Archives par étiquette : Renaissance

Séminaire du 6 avril : les annotations du Greco sur Vitruve

Images Re-vues a le plaisir de vous inviter à son prochain séminaire :

Maria Georgilaki

 « Les annotations du Greco sur Vitruve »

6 avril 2017

INHA, 2 rue Vivienne, 75002 Paris

Salle Walter Benjamin, 10h-12hEntrée libre

 

Natif de Crète, orthodoxe, peintre d’icônes de renom, citoyen vénitien, tolédan d’adoption et artiste des autorités étatiques espagnoles, ami d’intellectuels et de prélats contre-réformistes, le Greco est pourtant plus connu par les lieux communs du XIXe siècle (mysticisme, déraison, extravagance, etc.), très résistants aux découvertes des historiens. À sa mort, il possède une des plus grandes bibliothèques d’artiste ou d’amateur d’art connues du XVIe siècle. Ses manuscrits volumineux étant tous perdus, il ne nous reste de sa pensée que les annotations sur quelques-uns de ses livres.

Les apostilles du peintre sur Vitruve ont fourni les fragments les plus instructifs sur la théorie de la peinture du Greco. Mais trente ans après leur découverte, ses commentaires sont à peine dissociés du tempérament de l’artiste. Ses marginalia sur De architectura peuvent contribuer à une lecture plus large de la pratique du Greco et enrichir le regard sur la technique de la peinture d’affiliation vénitienne.

Maria Georgilaki est née à la Canée en Crète. Elle a étudié l’art et la théorie des médias (Communications Arts and Sciences) et la philosophie au Queens College à New York (Bachelor of Arts) en 1991. Sous la direction d’Hubert Damisch, à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales à Paris, elle a commencé une recherche sur les annotations du Greco. Elle a obtenu le Master (2014) de la même école sous la direction de Giovanni Careri, au Centre d’Histoire et de Théorie de l’Art, sur le thème des survivances des schémas byzantins dans les tableaux du Greco. Elle prépare actuellement une thèse sous sa direction, sur la notion d’espace chez le Greco, et écrit aussi sur des créations contemporaines. Elle partage son temps entre Paris et la Crète. Les projets déjà entrepris portent sur la survivance des formules prémodernes dans l’expérience contemporaine.

———————————–

 

Dans le cadre du séminaire d’Images Re-vues : « objets, techniques, supports », organisé par Doina Craciun, Bénédicte Duvernay, Bérénice Gaillemin, Élise Lehoux, Vasso Zachari

parution du numero 10 Inactualite de l'ornement

SOMMAIRE

Editorial

Deux ans ont été nécessaires à la préparation de ce numéro. Sans doute parce que, parmi les de plus en plus nombreuses publications sur l’ornement qui paraissent depuis quelques temps, l’approche retenue ici, une approche conceptuelle, est tracée sur un chemin de crête étroit. D’un côté on voulait éviter le vaste domaine des arts décoratifs et surtout l’approche stylistique qui y règne ; de l’autre, il fallait aussi éviter de rabattre l’ornement sur des questions iconographiques ou rhétoriques, où sa performativité spécifique est absorbée et diluée. Enfin, on voulait tenter de couvrir une longue durée, un large panel géographique, de façon à poser les bases d’une histoire ornementale de l’art, dont les conséquences épistémologiques, méthodologiques et esthétiques seraient profondes. Bien sûr, un numéro n’y suffit pas, notre histoire ornementale a des lacunes et nous regrettons l’absence d’un certain nombre d’auteurs dont les écrits sur l’ornement nous ont accompagnés mais qui, pour une raison ou une autre, n’ont pu se joindre à nous sur la route d’Images Re-vues. Mais notre compagnie, hétéroclite quant à l’expérience de ses membres et aux domaines de recherche, véritable patchwork – Jean-Claude Bonne, Lizzie Boubli, Massimo Carboni, Guillaume Désanges, Jean-Baptiste Eczet, Laurent Koetz, Bertrand Prévost, Estelle Thibault, Ariane Varela Braga – fournit déjà une cartographie détaillée des principaux territoires de l’ornementalité. Continuer la lecture