N°21 – Images, sport et politique de l’Antiquité à nos jours

Numéro dirigé par Sébastien Laffage-Cosnier, Jean-Marc Huitorel et Nicolas Sarzeaud.

Date limite d’envoi des propositions (5000 signes espaces compris) : 1er février 2022 ; date limite de remise des articles (45000 signes espaces compris maximum) : 1er septembre 2022.

Les propositions sont à envoyer aux adresses électroniques suivantes : sebastien.laffage-cosnier@univ-fcomte.fr ; jm.huitorel@wanadoo.fr ; nicolas.sarzeaud@ehess.fr

Thomas TUDOUX

L’image du footballeur américain Colin Kaepernick qui, en 2016, met un genou à terre pendant l’hymne américain pour protester contre les violences policières est un geste emblématique de contestation de l’injustice raciale. Quatre ans plus tard, et dans un contexte pratiquement identique, une partie des sportif·ives américain·es entame une mobilisation et un mouvement de grève en soutien à Jacob Blake, un Africain-Américain grièvement blessé par balles lors d’une interpellation par la police le 23 août 2020. Véritable symbole, notamment au sein du mouvement Black Lives Matter, l’image de l’athlète effectuant un kneeling illustre la mobilisation et l’engagement politiques face aux violences policières subies par les populations africaines-américaines.

Réputés « apolitiques » (Defrance, 2000), rares sont, en effet, les sportif·ives contemporain·es qui s’engagent dans le débat public, les controverses sociétales ou les luttes politiques. Megan Rapinoe, militante LGBT, défenseure des droits des minorités et anti-Trump revendiquée, Lilian Thuram, engagé sur des sujets liés à l’égalité, à l’immigration et à l’anti-racisme ou Antoine Griezmann, dénonçant la persécution des Ouïghours en Chine par l’arrêt de son partenariat avec la société Huawei soupçonnée d’avoir contribué à ces exactions, constituent quelques-uns des rares exemples médiatisés d’activisme de footballeuses et footballeurs, plus largement des sportif·ives contemporain·es, contribuant par là à modifier les représentations que l’on se fait du sport et en particulier de son iconographie. À l’inverse, on peut s’interroger sur ce que véhicule l’icône Zinédine Zidane, marquée par la réserve et le retrait. Le silence de Zidane est-il surévalué ?

Dans le cadre de ce numéro, nous nous référons à une définition élargie de la notion de sport, que certain·es auteur·rices emploient ou non le terme dans leurs travaux. L’historiographie a en effet discuté du bon usage du terme « sport », entre une définition restreinte au seul « sport moderne » (Guttmann, 1978) et une définition plus élargie (Eichberg, 1998), intégrant un éventail de pratiques à la fois physiques, compétitives et ludiques sans limitation géographique et historique. Dans la lignée des travaux fondateurs de Johan Huizinga ou de Norbert Elias interrogeant ces pratiques ludiques et sportives dans la longue durée (Huizinga, 1988 ; Elias & Dunning, 1994) et des tentatives de définition et de catégorisation mises en place par différents auteurs (Bouet, 1968 ; Caillois, 1958 ; Jeu, 1977 ; Ulmann, 1965), nous souhaitons interroger des représentations de ces pratiques provenant de toutes les époques et de toutes les aires géographiques (Renson, 1998 ; Behringer, 2012). Qu’il s’agisse des concours panhelléniques antiques, à Olympie et ailleurs, ou des jeux physiques pratiqués aux époques médiévales et modernes dans un contexte féodal, civique ou villageois, nombre de ces pratiques donnent lieu à une spectacularisation des corps et à des représentations dont la dimension politique est évidente (Bancel & Gayman, 2002 ; Terret, 2020).

