Séance du 11 janvier 2019 : Michael Houseman et Marie Mazzella di Bosco, Comment mettre en image l’expérience rituelle des danses collectives de découverte et de transformation de soi ? 

Images Re-vues a le plaisir de vous convier à son prochain séminaire où nous aurons le plaisir d’écouter

Michael Houseman (EPHE) et Marie Mazzella di Bosco (Nanterre – LESC)

Comment mettre en image l’expérience rituelle des danses collectives de découverte et de transformation de soi ?

vendredi 11 janvier 2019, de 16h à 18h, salle Fabri de Peiresc (INHA, 2 rue Vivienne 75002)

Cette présentation portera sur les danses à vocation « spirituelle » de plus en plus répandues dans les sociétés occidentales contemporaines – Danse des 5 Rythmes, Movement Medicine, Danses Sacrées en Cercle, Chakradanse, Danses de la Paix Universelle, etc. – abordées comme des pratiques rituelles. Au vu de l’écart qui existe entre l’intensité émotionnelle et la densité interactive que donnent à vivre ces danses, et le caractère plat et ennuyeux de leur restitution filmique, on ne peut que constater à quel point ces pratiques et les expériences exceptionnelles qu’elles médiatisent résistent à la mise en image. On s’interrogera donc sur les stratégies de communication visuelle et effets vidéos utilisés par leurs pratiquants pour contourner cette résistance.

La séance sera suivie d’un pot dans les bureaux d’Alhoma (1erét. INHA) pour fêter la sortie du N°15 Trajectoires biographiques d’images et du HS n°6 Images émancipatrices.

Parution du n°15 d’Images Re-vues : Trajectoires biographiques d’images

Nous avons le plaisir de vous annoncer la parution du n°15 d’Images Re-vues, coordonné par Bérénice Gaillemin et Élise Lehoux

Trajectoires biographiques d’images

Sommaire :

Bérénice Gaillemin et Élise Lehoux. Pourquoi et comment tracer les trajectoires des images ?

Marlène Albert Llorca, Jesús Moratalla et Pierre Rouillard. Le singulier destin d’une sculpture ibérique : la Dame d’Elche

Chloé Galibert-Laîné. Syrie, 2011 : vidéos amateurs et politiques du remix

Andrea Ceriana Mayneri. Agonie, perte ou renouveau d’une esthétique oubanguienne ?

Marion Beaufils. La chair et ses frontières

Cyril Menta. Croix sens dessus-dessous

Pietro Conte. Le « rêve américain » et sa fin : de la photographie à la sculpture, aller-retour

Rosa Maria Dessì. Spectres d’art du Trecento : à propos de quelques peintures de personnages couronnés (Giotto, Simone Martini, Lippo Memmi et Ambrogio Lorenzetti)

Aurel Rotival. Modernes Pietà

Thierry Bonnot, Bérénice Gaillemin et Élise Lehoux. La biographie d’objet : une écriture et une méthode critique

Varia

Pierre-Olivier Dittmar. Co-habiter avec les images

Nicolas Siron. Le sceau d’Agamemnon

 

Visuel : Jean-Olivier Héron, La naissance d’un voilierLa naissance des bateaux : un frise-livre raconté en couleurs, Arles : Actes sud junior ; Ile d’Yeu : Gulf Stream, 2000.

 

Séance du 14 décembre : Jean-Claude Schmitt, Présentation de l’ouvrage « Les rythmes au Moyen Âge »

Images Re-vues a le plaisir de vous convier à son prochain séminaire où nous aurons le plaisir d’écouter

Jean-Claude SCHMITT (Professeur émérite EHESS – CRH-AHLOMA)

Présentation de l’ouvrage Les rythmes au Moyen Âge

vendredi 14 décembre 2018, de 10h à 12h, salle J.-P. Mariette (INHA)

Les rythmes entraînent dans leur mouvement la vie tout entière des individus et des sociétés : les comportements quotidiens et les expériences esthétiques, les déplacements dans l’espace aussi bien que l’ordre du temps. Il n’y a pas de vie sans rythme, c’est-à-dire – comme dans un air de jazz ou une toile abstraite de Mondrian – sans une mise en ordre variable de faits qui se répètent en combinant indéfiniment périodicité et rupture.
Philosophes, sociologues, anthropologues, musicologues s’interrogent parmi d’autres depuis deux siècles sur les rythmes sociaux, dont Marcel Mauss disait qu’ils commandent les représentations du temps. Pourtant, il n’existe pas à ce jour une histoire des rythmes qui confronte nos conceptions et expériences du rythme à celles du passé. Or, le contraste est fort entre notre monde moderne, où les rythmes sont partout, mais sont observés dans des champs séparés (rythmes scolaires, arythmie cardiaque, tempo musical, croissance économique en dents de scie … ) et la civilisation holiste de l’Europe médiévale : ici, la notion de rythme, héritée de l’Antiquité gréco-romaine, paraît ne concerner que la musique, la poésie et la danse, mais elle entre en fait en résonance avec la totalité de la Création, que Dieu aurait façonnée en six jours.
C’est à ce rythme fondateur que le présent livre emprunte sa propre scansion, en explorant successivement les significations du rhythmus médiéval, les rythmes du corps et du monde, ceux du temps, de l’espace et du récit, avant de s’interroger sur la fonction des rythmes dans le changement social et la marche de l’histoire.

