantage l’impiété qu’elles ne la répercutaient.

Jean-Noël Allard est docteur en histoire de l’Antiquité grecque. Sa thèse portait sur « la dérision et le politique à Athènes à l’époque classique », dirigée par Pauline Schmitt Pantel et soutenue l’an dernier à l’Université de Paris I. Il est actuellement ATER à l’Université Toulouse – Jean Jaurès et rattaché au laboratoire ANHIMA (Anthropologie et Histoire des Mondes Antiques).

Dans le cadre du séminaire d’Images Re-vues : Image, crise, politique, organisé par Thomas Golsenne et Chloé Maillet.

Entrée libre.