Si, à l’heure actuelle, apparaissent quelques timides signes d’un « sport power » (Verschuuren, 2013), dynamiques de politisation et de dépolitisation se succèdent au cours de l’histoire (Defrance, 2003), amenant ainsi à relativiser la portée globale de certains mouvements initiés par certaines vedettes (Rosol, 2004). Cependant des sportives comme Marie-Thérèse Eyquem s’attachent à propager leurs idées politiques (Castan Vicente, 2009) ou, comme Alice Milliat, à « occupe[r] l’espace médiatique sportif, féministe ou militaire, conservateur ou progressiste, en adaptant ses arguments au public concerné » (Carpentier, 2019, p. 103). D’autres, comme l’alpiniste Maurice Herzog, l’athlète Guy Drut, ou le judoka David Douillet, n’hésitent pas à mettre en valeur et en images leurs exploits sportifs afin d’embrasser une carrière politique (Vivier, Laffage-Cosnier & Guillain, 2020). On ne compte plus les élu·es, maires, député·es et jusqu’à des ministres en France et ailleurs, qui furent d’anciens sportifs. Le dernier exemple probant est bien celui de Tony Estanguet, l’ancien champion de canoë, désormais membre du CIO et président du Comité d’organisation des JOP de 2024. En fait de va-et-vient entre les sphères du sport, de la politique voire de l’art, on songe évidemment à Bernard Tapie, à Éric Cantona ou au grand Pelé. Du reste, le phénomène n’est pas propre à l’époque contemporaine : des athlètes grecs comme Théagène de Thasos ont parfois participé activement à la vie politique de leurs cités (Bohringer, 1979). Si, comme le souligne fort justement Mike O’ Mahony, l’histoire du sport est indissolublement liée à l’histoire du visuel (O’ Mahony, 2006), quelles images ces sportif·ives utilisent-elles·ils pour parvenir à diffuser leurs messages ou s’engager politiquement ? Les réponses à ces questions pourront alimenter un premier axe de réflexion dont la focale est prioritairement mise sur le sport et ses acteur·rices.

Cependant, si certain·es athlètes utilisent effectivement leur notoriété à des fins politiques, à l’inverse, les différents pouvoirs politiques se servent, eux, de l’image sportive comme instrument de propagande. À titre d’exemple, dans la Rome antique, les jeux du cirque (Thuillier, 2018), les compétitions athlétiques et les courses hippiques sont très souvent représentés sur les mosaïques, les bas-reliefs ou les statuettes. Leur présence n’est pas anodine. À Rome, notamment à l’époque républicaine, les épreuves athlétiques et les exercices corporels se révèlent être essentiels pour le prestige des politiciens romains. Organisateurs des Jeux, les magistrats sont par exemple assurés de faire une belle carrière politique si la manifestation en question est une réussite et, mécaniquement, l’empereur en tire un prestige non négligeable (Thuillier, 1996). En Égypte, la Fête-sed, véritable démonstration physique (course à pied, capture de taureau, chasse au lion ou à l’hippopotame, etc.) (Tamini, 1997), était un rituel public de renaissance destiné à revivifier le roi vieilli et à accroître la confiance que le peuple avait en son règne. C’était le point de départ d’un nouveau cycle dans la vie des pharaons (Tyldesley, 1997).