Coordonné par : Giorgio Fichera, doctorant de l’EHESS (CEHTA) ; Chloé Maillet, professeure d’histoire et théorie des arts à l’ESBA Angers, (correspondante ALHOMA/CRH/EHESS) ; Vasso Zachari, doctorante de l’EHESS (ANHIMA)

Programme du séminaire 2018-2019

Images Re-vues, Séminaire 2018-2019

INHA, salle Fabri de Peiresc – Le 2vendredi du mois, 16h-18h, de novembre 2018 à mai 2019

 

La gestualité du rituel mise en image

Le 9 novembre 2018 – Stéphanie Wyler (mdc à l’Université Paris Diderot) Pour une anthropologie des gestes rituels dans les images romaines

Le 14 décembre 2018 – Jean-Claude Schmitt (professeur émérite EHESS)Les rythmes au Moyen Age (ATTENTION : Cette séance aura lieu exceptionnellement de 10h à 12h dans la salle P.-J. Mariette)

Le 11 janvier 2019 – Michael Houseman (DE à l’EPHE) et Marie Mazzella di Bosco (doctorante université de Nanterre)Comment mettre en image l’expérience rituelle des danses collectives de découverte et de transformation de soi ?

 

Regard·s Homoérotique·s

Le 8 février 2019 – Frédérique Villemur (mdc à l’Université Paul Valéry – Montpellier 3)Invisibilité du geste amoureux ‘’lesbienne’’ dans la peinture de XVIe -XVIIIe en Europe

Le 15 mars 2019 : Damien Delille (mdc à l’Université Lyon II)La naissance du mot homoerotisme fin XIXe

Le 12 avril 2019 : Florian Vörös (mdc à l’Université de Lille) La fétichisation de la virilité dans les fantasmes pornographiques gays

 

Coordonné par :

  • Giorgio Fichera, doctorant à l’EHESS (CEHTA)
  • Chloé Maillet, professeure d’histoire et théorie des arts à l’ESBA Angers, (correspondante ALHOMA/CRH/EHESS)
  • Vasso Zachari, doctorante à l’EHESS (ANHIMA)

Séminaire du 9 novembre : Stéphanie Wyler, Pour une anthropologie des gestes rituels dans les images romaines

Images Re-vues a le plaisir de vous convier à son prochain séminaire où nous aurons le plaisir d’écouter

Stéphanie WYLER

Pour une anthropologie des gestes rituels dans les images romaines

vendredi 9 novembre 2018, de 17h à 19h, salle Walter Benjamin (INHA)

 

Le corpus des « paysages sacro-idylliques » met en images une grande variété de situations rituelles impliquant des personnages des marges (femmes, enfants, voyageurs, mendiants). Nous regarderons comment sont construits les gestes rituels (prières, offrandes) dans ces dispositifs et nous demanderons comment ces images stéréotypées peuvent servir de source d’histoire des religions.

 

Stéphanie Wyler est maîtresse de conférences en Histoire et anthropologie des mondes romains à l’université Paris Diderot. Ses recherches portent sur l’anthropologie des religions par l’image, en particulier le dionysisme et les paysages « sacro-idylliques », dans l’Italie romaine (Ier s. avant/Ier s. de notre ère). Elle enseigne l’histoire romaine, l’histoire de l’art romain, la langue et la littérature latine, notamment à l’IEP Paris et à l’École du Louvre. Elle a co-publié récemment un dossier sur « Le spectacle de la nature. Regards grecs et romains » (Cahiers « Mondes Anciens », 9, 2017).

 

Dans le cadre du séminaire 2018-2019 d’Images re-vues, coordonné par Giorgio Fichera, Chloé Maillet et Vasiliki Zachari et du numéro « La gestualité du rituel mis en image » (coordination Vasiliki Zachari).

Séminaire d’Images Re-vues 2018-2019 : Gestualité du rituel en images/Regard•s homoérotique•s

Première séance le vendredi 9 novembre 2018, EXCEPTIONNELLEMENT de 17h à 18h, salle Walter Benjamin (INHA)

Vendredi de 16 h à 18 h (INHA, salle Fabri de Pereisc, RdC, 2 rue Vivienne 75002 Paris), les 9 novembre, 7 décembre, 11 janvier, 8 février, 15 mars, 12 avril et 10 mai 2019

séance du 7 décembre 2018 exceptionnellement de 10h à 12h.

Séminaire organisé par : 

  • Giorgio Fichera, doctorant à l’EHESS ( CRAL-CEHTA )
  • Chloé Maillet, professeure d’histoire et théorie des arts à l’ESBA Angers ( CRH-AHLoMA )
  • Vasiliki Zachari, doctorante à l’EHESS ( AnHiMA )

Images re-vues accompagne depuis 2005 les renouvellements des recherches en anthropologie, histoire et théorie de l’art. Le séminaire accompagne les dernières sorties des numéros sous forme de rencontres avec des auteurs qui ont participé ou sont en train d’élaborer les numéros thématiques semestriels. 

Cette année, les premières séances du séminaire seront consacrées au numéro Gestualité du rituel en image (coordonné par Vasso Zachari), portant sur les recherches sur la mise en image des gestes accompagnant ou faisant rituels dans une société donnée. Le deuxième volet sera quant à lui consacré au numéro Regard·s homoérotique·s (coordonné par Giorgio Fichera et Chloé Maillet), à paraître courant 2019 portant sur les recherches visuelles touchant aux études sur les sexualités.

