Séminaire du 11 décembre 2014 : Anthropocène Monument

Anthropocène Monument

11 décembre 2014, 9h30 – 12h, INHA, salle Fabri du Peiresc

A propos d’une exposition événement

Images Re-vues vous invite à son séminaire le 11 décembre 2014. Il prendra la forme d’une table-ronde animée par Thomas Golsenne et Chloé Maillet, avec la participation exceptionnelle de Fabien Giraud.

Iconoclash, la première exposition de Bruno Latour, est devenue mythique. Anthropocène Monument est une exposition qui s’inscrit dans un projet plus ambitieux encore, Passion Gaïa. Sur une idée de Bronislaw Szerszynski, directeur du département de sociologie de Lancaster au Royaume-Uni, son commissariat est assumé par Olivier Michelon, directeur des Abattoirs de Toulouse, où elle se tient jusqu’au 5 janvier. Comment rendre compte des nouvelles écologies qui se sont révélées ces dernières années, aussi bien en politique qu’en philosophie ? Que penser de l’anthropocène, notion très récente, de ses enjeux et de ses paradoxes ? Comment évaluer si l’exposition est le médium adéquat pour réfléchir sur ces problèmes complexes ?

Fabien Giraud est né en 1980. Il vit et travaille à Paris. Depuis 2007, il collabore fréquemment avec l’artiste et réalisateur Raphaël Siboni avec qui il a participé à de nombreuses expositions internationales (Palais de Tokyo – 2008, Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris – 2009, Santa Fe Biennal – 2008, Moscow Biennal – 2009). En 2014, leur nouvel ensemble d’œuvres, intitulé The Unmanned a été présenté dans une série d’expositions monographiques au Luxembourg (Casino Luxembourg), Canada (Vox à Montréal), et en France (Centre International d’Art et du Paysage de Vassivière). En parallèle de cette collaboration, Fabien Giraud a développé une pratique théorique et sculpturale à travers les deux projets au long terme Du Mort qui Saisit le Vif et La Strate Marfa. Ce dernier sera présenté sous la forme d’un livre (en collaboration avec l’historienne de l’art Ida Soulard) à l’occasion de son exposition à Marfa (Texas) en 2015.

En 2011 il a co-fondé la série de séminaires et de workshops nommés The Matter of Contradiction qui questionnent le concept géologique d’Anthropocène et ses conséquences pour la théorie de l’art. En 2013, il a initié, avec Ida Soulard, Glass Bead – une plateforme de recherche et une revue –  lancées en 2014 à travers une série d’événements à New York et à Paris.

Image : Tomàs Saraceno, Museo Aero Solar, installation aux Abattoirs de Toulouse, 2014. Photo : S. Léonard

Dans le cadre du « Séminaire de crise : images, politique », Images re-vues, coordonné par Thomas Golsenne et Chloé Maillet

Images Re-vues – Histoire, anthropologie et théorie de l’art


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *