Parution du dernier numéro d'Images Re-vues Figurer les invisibles

Figurer les invisibles, le n° 8 d’Images Re-vues

sous la direction d’Emmanuel de Vienne et Sophie Moiroux

Editorial, par Emmanuel de Vienne et Sophie Moiroux

À l’heure où l’anthropologie et l’histoire de l’art se retrouvent sur la question des images pour répudier le paradigme de la signification et de la représentation mimétique, il n’est pas inutile de reposer la question, classique dans les deux disciplines, de la figuration de l’invisible. C’est en effet souvent parce que les images établissent un rapport complexe entre visible et invisible, et plus largement entre perçu et non perçu, qu’elles peuvent manifester certaines des propriétés qui leur sont aujourd’hui reconnues : agentivité (A. Gell), puissance, performance et efficacité (G. Bartholeyns et T. Golsenne), saillance et autorité (C. Severi). Ce dernier auteur en particulier accorde au rapport entre visible et invisible une place centrale, puisqu’il définit l’image « chimérique » comme incomplète et exigeant de ce fait du spectateur une projection visuelle qui s’efforce de la compléter ou de réduire son instabilité. On devine que dans ce champ renouvelé la figuration s’éloigne du figuratif, et que figurer l’invisible peut être très différent de le rendre visible. Il est davantage question de restituer des difficultés ou des contradictions perceptives et de provoquer une émotion autre qu’esthétique que de mettre sous les yeux une image ressemblante. C’est à ce dépassement qu’invitent d’une manière ou d’une autre les contributions à ce numéro, offrant à ce titre un panorama singulièrement contrasté des solutions formelles ou pragmatiques proposées. Au prix peut-être d’un certain éclectisme, et parce que l’agentivité des images ne se joue pas seulement au plan de leur organisation formelle, il a en effet été privilégié d’élargir le spectre d’observation : à différentes disciplines, à différents médias, à différentes modalités sensorielles, enfin aux différents moments de la relation à l’objet, de sa fabrication à sa mise en situation. Dans ce parcours, non seulement la mimesis, lorsqu’elle est présente, apparaît-elle secondaire, mais l’acte de figurer s’écarte très souvent du simple modèle du dévoilement. L’intérêt des analyses présentées ici est de montrer combien l’abolition de la distance entre image et prototype au profit d’un effet de présence est précisément corrélé à ces caractéristiques.

lire la suite de l’article

SOMMAIRE

Daniele Guastini, Voir l’invisible. Le problème de l’eikon de la philosophie grecque à la théologie chrétienne

L’essai étudie les transformations subies par le concept d’eikon, d’image, dans le passage de la culture grecque païenne à la culture chrétienne. On prendra en considération, notamment, la valeur et le signifié que cette notion a acquis dans le cadre conceptuel de la philosophie grecque, de Socrate à Platon, d’Aristote à Plotin, en les confrontant à l’usage qu’une telle notion a eu dans la doctrine et la théologie chrétienne des premiers siècles, en particulier avec saint Paul et ses Lettres apostoliques. Les échos et les conséquences pratiques que de telles différences théoriques ont eu sur la formation de la tradition iconographique du monde grecque et chrétien sont particulièrement envisagés depuis les modalités de figuration du divin : l’une – grecque – fondamentalement reconductible à l’idée de mimesis, l’autre – chrétienne primitive – fondamentalement reconductible à l’idée de typos.

lire l’article

Gaëlle Deschodt, Modes de figurations des dieux en Grèce ancienne. Le cas du sacrifice

Le but de cet article est de comprendre comment une catégorie particulière d’invisibles que sont les dieux est figurée dans un acte central de la vie religieuse des Grecs, le sacrifice. Ce travail se fonde sur l’analyse de la céramique et des reliefs votifs. Il aboutit à plusieurs types de figuration (forme de statue, forme humaine, forme de figuration très statique) en essayant de comprendre les valeurs attachées à chaque type de représentation, tout en prenant en compte la nature du support et son utilisation.

lire l’article

Tommaso Montagnani, Présences sonores. Musiques, images et langue chez les Kuikuro du Haut Xingu