Contacts :  giorgio.fichera(at)gmail.com, chloemaillet(at)yahoo.com, vasso_zachari(at)yahoo.gr

Parution du hors-série 6 : Images émancipatrices

Images re-vues est heureuse de vous annoncer la sortie de son hors-série 6 :

Images émancipatrices

 

coordonné par Thomas Golsenne et Chloé Maillet

Sommaire

Historien·ne·s émancipé·e·s, par Thomas Golsenne et Chloé Maillet

L’ostracisme en image. Les graffitis sur les ostraca athéniens, par Jean-Noël Allard

Biographie d’une image de la démocratie athénienne : compte-rendu du livre de V. Azoulay, Les tyrannicides d’Athènes. Vie et mort de deux statues, par Elise Lehoux

L’organisation des signes religieux et l’esprit impérial de certains rabbins de l’Antiquité / The Organization of Religious Signs and the Imperial Mind of Some Early Rabbis, par Ron Naiweld

Les Monstres des hommes. Ou trente-sept pages et quarante-huit images pour rendre la voix des subalternes du XIIIe siècle, par Pierre-Olivier Dittmar

Libérer les images : compte-rendu critique de Horst Bredekamp, Théorie de l’acte d’image, la découverte, 2015, par Thomas Golsenne et Chloé Maillet

La Révolution, les fêtes et leurs images. Spectacles publics et représentation politique (Paris, 1789-1799), par Guillaume Mazeau

Images de femmes libres. Pour une histoire esthétique des idées politiques, par Stefania Ferrando

Une histoire de marionnettes. Variations sur Simone Pianetti (1858- ?), par Riccardo Giacconi et Andrea Morbio

Ecrire des images, par François Aubart

Dessiner pour agir : graphisme et politique dans l’espace public, par Francesca Cozzolino

Parcourir les histoires de l’art non-linéaires : les études du British Black Art par Sophie Orlando / Navigating Non-Linear Art Histories : Sophie Orlando’s Case Studies of British Black Art, par Ella S. Mills

légende image :

Peinture réalisée par un·e paysan·ne maya-tseltal de la région autonome zapatiste de Morelia pour l’exposition Un mundo donde quepan muchos mundos. Peintures zapatistes du Chiapas à la galerie La salle principale, Paris, 1er juin – 28 juillet 2018.

Paris, collection particulière

Séminaire du 5 avril : Andrea Ceriana Mayneri, Histoire, mémoires et passé en Centrafrique

Images Re-vues a le plaisir de vous inviter à son prochain séminaire où nous aurons le plaisir d’écouter

Andrea Ceriana Mayneri

CNRS-IMAF

Histoire, mémoires et passé au Centrafrique.

À propos de certains artefacts anciens et de leurs simulacres récents

/Users/andreaimaf/Desktop/9b865c06022951831c3ba6e620c87e77--tom-toms-modernism.jpg

5 avril 2018

INHA, salle W. Benjamin 10h-12h

Centrafrique, autrefois Oubangui-Chari. Examinons d’abord des images d’objets cérémoniaux anciens, dessinées par les missionnaires, décrites par les écrivains et voyageurs (René Maran, André Gide), capturées par les cinéastes et photographes (Marc Allégret, Ed van der Elsken) ; regardons ensuite certaines reprises contemporaines de ces objets qui suscitent dans le pays curiosité, ou regret et nostalgie, ou encore, méfiance et appréhension ; considérons enfin la trajectoire d’un musée des arts et des traditions populaires inauguré il y a cinquante ans à Bangui, aujourd’hui fermé, menacé d’écroulement. Est-il possible de tisser un lien entre ces événements, entre ces images, ces artefacts, ce bâtiment ? Et, si c’est possible, qu’est-ce que ce lien éventuel pourrait nous aider à comprendre à propos des liens avec le passé, dans un pays comme le Centrafrique actuel où les identités, a fortiori les mémoires, sont exacerbées sur fond de violences meurtrières et d’interminables souffrances ? Ce séminaire revient sur un programme de recherche développé entre le terrain centrafricain et certaines réserves de musées en Europe, en passant par des collections privées, des archives numérisées, puis de nouveau dans les salles, presque vides, du musée de Bangui. Il sera aussi question du film-documentaire « Mémoires du Centrafrique », en cours de réalisation avec Edie Laconi, qui en partant de ce programme, veut interroger à nouveaux frais la question mémorielle dans et autour de ce pays équatorial.

 

Dans le cadre du séminaire d’Images re-vues « Partie 2 : Trajectoires biographiques d’images », coordonné par Bérénice Gaillemin, Louise Hervé, Élise Lehoux et Chloé Maillet.

Séminaire du 8 mars : Thierry Bonnot, « Pertinence et limites des biographies d’objets. Retour critique sur une méthode »

Le prochain séminaire d’Images re-vues aura lieu le jeudi 8 mars à l’INHA, en salle W. Benjamin, de 10h à 12h.

Nous avons le plaisir d’inviter Thierry Bonnot (CNRS – GTMS – EHESS) qui présentera :

« Pertinence et limites des biographies d’objets. Retour critique sur une méthode »

La biographie d’objet est une option méthodologique qui présente un grand intérêt heuristique pour les sciences sociales. Elle permet à l’enquêteur (anthropologue, sociologue, historien, archéologue) de suivre les objets dans leur parcours afin de saisir la multiplicité des changements de statuts sociaux et de régimes de valeurs qu’ils subissent ou suscitent. Si ce travail permet de dépasser les catégories ordinaires utilisées pour classer les choses en société, il n’est pas une panacée applicable à toute sorte de chose dans tous les contextes. Il s’agira dans cette intervention d’effectuer un retour critique sur la notion de biographie d’objet et sur la méthode de recherche en l’articulant avec d’autres perspectives, notamment la question de l’agency, pour en évaluer l’efficacité et les lacunes.

