Archives par étiquette : postmodernisme

parution du numero 10 Inactualite de l'ornement

SOMMAIRE

Editorial

Deux ans ont été nécessaires à la préparation de ce numéro. Sans doute parce que, parmi les de plus en plus nombreuses publications sur l’ornement qui paraissent depuis quelques temps, l’approche retenue ici, une approche conceptuelle, est tracée sur un chemin de crête étroit. D’un côté on voulait éviter le vaste domaine des arts décoratifs et surtout l’approche stylistique qui y règne ; de l’autre, il fallait aussi éviter de rabattre l’ornement sur des questions iconographiques ou rhétoriques, où sa performativité spécifique est absorbée et diluée. Enfin, on voulait tenter de couvrir une longue durée, un large panel géographique, de façon à poser les bases d’une histoire ornementale de l’art, dont les conséquences épistémologiques, méthodologiques et esthétiques seraient profondes. Bien sûr, un numéro n’y suffit pas, notre histoire ornementale a des lacunes et nous regrettons l’absence d’un certain nombre d’auteurs dont les écrits sur l’ornement nous ont accompagnés mais qui, pour une raison ou une autre, n’ont pu se joindre à nous sur la route d’Images Re-vues. Mais notre compagnie, hétéroclite quant à l’expérience de ses membres et aux domaines de recherche, véritable patchwork – Jean-Claude Bonne, Lizzie Boubli, Massimo Carboni, Guillaume Désanges, Jean-Baptiste Eczet, Laurent Koetz, Bertrand Prévost, Estelle Thibault, Ariane Varela Braga – fournit déjà une cartographie détaillée des principaux territoires de l’ornementalité. Continuer la lecture

seminaire du 13 avril sur Les formes de l'ornementalite dans l'architecture contemporaine

Images Re-vues, n° 10 : Inactualité de l’ornement.

Séminaire 1

L’architecture a joué un rôle fondamental dans l’histoire de l’ornementalité. Dans le traité d’architecture de Vitruve, et surtout dans celui de Leon Battista Alberti (1452) se constituent les bases de la théorie occidentale de l’ornement, autour d’oppositions comme structure/revêtement, beauté naturelle/parure artificielle, et autour de la théorie des modes (ionique, dorique, corinthien…) qui fait du concept de convenance la charpente éthique de l’ornementalité à l’âge classique.

C’est aussi en architecture d’abord que le modernisme a défini un nouveau rapport de l’art à l’ornementalité, un rapport d’exclusion : chez Loos, chez Le Corbusier, chez van der Rohe (« Less is more, more is less »). Rapport étendu par la suite à toutes les formes d’expression artistique, de la poésie à la peinture, de la musique au design.

C’est enfin et toujours à partir de l’architecture que le postmodernisme a redécouvert le chemin de l’ornement, pour lui donner une signification tant formelle qu’historique, voire même politique.

Où en est-on aujourd’hui ? Quelles sont les attitudes des architectes envers l’ornementalité ? Quels sont les discours produits qui justifient l’usage ou l’absence de l’ornement dans l’art de bâtir contemporain ? Telles seront les questions abordées dans ce séminaire avec nos intervenants.

Estelle Thibault et Laurent Koetz, respectivement maître-assistante à l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Paris-Belleville et maître-assistant à l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Nancy viendront présenter les hypothèses qu’ils soutiennent dans leur article « Ornement architectural et expression constructive : concepts d’hier et débats d’aujourd’hui« , à paraître dans le n° 10 d’Images Re-vues.

Ils en débattront avec Hervé Bagot, architecte et photographe, ancien enseignant d’architecture, qui participe à l’exposition Ever Living Ornement (Vélizy, Micro Onde / Versailles, La Maréchalerie, du 5 avril au 1er juillet 2012).

Le prochain séminaire, le 12 mai, sera d’ailleurs l’occasion d’une présentation de cette exposition par Jeanne Quéheillard, son commissaire, et suivie d’une visite organisée dans les deux centres d’art.