L’objectif de cet article est de s’interroger sur le rôle des images mentales dans l’exécution et dans l’audition de la musique rituelle chez les Kuikuro du Haut Xingu. La musique instrumentale des flûtes sacrées Kagutu est considérée comme la voix des Itseke. Ces entités non-humaines font entendre leur nom à travers le son de la flûte et ils se manifestent ainsi auprès de l’auditoire sous forme de fragment mélodique. Afin de mémoriser les structures musicales complexes des suites jouées par ces flûtes sacrées, les musiciens ont recours à des moyens mnémotechniques impliquant des processus de visualisation qui guident aussi l’exécution rituelle. Les images ainsi visualisées se réfèrent à la fois à la structure interne de la pièce musicale et à la succession des suites pendant l’exécution du rituel Kagutu.

lire l’article

Pedro de Niemeyer Cesarino, Le problème de la duplication et de la projection visuelle chez les Marubo (Amazoni occidentale)

Cet article propose quelques réflexions préliminaires sur le statut de l’image dans le chamanisme des Marubo (groupe de langue pano vivant dans la Vallée du Javari, état d’Amazonas, Brésil). Il s’agit ici de montrer comment des aspects apparemment divers tels que la relation entre visibilité et invisibilité, la constitution de la personne, la configuration du cosmos et le statut de ce que l’on a l’habitude de considérer comme des « esprit » s’articulent, de différentes manières, autour du problème de l’image. Pour cela, l’article propose un exercice de réflexion traductive sur le lexique conceptuel disponible pour l’analyse ethnologique et sa portée pour l’investigation des ontologies chamaniques amazoniennes.

lire l’article

Costanza Bertolotti, Les invisibles des futuristes

Dès 1910 les peintres futuristes ont déclaré que leur art pouvait rendre perceptible, grâce à un langage plus suggestif que mimétique, l’existence de forces invisibles et insaisissables à l’œil nu. Pour comprendre de quelles forces il s’agit et d’où ce propos jaillit, il ne suffit pas se rapporter aux intérêts des futuristes pour l’occultisme, mais il convient de considérer également le rôle joué dans le développement de la peinture futuriste par les expériences sociales de la modernité, parmi lesquelles la foule, thème de fameux tableaux futuristes, est l’une des plus frappantes. En dépit de l’image traditionnelle d’une avant-garde consacrée à l’idole de la vitesse, l’analyse révèle un visage inédit du futurisme, marqué par la dialectique entre modernité et survivances magiques.

lire l’article

Chiara Cappelletto, Bill Viola ou l’image sans représentation

Bill Viola affirme que l’ère de la vision optique est terminée et, malgré cela, ses œuvres donnent l’impression d’une parfaite évidence visuelle : ce paradoxe d’une image non destinée à la vue est le thème de cet article. La première thèse développée grâce à la comparaison de la production du vidéaste avec l’art figuratif et le théâtre est qu’elle a une autonomie esthétique spécifique qui se fonde sur l’élision préalable du seuil de la fiction. La deuxième thèse est que B. Viola propose à nouveau la conception de cet œil innocent dont on pensait qu’il n’existait pas, sous la forme d’un corps sincère dont l’existence reste encore à prouver. Il crée en effet des configurations audiovisuelles qui permettent, par la mise en avant de l’expressivité originaire de l’homme, de produire un effet persuasif, affirmatif même, sur le spectateur qu’il soit naïf ou sophistiqué tout en sollicitant son système nerveux. La troisième thèse est que dans toute sa production est à l’œuvre le même problème esthétique, à savoir le délitement de l’identité psychologique du spectateur qui fait l’expérience sur lui-même du véritable thème des vidéos : l’émotion. Ces images vont alors s’incorporer dans l’homme.

lire l’article

Katerina Kerestetzi, Fabriquer une nganga, engendrer un dieu (Cuba)