Lire : T. Bonnot, « Itinéraire biographique d’une bouteille de cidre », L’Homme, 170, 2004, en ligne: http://journals.openedition.org/lhomme/24809

Dans le cadre du séminaire d’Images re-vues « Partie 2 : Trajectoires biographiques d’images », coordonné par Bérénice Gaillemin, Louise Hervé, Elise Lehoux et Chloé Maillet.

Programme du séminaire 2017-21018

Séminaire 2017-2018

INHA, 6 rue des Petits Champs/2 rue Vivienne, salle Walter Benjamin

Le 1er jeudi du mois, de 10 à 12h, à partir de décembre 2017 à jusqu’à mai 2018.

Le premier séminaire aura lieu le  jeudi 7 décembre de 10 à 12h en salle W. Benjamin.

 

Coordonné par :

  • Bérénice Gaillemin, post-doctorante, INALCO (Département des Amériques)
  • Louise Hervé, artiste
  • Elise Lehoux, docteure de l’EHESS (ANHIMA)
  • Chloé Maillet, professeure d’histoire et théorie des arts à l’ESBA Angers, (correspondante ALHOMA/CRH/EHESS)

Le séminaire de la revue électronique Images re-vues accompagne les dernières sorties des numéros sous forme de rencontres avec des auteurs qui ont participé à ces volumes.

Cette année, les premières séances du séminaire seront consacrées au numéro Extra-terrestre portant sur les rapports entre art et pensée de l’extra-terrestre, dans les domaines du cinéma, des études de genre et d’imaginaire astronomique. Le deuxième volet sera quant à lui consacré au numéro Les images vivent aussi, trajectoires biographiques, un numéro à paraître courant 2018 et dont les articles portent sur les destins des images qui, en changeant de contexte, de temps, de lieu, connaissent des réassignations d’usage, des re-sémantisations, des transformations de toute nature et réinterrogent ainsi le regard porté par ces objets issus de la culture matérielle

 

1ère Partie : Extraterrestre (n°14 de la revue)

Le 7 Décembre 2017 

Elsa de Smet (ATER Université de Reims), Au clair de Terre, Mon œil extraterrestre

Science de l’observation à partir du xviie siècle, l’astronomie reste néanmoins attachée au champ de l’hypothèse. La littérature savante de l’époque n’hésite d’ailleurs pas à faire figurer l’imagination au cœur de son fonctionnement en ayant recourt au récit d’un voyage mental comme moyen d’appréhender le monde intersidéral. L’œil du lecteur ainsi projeté dans la fiction littéraire, trouvera ensuite dans l’image au milieu du xixe siècle, un nouvel outil pour favoriser la communication autour de l’astronomie savante et de son apprentissage par le plaisir. Crédo du siècle, la conception du voir pour savoir installe un champ nouveau de fiction, visuelle cette fois, au cœur même des démonstrations les plus rigoureuses. Le règne du spectacle et des aventures extraordinaires de la seconde moitié du xixe siècle, qui a révélé le potentiel séducteur de l’imagerie scientifique dans la culture populaire n’y est sans doute pas étranger. Et, de cette collaboration entre fiction et astronomie émergent des mutations esthétiques où la coalescence entre science et style devient condition nécessaire et point de départ pour de nouveaux questionnements plastiques.

 

Le 11 janvier 2018

Jean-Michel Durafour (professeur Université Aix-Marseille), Des Extraterrestres aux manettes des images. Images, minéraux et cristaux dans la cité pétrifiée de John Sherwood (1957)

La Cité pétrifiée (Monolith Monsters, 1957) de John Sherwood, un film d’exploitation aujourd’hui injustement oublié (pourtant écrit sur une idée du grand maître du genre à l’époque, Jack Arnold), signale un cas très unique dans l’histoire du cinéma de science-fiction d’extraterrestres minéraux et cristallins. Le parti pris de la présente étude est que ces extraterrestres, à mi-chemin de la pierre et de l’organisme, dont l’analyse exigera de s’aventurer dans la cristallographie, se découvrent au fur et à mesure comme d’authentiques figures théoriques engageant une appréciation esthétique sur les films d’une grande originalité sous le module d’une minéralogie des images filmiques. Le film y gagne ainsi une exigeante profondeur théorique. L’extraterrestre – dont la forme fait fusain – y devient ainsi le lieu d’une extra-territorialisation esthétique qui conduira à demander aux images quel type de pierres elles sont.

 

Le 8 février 2018

Luc Schicharin (docteur CRM, Université de Lorraine), Le corps abstrait d’une princesse nuwaubienne : l’extra-terrestre comme figure de l’altérité dans l’œuvre de Juliana Huxtable. 

Il s’agira d’une étude esthétique et sémiologique des autoportraits de Juliana Huxtable en princesse nuwaubienne afin de comprendre les enjeux de l’usage artistique de la figure de l’extra-terrestre dans son travail. À partir d’une analyse des œuvres et des entretiens de l’artiste, nous établissons que l’autoportrait extra-terrestre d’Huxtable est, en premier lieu, une exploration philosophique et artistique de la notion de race, considérée comme une corporéité abstraite, mais aussi un outil d’affirmation politique, dans la mesure où la créature nuwaubienne apparaît comme une métaphore de l’altérité chez l’artiste afro-américaine. Enfin, nous constatons que l’artiste est également proche de la théorie queer lorsqu’elle aborde son identité intersexuée et transgenre en posant un regard critique sur la représentation de l’hermaphrodisme dans l’art antique qu’elle déconstruit avec les conceptions du genre de la société contemporaine et son esthétique afrofuturiste.

