Archives par étiquette : théorie de l’art

Séminaire du 6 avril : les annotations du Greco sur Vitruve

Images Re-vues a le plaisir de vous inviter à son prochain séminaire :

Maria Georgilaki

 « Les annotations du Greco sur Vitruve »

6 avril 2017

INHA, 2 rue Vivienne, 75002 Paris

Salle Walter Benjamin, 10h-12hEntrée libre

 

Natif de Crète, orthodoxe, peintre d’icônes de renom, citoyen vénitien, tolédan d’adoption et artiste des autorités étatiques espagnoles, ami d’intellectuels et de prélats contre-réformistes, le Greco est pourtant plus connu par les lieux communs du XIXe siècle (mysticisme, déraison, extravagance, etc.), très résistants aux découvertes des historiens. À sa mort, il possède une des plus grandes bibliothèques d’artiste ou d’amateur d’art connues du XVIe siècle. Ses manuscrits volumineux étant tous perdus, il ne nous reste de sa pensée que les annotations sur quelques-uns de ses livres.

Les apostilles du peintre sur Vitruve ont fourni les fragments les plus instructifs sur la théorie de la peinture du Greco. Mais trente ans après leur découverte, ses commentaires sont à peine dissociés du tempérament de l’artiste. Ses marginalia sur De architectura peuvent contribuer à une lecture plus large de la pratique du Greco et enrichir le regard sur la technique de la peinture d’affiliation vénitienne.

Maria Georgilaki est née à la Canée en Crète. Elle a étudié l’art et la théorie des médias (Communications Arts and Sciences) et la philosophie au Queens College à New York (Bachelor of Arts) en 1991. Sous la direction d’Hubert Damisch, à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales à Paris, elle a commencé une recherche sur les annotations du Greco. Elle a obtenu le Master (2014) de la même école sous la direction de Giovanni Careri, au Centre d’Histoire et de Théorie de l’Art, sur le thème des survivances des schémas byzantins dans les tableaux du Greco. Elle prépare actuellement une thèse sous sa direction, sur la notion d’espace chez le Greco, et écrit aussi sur des créations contemporaines. Elle partage son temps entre Paris et la Crète. Les projets déjà entrepris portent sur la survivance des formules prémodernes dans l’expérience contemporaine.

———————————–

 

Dans le cadre du séminaire d’Images Re-vues : « objets, techniques, supports », organisé par Doina Craciun, Bénédicte Duvernay, Bérénice Gaillemin, Élise Lehoux, Vasso Zachari

Théories

aller directement au numéro

Editorial

Giuseppe Di Liberti

Intituler le premier dossier d’une revue dédiée à la réflexion sur les images “Théories” peut sembler à première vue, si ce n’est prétentieux, du moins un peu “flou”. Ce titre correspond en réalité à une exigence constitutive d’Images re-vues : la nécessité d’une réflexion méthodologique sur des approches disciplinaires différentes et sur des concepts et des modèles qui caractérisent le débat actuel sur l’image. Lors des deux journées de présentation des travaux des doctorants du CEHTA en février 2005 – dont une sélection est publiée dans ce premier numéro – celle-ci est apparue comme le fil conducteur le plus évident. Le dossier, à travers les six articles qui le composent, vise à présenter différentes approches pertinentes de la production des images. Les questions soulevées par ces articles, très ponctuelles dans le choix de territoires explorés, concernent l’ensemble des processus d’identification des pratiques artistiques et de la réflexion théorique autour de ces pratiques. Tous ces articles participent au projet de la revue en ce qu’ils témoignent d’une recherche qui se construit en repensant des repères scientifiques. Cette recherche coïncide avec la recherche de sens et d’identité de notre travail. (lire la suite)