Le palo monte est un culte initiatique cubain fondé sur des éléments cultuels bantous et caractérisé par la prééminence rituelle accordée aux esprits des morts, les nfumbis. Croyant en leur capacité d’influence sur les affaires des humains, le pratiquant du palo monte, le palero, cherche à faire de ces esprits ses alliés. Mais pour établir une relation avec ces entités, il doit se rendre dans un cimetière, trouverune tombe abandonnéeet sceller un pacte avec l’esprit du défunt qui y repose. Il déterre ensuite le mort et récupère une partie de son squelette puis l’amène dans son temple domestique où il l’introduit dans un chaudron, la nganga. Ce récipient loin d’être une simple demeure pour l’esprit en constitue l’incarnation. Cet article, en donnant la primauté à la matérialité de la nganga, tentera d’apporter un éclairage nouveau sur cet objet que la littérature scientifique sur le palo monte a jusqu’à présent relégué au statut de simple outil au service de l’adepte. En décrivant et analysant l’ensemble des opérations qui amènent à la composition d’une nganga, nous dévoilerons certaines logiques qui régissent l’univers des paleros et montrerons qu’il s’agit en définitive de donner vie et forme à un dieu.

lire l’article

Emmanuelle André, Images défuntes (Z32, Avi Mograbi, 2008)

Z32 est le nom de code d’un soldat israélien qui, au cours d’une opération de représailles dans les territoires occupés, assassine un policier palestinien. Deux ans plus tard, il rencontre Avi Mograbi et accepte de raconter son histoire devant la caméra, à condition que son identité reste cachée. Afin de donner au mal la forme humaine d’une transformation, le cinéaste met au point un masque numérique évolutif, qui renoue avec les origines de la figure à travers plusieurs pratiques et traditions anciennes, masque mortuaire et portrait votif. Au problème politique soulevé par Mograbi – comment faire face aux crimes de guerre ? – le film instaure alors une dialectique entre le vu et le non-vu qui oppose à la mémoire brûlante du soldat la mémoire visuelle de l’histoire de l’art que l’innovation technologique fait affleurer à la surface, opacifiée, du visage.

lire l’article

Catherine Voison, L’art in vivo ou la mythification de la molécule d’ADN

Depuis plus d’une décennie certains artistes courtisent la science et travaillent en laboratoire aux côtés des chercheurs pour produire des entités biologiques résultant du couplage de la technique et des mécanismes du vivant. La transgénèse et la culture cellulaire in vivo sont des pratiques utilisées par des artistes qui œuvrent dans les laboratoires expérimentaux. Ces artistes-laborantins fabriquent des entités vivantes invisibles à l’œil nu, à partir de cellules d’origine végétale, animale et humaine. La présence matérielle de ces artefacts biologiques construits en deçà des limites du visible, à l’état le plus embryonnaire, nécessite des dispositifs optiques particuliers qui induisent un face-à-face singulier avec ce microcosme magico-biologique auquel le monde de l’art commence à nous familiariser. Les infogènes de Joe Davis, le pétunia et les messages bactériens d’Eduardo Kac, ou les portraits génomiques de Marc Quinn sont autant d’artefacts qui posent la question de la visibilité de certaines productions inscrites dans le champ de l’art biotechnologique.

lire l’article

VARIA

Jean-Paul Fourmentraux, Publics à l’œuvre. Créer à l’ère des médias praticables et des images interactives

Le travail artistique dédié à l’Internet associe la création d’œuvres d’art interactives à la production de formes de communication et d’exposition visant à impliquer et fidéliser le public. Cet article analyse ces nouvelles figures artistiques et leurs modes relationnels dans un contexte où la mise en œuvre d’art est indissociable de la réception de contenus évolutifs et poreux. L’expérience des médias y est moins strictement distribuée entre une émission et une réception, conçues comme deux évènements successifs d’un message fixe et immuable. Là où l’œuvre matérialise désormais un « champ de possibles », l’expérimentation reprend le dessus sur la logique traditionnellement rigide de la transmission des contenus informationnels. À l’intersection de la sociologie des usages et de l’innovation artistique, l’article propose de décrire ces relations entre dispositifs et pratiques et met en perspective des formes d’attachement encore spécifiques à cet art mais révélateurs de nouveaux régimes médiatiques.

lire l’article


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.