De même, plusieurs travaux ont montré que le régime de Vichy utilise les affiches (Pécout, 2010) ou la photographie (Denoyelle, 2002) comme outil idéologique dans le but d’asseoir sa politique sportive. D’autres études expliquent comment l’iconographie sportive est valorisée dans un contexte colonial (Bancel, 2006) ou encore dans le cadre de campagnes de promotion de l’activité physique en France (Radel, 2013). On sait aussi comment les régimes totalitaires du XXe siècle, dans l’Italie de Mussolini, l’Allemagne d’Hitler ou l’URSS de Staline, surent instrumentaliser le sport et ses images (Bolz, 2007 ; Galand, 2016) dans un contexte général d’esthétisation et de spectacularisation du politique. Dans le cas de l’Union soviétique (Musée Olympique, 2014) et de l’Italie, les liens entre avant-gardes et idéologie sont passionnants à observer. Certains travaux subtils, qui décryptent « les signes théâtraux et médiatiques des corps politiques » (Clastres, 2014, p. 74), mériteraient d’être poursuivis par des analyses iconographiques montrant de quelles manières les femmes et les hommes politiques, de tous les pays et de toutes les époques, se mettent en scène dans le contexte sportif. Toutefois, ce numéro d’Images Re-vues ne se limite pas à l’analyse des liens entre images et sports à travers le prisme des politiques étatiques. Sur ce sujet, il conviendrait également d’explorer toutes les pistes classiques de l’histoire politique (Berstein & Milza, 1998), les comparaisons entre les grandes cultures politiques françaises (Berstein 1999) ou encore les analyses qui esquisseraient une lecture subpolitique (Beck, 2001) ou biopolitique (Foucault, 1975) plus singulière des images sportives. Nous pensons, à titre d’exemple, à une analyse des images diffusées dans le cadre de campagnes contre l’homophobie ou le racisme dans le milieu sportif. En somme, le deuxième axe de ce dossier spécial sera l’occasion de poser un regard nouveau sur l’histoire politique du sport, questionnée à travers le visuel.

C’est ici qu’il sera utile de mettre l’accent sur l’idée de représentation. Dans un premier temps, le terme est pris dans l’acception politique de la représentation. Les jeux panhelléniques en sont encore un exemple frappant : pour la cité, les victoires étaient l’occasion de déposer une image votive de l’athlète dans le sanctuaire, visible par les pèlerins de toutes les cités grecques. Ces exemples de mise en scène et en image du corps de l’homme politique en athlète, ou du corps politique au travers d’un athlète, traversent l’histoire. Horst Bredekamp a montré comment le calcio fiorentino a servi d’outil, tant sur le plan sportif qu’artistique, à la représentation spectaculaire, fondement de la politique des Médicis (Bredekamp, 1995). Par ailleurs la vaste iconographie contemporaine d’hommes politiques jouant au football ou supportant l’équipe nationale relève d’une même circularité entre le corps du chef d’État, le corps de l’athlète et le corps collectif.

Dans un second temps, et cela pourrait constituer le troisième axe possible de ce numéro, dans son sens iconographique (l’art en particulier) comme un approfondissement du régime général des images prenant le sport comme sujet : œuvres d’art modernes et contemporaines, mais aussi bandes dessinées, caricatures et dessins de presse, cartes postales, œuvres cinématographiques, œuvres chorégraphiques et théâtrales, photographies de presse, architecture (les stades et autres équipements sportifs), patrimoine et mode (les maillots en particulier), etc. Quid de la dimension politique de ces divers supports, de ces multiples médiums ? Significative ou anecdotique, leur dimension critique et esthétique reste largement à analyser.

En 1978, le tableau La Coupe du monde déborde de Bernard Rancillac, peint l’année où la compétition se tient en Argentine, contient une virulente critique du sport au service de la dictature. En 2012, dans le même esprit, le célèbre street artist Banksy place un pochoir sur un mur de Londres. Celui-ci représente un athlète olympique en phase finale de son lancer de javelot, à ceci près que Banksy remplace le javelot par une roquette militaire. Par ce geste subversif, à quelques jours de l’ouverture des JOP de 2012, il entendait protester contre l’interdiction promulguée par le Comité Olympique d’utiliser toute image issue des Jeux à des fins commerciales. Si certain·es artistes ont pu développer dans leurs œuvres une certaine critique du monde du sport et de ses dérives (Malachi Farrell, Maurizio Cattelan, Gianni Motti par exemple), le positionnement de la plupart est loin de se réduire à une critique frontale (qui relèverait de ce qu’on appelait jadis « l’art engagé »). Leur vision du sport se veut plus subtile, plus largement anthropologique, envisageant le sport comme un aspect non négligeable de la réalité dont leur art se nourrit. Est-elle pour autant moins politique ? On songe ici à Lilian Bourgeat, Roderick Buchanan, Jacques Julien, Richard Fauguet, Massimo Furlan, Taro Izumi ou Laurent Perbos.

