L’histoire de l’art depuis Walter Benjamin

Actes du colloque international organisé par l’EHESS-CEHTA et l’INHA sous la direction scientifique de Giovanni Careri et de Georges Didi-Huberman à l’INHA, le 5 et 6 décembre 2008.

Editorial

Giuliana Ravviso

Walter Benjamin (1892-1940) est depuis longtemps reconnu comme l’une des figures majeures de la réflexion philosophique, historique et littéraire.
La philosophie de l’art est, avec la philosophie du langage et la philosophie de l’histoire, l’un de trois grands thèmes qui traversent l’œuvre de Benjamin.
Son oeuvre constitue un tournant fondamental pour les sciences humaines et des notions telles que l’aura, l’image dialectique, l’anachronisme, le montage, la « lisibilité » ou la reproductibilité technique sont désormais des acquis dans le domaine de la recherche.
Ce penseur inclassable n’a pas seulement proposé de nouveaux modèles d’historicité mais aussi des nouvelles façons de regarder et interpréter les oeuvres de la culture et de l’art : du drame baroque à la photographie et au cinéma des années 1930, de la poésie romantique à l’architecture urbaine, du roman moderne au théâtre expérimental.
Flâneur érudit, il a résisté au temps grâce à l’immense qualité littéraire des ses écrits et à son sens aigu des enjeux théoriques de l’époque.
Tour à tour philosophe, anthropologue, théoricien de la littérature et de l’art, historien, sociologue, il reste donc un auteur « absolument moderne » qui s’intéresse sans cesse à des nouveaux objets d’étude, qui découvre des nouvelles problématiques, à la recherche de nouvelles clés pour comprendre son temps. lire la suite


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.