2ème Partie : Trajectoires biographiques d’images (n°15, à paraître)

 

Le 8 mars 2018

Thierry Bonnot (chargé de recherche au CNRS, GTMS/EHESS, Paris), Pertinence et limites des biographies d’objets. Retour critique sur une méthode.

La biographie d’objet est une option méthodologique qui présente un grand intérêt heuristique pour les sciences sociales. Elle permet à l’enquêteur (anthropologue, sociologue, historien, archéologue) de suivre les objets dans leur parcours afin de saisir la multiplicité des changements de statuts sociaux et de régimes de valeurs qu’ils subissent ou suscitent. Si ce travail permet de dépasser les catégories ordinaires utilisées pour classer les choses en société, il n’est pas une panacée applicable à toute sorte de chose dans tous les contextes. Il s’agira dans cette intervention d’effectuer un retour critique sur la notion de biographie d’objet et sur la méthode de recherche en l’articulant avec d’autres perspectives, notamment la question de l’agency, pour en évaluer l’efficacité et les lacunes.

 

Le 5 avril 2018

Andrea Ceriana Mayneri (Chargé de Recherches au CNRS-IMAF), Histoire, mémoires et passé au Centrafrique. À propos de certains artefacts anciens et de leurs simulacres récents.

Centrafrique, autrefois Oubangui-Chari. Examinons d’abord des images d’objets cérémoniaux anciens, dessinées par les missionnaires, décrites par les écrivains et voyageurs (René Maran, André Gide), capturées par les cinéastes et photographes (Marc Allégret, Ed van der Elsken) ; regardons ensuite certaines reprises contemporaines de ces objets qui suscitent dans le pays curiosité, ou regret et nostalgie, ou encore, méfiance et appréhension ; considérons enfin la trajectoire d’un musée des arts et des traditions populaires inauguré il y a cinquante ans à Bangui, aujourd’hui fermé, menacé d’écroulement. Est-il possible de tisser un lien entre ces événements, entre ces images, ces artefacts, ce bâtiment ? Et, si c’est possible, qu’est-ce que ce lien éventuel pourrait nous aider à comprendre à propos des liens avec le passé, dans un pays comme le Centrafrique actuel où les identités, a fortiori les mémoires, sont exacerbées sur fond de violences meurtrières et d’interminables souffrances ? Ce séminaire revient sur un programme de recherche développé entre le terrain centrafricain et certaines réserves de musées en Europe, en passant par des collections privées, des archives numérisées, puis de nouveau dans les salles, presque vides, du musée de Bangui. Il sera aussi question du film-documentaire « Mémoires du Centrafrique », en cours de réalisation avec Edie Laconi, qui en partant de ce programme, veut interroger à nouveaux frais la question mémorielle dans et autour de ce pays équatorial.

 

Le 3 mai 2018

Chloé Galibert-Laîné (doctorante, SACRe / ENS (PSL)) et Aurel Rotival (doctorant, Université Lumière Lyon 2): Survivance des motifs et politiques de l’appropriation

– Chloé Galibert-Laîné, ‘L’entrée dans l’art’ des images amateurs filmées pendant le soulèvement syrien de 2011

Depuis l’insurrection verte en Iran en 2009, l’usage de la vidéo numérique s’est répandu comme outil de documentation des mouvements sociaux et des conflits armés. Il n’en fallait pas davantage pour que se multiplient en même temps différentes formes de remixes et de remplois de ces images. Ces vidéos, du fait du peu d’informations dont nous disposons quant au contexte dans lequel elles ont été filmées et quant à l’identité et aux intentions de leurs auteur.e.s, constituent un matériau très malléable : la diversité des destins offerts à ces images semble n’avoir d’égal que le nombre de sites Internet susceptibles de les diffuser, recontextualiser, détourner. En prenant appui sur l’analyse d’un corpus de vidéos YouTube et de films contemporains, cette intervention s’intéressera spécifiquement aux différentes stratégies d’appropriation (médiatiques, politiques et artistiques) dont font l’objet les images amateures tournées en Syrie depuis le début des révoltes en 2011.

– Aurel Rotival, Le pathos figuratif chrétien et ses vies politiques posthumes. Sur plusieurs remplois filmiques du motif de la pietà

Dans trois films réalisés au tournant des années soixante et soixante-dix par des cinéastes qui, tout à la fois, se réclament de la modernité cinématographique la plus avancée et tentent, par leur œuvre filmique, de participer aux luttes politiques de l’époque (Les Enfants désaccordés, réalisé en 1964 par P. Garrel ; Acéphale, réalisé en 1968 par P. Deval et Les Dieux de la peste, réalisé en 1970 par R.W. Fassbinder), survit le modèle pictural classique de la pietà, issu des sphères religieuse et chrétienne. Il s’agit de relier ce retour du religieux, envisagé non comme un substrat dogmatique mais comme le véhicule d’intensités anthropologiques et de fictions collectives, aux divers constats de l’époque qui auront signalé une situation de crise anthropologique, et l’auront fait à l’aune d’une disparition des singularités culturelles derrière l’homologation au mode de vie bourgeois, d’un affaissement de la mémoire et de ses capacités disruptives, ou encore, précisément, d’une perte du sentiment de sacré dans le monde. Il apparaîtra que le remploi de ces formes figuratives empruntées au pathos religieux par des cinéastes se revendiquant du marxisme ou du communisme n’a finalement de sens qu’à engager leur retournement vers la promesse d’un horizon commun, au moment où la question de la révolution se doit d’être pensée avec celle, cruciale, du salut anthropologique des peuples.

 

séminaire du 4 mai : regards croisés sur la polychromie, entre Antiquité et modernité

Images Re-vues est heureuse de vous inviter à son prochain séminaire :

Arnaud Dubois et Adeline Grand-Clément

 

« Colorier les idoles, habiller les murs.

Regards croisés sur la polychromie, entre Antiquité et modernité »

Jeudi 4 mai 2017

INHA, 2 rue Vivienne, 75002 Paris

Salle Walter Benjamin, 10h-12h. Entrée libre

Adeline Grand-Clément et Arnaud Dubois engageront une discussion comparatiste autour de la notion de « polychromie » et des pratiques qu’elle a recouvertes au cours de l’histoire, en faisant dialoguer leurs corpus d’étude, antique et contemporain. La première partie de l’échange portera sur le rapport entre peau et couleur dans la statuaire en marbre de la Grèce archaïque : pourquoi cette nécessité de « colorier les idoles » (formule empruntée à Quatremère de Quincy) ? La seconde partie concernera les pratiques de la couleur en architecture contemporaine, notamment celles de Patrick Bouchain, qui explique les raisons qui l’ont conduit à « habiller les murs ». Les deux dossiers invitent à réfléchir sur ce que la couleur fait aux surfaces, dans une perspective anthropologique.

Arnaud Dubois est docteur en anthropologie sociale de l’EHESS (2014) et diplômé des Beaux-arts de Paris (2008). Chercheur invité au musée du quai Branly en 2014, il est actuellement chargé de recherche au musée des Arts et Métiers et post-doctorant de la Fondation Fyssen à University College London (2016-2018). Depuis plusieurs années, il travaille sur les relations entre technique, esthétique et société. Il développe notamment un programme renouvelé d’anthropologie et d’histoire de l’art centré sur les pratiques de la couleur. Dans ce cadre, il a effectué un terrain au Centre Pompidou et débute une nouvelle recherche sur le pouvoir de la couleur en Papouasie-Nouvelle-Guinée. Il anime depuis cette année un séminaire de recherche au Musée des arts et métiers intitulé « anthrolologie des techniques du corps » et est le commissaire de l’exposition Les Meilleurs Ouvriers de France dans ce même musée.

Adeline Grand-Clément, agrégée d’Histoire, est maître de conférences en histoire grecque à l’Université Toulouse 2-Jean Jaurès et membre de l’Institut Universitaire de France. Elle appartient à l’équipe PLH-ERASME, qui travaille sur la réception de l’Antiquité. Son principal champ de recherche, qui concerne l’histoire culturelle et l’anthropologie des couleurs dans les sociétés anciennes, s’ouvre actuellement en direction de l’ensemble des registres sensoriels, en contexte rituel grec. C’est dans ce cadre qu’Adeline Grand-Clément dirige le programme de recherche comparatiste « Synaesthesia » (financé par l’Idex de l’Université fédérale de Toulouse), qui regroupe des spécialistes de l’Antiquité et des anthropologues. Elle a notamment publié La fabrique des couleurs (Éd. De Boccard, 2011) et participe à la préparation de l’exposition « Rituels grecs : une expérience sensible » qui débutera en novembre 2017 au Musée Saint-Raymond de Toulouse.

Dans le cadre du séminaire d’Images Re-vues : « objets, techniques, supports », organisé par Doina Craciun, Bénédicte Duvernay, Bérénice Gaillemin, Élise Lehoux, Vasso Zachari

http://imagesrevues.revues.org/

Séminaire du 6 avril : les annotations du Greco sur Vitruve

Images Re-vues a le plaisir de vous inviter à son prochain séminaire :

Maria Georgilaki

 « Les annotations du Greco sur Vitruve »

6 avril 2017

INHA, 2 rue Vivienne, 75002 Paris

Salle Walter Benjamin, 10h-12hEntrée libre

 

Natif de Crète, orthodoxe, peintre d’icônes de renom, citoyen vénitien, tolédan d’adoption et artiste des autorités étatiques espagnoles, ami d’intellectuels et de prélats contre-réformistes, le Greco est pourtant plus connu par les lieux communs du XIXe siècle (mysticisme, déraison, extravagance, etc.), très résistants aux découvertes des historiens. À sa mort, il possède une des plus grandes bibliothèques d’artiste ou d’amateur d’art connues du XVIe siècle. Ses manuscrits volumineux étant tous perdus, il ne nous reste de sa pensée que les annotations sur quelques-uns de ses livres.

Les apostilles du peintre sur Vitruve ont fourni les fragments les plus instructifs sur la théorie de la peinture du Greco. Mais trente ans après leur découverte, ses commentaires sont à peine dissociés du tempérament de l’artiste. Ses marginalia sur De architectura peuvent contribuer à une lecture plus large de la pratique du Greco et enrichir le regard sur la technique de la peinture d’affiliation vénitienne.