Au final, si les images artistiques, médiatiques ou de propagande à thème sportif intéressent la chercheuse ou le chercheur, c’est parce qu’elles ont également accompagné toutes les grandes mutations politiques des xixe et xxe siècles. En effet, Christian Delporte rappelle qu’elles ont « nourri les passions et porté les idéologies ; elles ont puissamment alimenté les représentations collectives » (Delporte, 2006, p. 435). Les propos de Christian Bromberger s’inscrivent dans cette dynamique lorsqu’il affirme que « les images sportives sont devenues des éléments majeurs de la mythologie populaire de notre temps. Le xxe siècle aura été, entre autres, celui du sport et de l’image, du corps et de sa représentation spectaculaire et publique » (Bromberger, 2000, p. 26). Il ajoute que la relation entre « l’image et le sport [est] comme l’histoire d’un couple » (Ibid., p. 17). L’un et l’autre issus de la révolution industrielle et des débuts de la modernité, le sport et les médias ont souvent emprunté des chemins communs. Beaucoup d’entre eux ont été explorés par les sciences sociales, l’art et la littérature, mais le chantier reste largement ouvert et c’est l’objectif raisonnable de ce numéro d’Images Re-vues que de contribuer à sa poursuite.

Ainsi, au regard de l’argumentaire ci-dessus, les chercheuses et chercheurs de toutes disciplines (anthropologie, architecture, études cinématographiques, histoire, histoire de l’art, littérature, philosophie, sciences politiques, sciences de l’éducation, sciences de l’information et de la communication, sociologie, STAPS, etc.) et travaillant sur toutes les époques et toutes les aires géographiques sont invité‧es à soumettre leurs propositions. Celles-ci pourront s’inscrire librement dans l’un des axes thématiques évoqués ci-dessus.

 
 

Bibliographie

Bancel Nicolas & Gayman Jean-Marc, Du guerrier à l’athlète : éléments d’histoire des pratiques corporelles, Paris, PUF, 2002.

Bancel Nicolas, « Comment la modernité vint au Maroc. Analyse d’une image du sport scolaire colonial (1955) », Clio, n° 23, 2006, p. 279-292.

Beck Ulrich, La société du risque : sur la voie d’une autre modernité, Paris, Aubier, 2001.

Behringer Wolfgang, Kulturgeschichte des Sports. Vom antiken Olympia bis ins 21. Jahrhundert, München, Beck, 2012.

Berstein Serge (dir.), Les cultures politiques en France, Paris, Le Seuil, 1999.

Berstein Serge & Milza Pierre (dir.), Axes et méthodes de l’histoire politique, Paris, PUF, 1998.

Bohringer François, « Cultes d’athlètes en Grèce classique : propos politiques, discours mythiques », Revue des Études Anciennes, t. 81, 1979, p. 5-18.

Bolz Daphné, Les arènes totalitaires : fascisme, nazisme et propagande sportive, Paris, CNRS Éditions, 2007.

Bouet Michel, Signification du sport, Paris, Éditions universitaires, 1968.

Bredekamp Horst, Le Football florentin. Les Jeux et le pouvoir à la Renaissance, Diderot éditeur, Arts et sciences, 1995.

Bromberger Christian, « Conférence d’ouverture du colloque », dans Simonet Pierre et Véray Laurent (dir.), Montrer le sport : photographie, cinéma, télévision, Paris, INSEP, 2000, p. 17-27.

Caillois Roger, Les jeux et les hommes. Le masque et le vertige, Paris, Gallimard, 1958.

Carpentier Florence, « Alice Milliat et le premier “sport féminin” dans l’entre-deux-guerres », 20 & 21. Revue d’histoire, n° 142, 2019/2, p. 93-107.

Clastres Patrick, « Générations athlétiques et éducations corporelles. L’autre acculturation politique des présidents de la Ve République », Histoire@Politique, n° 23, 2014/2, p. 73-96.

Defrance Jacques, « La politique de l’apolitisme. Sur l’autonomisation du champ sportif », Politix, vol. 13, n° 50, 2000, p. 13-27.

