Séance du 11 juin 2021 – De la Galerie au Magasin : la construction d’un récit de la mode au XVIIIe siècle

Images Re-vues a le plaisir de vous convier à la sixième et dernière séance de son séminaire 2020-2021 :

Vendredi 11 juin 2021, 16h-18h

INHA, salle Fabri de Peiresc ET en ligne – Inscriptions : erika.wicky@univ-lyon2.fr 

 

De la Galerie au Magasin : la construction d’un récit de la mode au XVIIIe siècle

Élise Urbain Ruano (Université de Lille)

Le désir de fixer dans l’image les costumes contemporains traverse toute la période moderne. Des Costumes anciens et modernes de Cesare Vecellio dans l’Italie du XVIe siècle au Mercure galant dans la France du XVIIe, les séries d’estampes listant les modes locales ou saisonnières sont de grands succès éditoriaux. Mais c’est dans le dernier quart du XVIIIe siècle que se développe l’image de mode telle que nous la concevons actuellement : une projection des tendances à venir, se voulant détachée des normes vestimentaires du pouvoir et ne se revendiquant que du « goût », notion ô combien évanescente.

Ce sont les étapes de la construction de ce discours sur la mode que cette communication se propose d’explorer. Le terme est à prendre dans son sens premier, car, de la Galerie au Magasin, en passant par le Cabinet et le Monument, les concepteurs des publications de mode filent – consciemment ou pas – la métaphore architecturale tout au long des vingt dernières années de l’Ancien Régime. En particulier, l’accent sera mis sur la longue histoire éditoriale du Monument du Costume, compilation de trois suites d’estampes dont l’élaboration a pris plusieurs années. La question de la temporalité est cruciale dans un contexte d’accélération du renouvellement des modes. Vouloir commenter et mettre la mode en images revient à résoudre la difficile équation entre actualité du discours et pérennité de la publication, en se heurtant aux limites techniques de l’édition. Les auteurs de ces publications en ont conscience, et la question de la postérité des images sous-tend l’ensemble de leur discours, tout en affrontant l’impératif de fraîcheur des modes exposées.

Élise Urbain Ruano est historienne de l’art et de la mode. Elle travaille sur la norme et ses transgressions, appliquées dans sa thèse au négligé dans le portrait du XVIIIe siècle. Elle a écrit sur ce sujet dans Tenue Correcte Exigée (Les Arts Décoratifs, 2017), dans les revues Dix-Huitième Siècle et The Journal of Dress History. Elle a contribué à des ouvrages collectifs sur la légèreté dans la mode et les arts au XVIIIe siècle (Le Siècle de la légèreté, Oxford University Studies in the Enlightment) et la médiation de l’intime dans le portrait (L’intime de l’Antiquité à nos jours, P.U. de Bordeaux).

 

Séance organisée dans le cadre du séminaire d’Images Re-vues 2020-2021 coordonné par Érika Wicky, Marie Sklodowska-Curie Fellow, Univ. Lumière Lyon 2 / LARHRA et Vasso Zachari, doctorante à l’EHESS / ANHIMA

Visuel : Isidore Stanislas Helman, d’après Moreau le jeune. Le Souper fin, 1781. Estampe, Paris, BNF.



Citer ce billet
redactioncarnet (2021, 7 juin). Séance du 11 juin 2021 – De la Galerie au Magasin : la construction d’un récit de la mode au XVIIIe siècle. Le carnet d'Images Re-vues. Consulté le 29 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/muc0