Maria Georgilaki est née à la Canée en Crète. Elle a étudié l’art et la théorie des médias (Communications Arts and Sciences) et la philosophie au Queens College à New York (Bachelor of Arts) en 1991. Sous la direction d’Hubert Damisch, à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales à Paris, elle a commencé une recherche sur les annotations du Greco. Elle a obtenu le Master (2014) de la même école sous la direction de Giovanni Careri, au Centre d’Histoire et de Théorie de l’Art, sur le thème des survivances des schémas byzantins dans les tableaux du Greco. Elle prépare actuellement une thèse sous sa direction, sur la notion d’espace chez le Greco, et écrit aussi sur des créations contemporaines. Elle partage son temps entre Paris et la Crète. Les projets déjà entrepris portent sur la survivance des formules prémodernes dans l’expérience contemporaine.

———————————–

 

Dans le cadre du séminaire d’Images Re-vues : « objets, techniques, supports », organisé par Doina Craciun, Bénédicte Duvernay, Bérénice Gaillemin, Élise Lehoux, Vasso Zachari

Séminaire du 2 mars : La notion d’iconographie implicite au prisme de la transe hallucinatoire grisi siknis chez les miskitos du Nicaragua

 Images Re-vues a le plaisir de vous inviter à son prochain séminaire :

Maddalena Canna

 

La notion d’iconographie implicite au prisme de la transe hallucinatoire grisi siknis chez les miskitos du Nicaragua

2 mars 2017

INHA, 2 rue Vivienne, 75002 Paris

salle Walter Benjamin

10h-12h

entrée libre

Grisi siknis, en miskito nicaraguayen « la maladie folle », est une famille de crises de transe hallucinatoire perçues comme une maladie contagieuse chez plusieurs populations de la Moskitia, entre le Honduras et le Nicaragua oriental. Une attaque de grisi siknis déclenche un comportement agressif/auto-agressif associé à une série d’hallucinations récurrentes. À cause de leur potentiel pathogène, les images visuelles associées aux attaques de grisi siknis sont rarement représentées. Elles constituent cependant un répertoire iconique cohérent et sophistiqué. Par une pratique ethnographique expérimentale, en demandant à une série d’affectés de dessiner sur papier ces apparitions, j’ai participé à la mise en évidence de cette tradition iconique de mémoire hallucinatoire. En m’interrogeant sur le statut de ces images, à la fois représentations, résidus somatiques et matrices imaginaires partagées, je propose la notion d’iconographie implicite pour rendre compte de ces traditions où un répertoire iconique figé est transmis en l’absence d’un support externe.

 

Maddalena Canna, anthropologue, est doctorante au Laboratoire d’Anthropologie Sociale (EHESS/Collège de France), Lauréate de la Fondation Martine Aublet du Musée du Quai Branly et membre de l’équipe interdisciplinaire ALIUS. Sa thèse porte sur l’iconographie implicite de la transe hallucinatoire grisi siknis. Après une année d’enquête ethnographique parmi les miskitos du Nicaragua, elle mène une recherche comparative et interdisciplinaire sur les modalités d’incarnation et de propagation de l’imaginaire et sur son interaction avec les états de conscience, avec un intérêt particulier pour les traditions visuelles.

Séminaire du 2 février : Icônes éthiopiennes du XVe siècle

Claire Bosc-Tiessé et Sigrid Mirabaud

De l’analyse des matériaux à l’archéologie des processus de création :

Icônes éthiopiennes du XVe siècleundefined

A partir d’un projet initial sur l’identification des matériaux, cette présentation verra comment interroger les processus de création et de fabrication des icônes éthiopiennes à partir du corpus de données matérielles créé à cette occasion. A travers ce que l’on peut discerner de l’organisation du travail, elle reviendra sur les questions propres aux pratiques d’attribution et à l’auctorialité de ces peintures en l’absence d’informations textuelles.

 

 

 

Claire Bosc-Tiessé, historienne de l’art (CNRS, Institut des Mondes Africains) et Sigrid Mirabaud, chimiste (Inp), travaillent depuis plusieurs années sur un projet d’analyses des matériaux constitutifs des peintures et sur les processus de création et de fabrication à partir d’un corpus d’icônes et de peintures murales éthiopiennes datées entre le XIIIe et le XVIIIe siècle. Spécialiste de l’Éthiopie, Claire Bosc-Tiessé est notamment l’auteur des Îles de la mémoire. Fabrique des images et écriture de l’histoire dans les églises du lac Tana, Éthiopie, XVIIe-XVIIIe siècle paru en 2008 aux Publications de la Sorbonne. Sigrid Mirabaud est spécialisée dans l’étude des matériaux anciens, adjointe au directeur des études du département des restaurateur et responsable du laboratoire de l’Inp.

Parution du n° 13 : Supports

Images Re-vues a le plaisir de vous annoncer la parution de son numéro 13 :

Supports

direction Doina Craciun et Bénédicte Duvernay

Editorial

Doina Craciun et Bénédicte Duvernay

annonciation_sur_lapislazzuli-small480

Le thème de ce numéro invitait historiens de l’art, restaurateurs, archéologues, anthropologues, etc. à proposer leurs réflexions sur des objets spécifiques du point de vue de la relation entre matière et image, entendues au sens que leur donne Cesare Brandi lorsqu’il définit la matière comme « tout ce qui sert à l’épiphanie de l’image », et en distinguant dans cette catégorie la matière comme prioritairement support, structure (les fondations d’un édifice, le bois d’une icône, etc.) et la matière participant de l’aspect de l’image (l’enduit peint d’une façade, le marbre taillé en statue, etc.). La Teoria del restauro livre l’exemple d’une œuvre peinte, où le panneau de bois est la matière-support, et la couche de peinture la matière-aspect, tout en précisant, d’emblée, que la matière, comme véhicule de la forme, lui est coextensive, et que la distinction entre matière-support et matière-aspect est la plupart du temps poreuse.

