Archives par étiquette : modernisme

parution du numero 10 Inactualite de l'ornement

SOMMAIRE

Editorial

Deux ans ont été nécessaires à la préparation de ce numéro. Sans doute parce que, parmi les de plus en plus nombreuses publications sur l’ornement qui paraissent depuis quelques temps, l’approche retenue ici, une approche conceptuelle, est tracée sur un chemin de crête étroit. D’un côté on voulait éviter le vaste domaine des arts décoratifs et surtout l’approche stylistique qui y règne ; de l’autre, il fallait aussi éviter de rabattre l’ornement sur des questions iconographiques ou rhétoriques, où sa performativité spécifique est absorbée et diluée. Enfin, on voulait tenter de couvrir une longue durée, un large panel géographique, de façon à poser les bases d’une histoire ornementale de l’art, dont les conséquences épistémologiques, méthodologiques et esthétiques seraient profondes. Bien sûr, un numéro n’y suffit pas, notre histoire ornementale a des lacunes et nous regrettons l’absence d’un certain nombre d’auteurs dont les écrits sur l’ornement nous ont accompagnés mais qui, pour une raison ou une autre, n’ont pu se joindre à nous sur la route d’Images Re-vues. Mais notre compagnie, hétéroclite quant à l’expérience de ses membres et aux domaines de recherche, véritable patchwork – Jean-Claude Bonne, Lizzie Boubli, Massimo Carboni, Guillaume Désanges, Jean-Baptiste Eczet, Laurent Koetz, Bertrand Prévost, Estelle Thibault, Ariane Varela Braga – fournit déjà une cartographie détaillée des principaux territoires de l’ornementalité. Continuer la lecture

seminaire du 13 avril sur Les formes de l'ornementalite dans l'architecture contemporaine

Images Re-vues, n° 10 : Inactualité de l’ornement.

Séminaire 1

L’architecture a joué un rôle fondamental dans l’histoire de l’ornementalité. Dans le traité d’architecture de Vitruve, et surtout dans celui de Leon Battista Alberti (1452) se constituent les bases de la théorie occidentale de l’ornement, autour d’oppositions comme structure/revêtement, beauté naturelle/parure artificielle, et autour de la théorie des modes (ionique, dorique, corinthien…) qui fait du concept de convenance la charpente éthique de l’ornementalité à l’âge classique.

C’est aussi en architecture d’abord que le modernisme a défini un nouveau rapport de l’art à l’ornementalité, un rapport d’exclusion : chez Loos, chez Le Corbusier, chez van der Rohe (« Less is more, more is less »). Rapport étendu par la suite à toutes les formes d’expression artistique, de la poésie à la peinture, de la musique au design.

C’est enfin et toujours à partir de l’architecture que le postmodernisme a redécouvert le chemin de l’ornement, pour lui donner une signification tant formelle qu’historique, voire même politique.

Où en est-on aujourd’hui ? Quelles sont les attitudes des architectes envers l’ornementalité ? Quels sont les discours produits qui justifient l’usage ou l’absence de l’ornement dans l’art de bâtir contemporain ? Telles seront les questions abordées dans ce séminaire avec nos intervenants.

Estelle Thibault et Laurent Koetz, respectivement maître-assistante à l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Paris-Belleville et maître-assistant à l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Nancy viendront présenter les hypothèses qu’ils soutiennent dans leur article « Ornement architectural et expression constructive : concepts d’hier et débats d’aujourd’hui« , à paraître dans le n° 10 d’Images Re-vues.

Ils en débattront avec Hervé Bagot, architecte et photographe, ancien enseignant d’architecture, qui participe à l’exposition Ever Living Ornement (Vélizy, Micro Onde / Versailles, La Maréchalerie, du 5 avril au 1er juillet 2012).

Le prochain séminaire, le 12 mai, sera d’ailleurs l’occasion d’une présentation de cette exposition par Jeanne Quéheillard, son commissaire, et suivie d’une visite organisée dans les deux centres d’art.

Inactualité de l'ornement

Dossier du numéro 11 : Inactualité de l’ornement
(Envoi des propositions : 1er septembre 2010 ou envoi des articles : 31 octobre 2010)

« Si l’ornement est un crime, alors je suis un criminel », a dit Wim Delvoye il y a une dizaine d’années. Il est loin aujourd’hui le temps où l’ornement était banni des arts d’avant-garde, celui d’Adolf Loos et de son fameux essai « Ornement et crime » de 1908, celui de Kandinsky qui évoquait les dangers décoratifs dans lesquels pouvait tomber la peinture abstraite. Un des effets du postmodernisme aura sans doute consisté à réconcilier les arts et l’ornement, le superficiel, l’apparence, le kitch. Il a pu permettre aussi de revaloriser les mouvements artistiques historiques ou exotiques caractérisés par leur profonde ornementalité (l’art roman, le baroque, la parure océanienne, l’art islamique). On peut énoncer quelques raisons à ce changement radical. D’abord une volonté de rupture avec le diktat moderniste de la forme pure – avec Greenberg pour tout dire ; mais, plus philosophiquement, le rejet du règne de l’essence au profit de l’apparence – le regain d’intérêt pour Nietzsche en est le symptôme. Ensuite une forme d’abandon des utopies avant-gardistes (comme des utopies tout court), des arrières-mondes (pour rester avec Nietzsche) et un certain épicurisme, un vitalisme, qui parfois se concrétise en simple acceptation cynique de la société de consommation. Enfin une ouverture aux autres cultures, à l’époque de la décolonisation et du Lévi-Strauss de Race et histoire, où l’ornement occupait depuis longtemps la place réservée à l’art dans la civilisation occidentale. En fin de compte le postmodernisme ne pourrait-il pas se définir tout simplement comme le triomphe de l’ornement ? Sommes-nous toujours dans ce régime ? L’ornement règne-t-il en maître, pour le meilleur et pour le pire, dans le monde d’aujourd’hui ? Ce numéro a pour fin première de questionner l’inactualité de l’ornement, au sens nietzschéen, c’est-à-dire d’interroger son rôle dans les relations entre histoire et devenir, représentation et production – mais aussi au sens courant, c’est-à-dire d’interroger l’histoire et la théorie de l’art ancien ou les objets visuels extra-occidentaux, afin de mieux cerner, par le détour de l’histoire et de l’anthropologie, la puissance que nous attribuons à l’ornement. Il a pour but second de revisiter l’histoire du modernisme et du postmodernisme par le prisme ornemental. Il a pour ambition ultime de diagnostiquer le rapport du contemporain à l’ornement : dans le monde artistique, la société, la philosophie – en croisant les données recueillies par des chercheurs en histoire de l’art et en esthétique, en sociologie et en anthropologie, en philosophie et en économie, etc. Les propositions d’articles ne devront pas comporter moins de 1000 mots ; les articles ne devront pas dépasser 95000 signes.

Coordination du numéro : Thomas Golsenne

thomas.golsenne@free.fr