Defrance Jacques, « Politisations et apolitismes sportifs, en France et au Québec, 1930-1960 », Bulletin d’histoire politique, 2003, vol. 11, n° 2, p. 15-29.

Delporte Christian, Images et politique en France au XXsiècle, Paris, Éditions Nouveau Monde, 2006.

Denoyelle Françoise, « La photographie et le sport », dans Azéma Jean-Pierre (dir.), La politique du sport et de l’éducation physique en France pendant l’Occupation, Paris, M.J.S, 2002, p. 129-135.

Eichberg Henning, Body Cultures: Essays on Sport, Space and Identity, New York, Routledge, 1998.

Elias Norbert & Dunning Éric, Sport et civilisation. La violence maîtrisée, Paris, Fayard, 1994.

Castan Vicente Florys, Marie-Thérèse Eyquem. Du sport à la politique, parcours d’une féministe, Paris, L’Ours, 2009.

Foucault Michel, Surveiller et punir, Paris, Gallimard, 1975.

Galand Benjamin, Le Sport dans les régimes totalitaires européens au XXe siècle : l’exemple du IIIe Reich, Paris, L’Harmattan, 2016.

Guttmann Allen, From Ritual to Record. The Nature of Modern Sports, New York, Columbia University Press, 1978.

Huizinga Johan, Homo ludens. Essai sur la fonction sociale du jeu, trad. Cécile Seresia, Paris, Gallimard, 1988 [1938].

Jeu Bernard, Le Sport, l’émotion, l’espace : essai sur la classification des sports et ses rapports avec la pensée mythique, Paris, Vigot, 1977.

Musée Olympique, Les Avant-gardes russes et le sport, Lausanne, Musée Olympique, 2014.

O’ Mahony Mike, Sport in the USSR: Physical Culture, Visual Culture, London, Reaktion Books, 2006.

Pécout Christophe, « Les affiches sportives de propagande du gouvernement de Vichy (1940-1944) : un support médiatique au service de la Révolution nationale, dans Attali Michaël (dir.), Sports et Médias : du XIXe siècle à nos jours, Paris, Atlantica, p. 771-780.

Radel Antoine & Morales Yves, « Une éducation sanitaire “par corps”. Analyse de deux campagnes de lutte contre la sédentarité (1980 et 2001-2012) », Carrefours de l’éducation, n° 35, 2013/1, p. 217-234.

Renson Roland, « Sport historiography in Europe : a comparative perspective and heuristic model », Sport History Review, vol. 29 (1998), p. 30-43.

Rosol Nathalie, « “Le sport vers le féminisme”. L’engagement du milieu athlétique féminin français au temps de la FSFSF (1917-1936). », Staps, n° 66, 2004/4, p. 63-77.

Tamini Noël, La saga des pédestrians : la grande histoire de la course à pied, Tome 1, Rodez, Edior, 1997.

Terret Thierry, Balades olympiques. Les chemins politiques, Paris, L’Harmattan, 2020.

Thuillier Jean-Paul, Allez les rouges ! Les jeux du cirque en Étrurie et à Rome, Paris, Éditions Rue d’Ulm, 2018.

Thuillier Jean-Paul, Le sport dans la Rome antique, Paris, Éditions Errance, 1996.

Tyldesley Joyce, Hatshepsout : la femme pharaon, Monaco, Éditions du Rocher, 1997.

Ulmann Jacques, De la gymnastique aux sports modernes, histoire des doctrines de l’éducation physique, Paris, Presses universitaires de France, 1965.

Verschuuren Pim, « Les multiples visages du “sport power” », Revue internationale et stratégique, n° 89, 2013/1, p. 131-136.

Vivier Christian, Laffage-Cosnier Sébastien & Guillain Jean-Yves, « Annapurna 1950 : respect de l’éthique de l’alpinisme ou mise en scène politique ? », Modern & Contemporary France, Vol. 28, 2020/3, p. 271-290.