En prenant les distinctions théoriques de Brandi comme point de départ, nous voulions suggérer aux auteurs quelques pistes de réflexions originales : nous intéressaient en particulier les cas historiques particulièrement significatifs quant à la question du revêtement ou du dévoilement des supports.

lire la suite

illusion de surface : percevoir la « peau » d’une sculpture

Christina Ferando

Au XVIIIe siècle, certains sculpteurs, comme Antonio Canova, utilisèrent la cire pour essayer de teinter de façon subtile la surface de leurs œuvres, s’attachant tout particulièrement au traitement de la chair de leurs figures. Cet essai explore la réticence du public face à cette polychromie, proposant un lien entre la critique largement négative des œuvres et l’apparence trompeuse de leur surface dont le traitement à l’encaustique imitait de trop près celle de l’Antique. D’autre part, l’effet de réel de la couleur menaçait le statut de la sculpture et sa place dans la hiérarchie des Beaux-Arts. Mettant l’accent sur la surface même de l’œuvre, et l’opposition entre surface et son contenu, l’effet de réel ainsi mis en place soulevait des questions non seulement esthétiques, mais aussi philosophiques et scientifiques.

lire l’article

L’épiderme des statues grecques : quand le marbre se fait chair

Adeline Grand-Clément

Dans la langue grecque, le terme qui désigne la peau, khrôs, signifie aussi « couleur ». L’épiderme humain est ainsi un des éléments à partir desquels les Grecs ont pensé le chromatisme et ses caractéristiques. L’excellence d’un peintre se mesurait d’ailleurs à sa capacité à trouver le ton juste, capable de rendre les nuances subtiles du teint humain (andreikelon) et de conférer à l’œuvre picturale un effet de vie. On sait aujourd’hui que les statues n’échappaient pas à cette mise en couleurs, même si le traitement des parties dénudées du corps humain demeure relativement mal connu. L’article proposera quelques réflexions autour de ce rapport entre peau et couleur, en s’intéressant à un matériau en particulier : le marbre. Cette pierre cristalline semble en effet avoir été l’un des supports privilégiés de la mise en couleur, depuis l’époque archaïque, et l’on s’interrogera sur les raisons qui expliquent cette préférence.

lire l’article

Une archéologie des icônes éthiopiennes. Matériaux, techniques et auctorialité au XVe siècle

Claire Bosc-Tiessé et Sigrid Mirabaud

Alors que l’Éthiopie est christianisée à partir du ive siècle de notre ère, les premières icônes éthiopiennes préservées datent du xve siècle sans que l’on établisse précisément aujourd’hui si c’est à ce moment qu’elles apparaissent en Éthiopie ou si d’autres plus anciennes ont complètement disparu. Partant de l’analyse des matériaux et de la manière dont ils sont mis en œuvre, cet article propose d’étudier la stratigraphie de deux icônes parmi les plus anciennes conservées pour discerner les différentes étapes de la création de l’œuvre et celles qui concernent sa vie sur une durée plus longue. Tout en mettant en évidence la mise en place d’une technologie des icônes en Éthiopie de manière générale, il entend réfléchir aux modalités de la création en reconsidérant les pratiques d’attribution en cours dans l’histoire de l’art éthiopien.

lire l’article

Des images en quête de supports. L’iconographie implicite des crises hallucinatoires grisi siknis

Maddalena Cana

Grisi siknis, en miskito nicaraguayen « la maladie folle », est une famille de crises de transe hallucinatoire perçues comme une maladie contagieuse chez plusieurs populations de la Moskitia, une aire multiethnique s’étendant entre le Honduras et le Nicaragua oriental. Une attaque de grisi siknis déclenche un comportement agressif/auto-agressif associé à une série d’hallucinations récurrentes. À cause de leur potentiel pathogène, les images visuelles associées aux attaques de grisi siknis sont rarement représentées. Elles constituent cependant un répertoire iconique cohérent et sophistiqué. Par une pratique ethnographique expérimentale, en demandant à une série d’affectés de dessiner sur papier ces apparitions, j’ai participé à la mise en évidence de cette tradition iconique de mémoire hallucinatoire. En m’interrogeant sur le statut de ces images, à la fois représentations, résidus somatiques et matrice imaginaire partagée, je propose la notion d’iconographie implicite pour rendre compte de ces traditions où un répertoire iconique figé est transmis en l’absence d’un support externe.

lire l’article

Poser la couleur : le Centre Pompidou Mobile, la coloration des murs et l’anthropologie

Arnaud Dubois

À partir d’une étude croisée de la littérature savante sur la polychromie antique et industrielle et de données issues d’une enquête de terrain sur une architecture contemporaine qui prend ses distances avec les couleurs fonctionnelles de l’architecture moderniste, cet article montre qu’une approche ethnographique des pratiques coloristes permet de dégager une historiographie largement sous-évaluée des travaux sur l’art coloriste en architecture moderne. En rendant compte des entretiens que j’ai eus avec Patrick Bouchain et Daniel Buren sur leurs positions théoriques sur la coloration des murs et en confrontant leurs réponses aux théoriciens du XIXe siècle en Europe, j’aborde la délicate question de la coloration du Centre Pompidou Mobile. Relève-t-elle ou non d’une démarche « décorative » ?

lire l’article