Archives de l’auteur : redactioncarnet

Revues en lutte

Images Re-vues est une revue électronique coordonnée par des bénévoles, chercheuses et chercheurs précaires et en poste, étudiantes et étudiants contractuels, luttant contre la précarité. Son activité scientifique n’est possible que grâce au soutien des laboratoires de recherche et de l’enseignement supérieur. 

La loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR) met en péril la recherche et l’enseignement supérieur tels qu’ils sont pratiqués en France, et est susceptible de précariser encore davantage la recherche en sciences humaines, suscitant la concurrence plutôt que la coopération scientifique qui est le cœur de notre mission.  Nous nous opposons aux logiques managériales de performance qui menacent nos métiers.

Dans la continuité des mobilisations liées à la réforme des retraites, la mobilisation actuelle est une occasion d’unir les combats des différentes revues scientifiques et de donner une visibilité à la fragilité de la situation du personnel de la recherche, BIATSS, ITA, enseignant·es-chercheu·ses·rs. Nous sommes solidaires des salarié·es d’OpenEdition dont notre revue bénéficie du travail et du savoir-faire. Afin que le mouvement se poursuive et s’intensifie dans les jours à venir, nous nous unissons au mouvement des revues en lutte, nous appelons à participer aux assemblées générales, à soutenir et à s’engager dans les actions et manifestations locales et nationales ainsi qu’à contribuer aux caisses de grèves. 

 

La rédaction d’Images Re-vues

 

Séance du 17 janvier 2020 – Emmanuel Gleyze (Université Montpellier 3) : Guédelon : architecture médiévale et pensée contemporaine, images au coeur, images en actes

Images Re-vues a le plaisir de vous convier à la deuxième séance de son séminaire 2019-2020 :

Vendredi 17 janvier 2020, 16h-18h, INHA, salle Fabri de Peiresc

Guédelon : architecture médiévale et pensée contemporaine, images au coeur, images en actes

Emmanuel Gleyze (Docteur en sociologie, Université Montpellier 3)

Séance présentée par Nicolas Sarzeaud

Séance du 13 décembre : Regards homoérotiques étrusques : une archéologie impossible ?

Images Re-vues a le plaisir de vous convier à la deuxième séance de son séminaire 2019-2020 :

Vendredi 13 décembre 2019, 16h-18h, INHA, salle Fabri de Peiresc

Regards homoérotiques étrusques : une archéologie impossible ?

Sophie Pérard (Doctorante à l’Université Paris Sorbonne), en discussion avec François Lissarrague (directeur d’études à l’EHESS émérite) et Vasiliki Zachari (doctorante EHESS)

Le propos de cette intervention est de mettre en perspective les sources concernant les relations homoérotiques dans la culture étrusque, en tentant de restituer le regard porté par les Étrusques eux-mêmes sur ce type d’interaction. Il convient de souligner la relative modestie des données, ce qui, en soi, fait question : elles sont principalement constituées d’images, compte tenu de la spécificité du cas étrusque, pour lequel nous ne disposons pas de sources littéraires directes, et dont les sources épigraphiques sont difficiles à interpréter.

Continuer la lecture

Séance du 8 novembre 2019 : Frédérique Villemur, “Du pennello à l’onde, picturalité de la vibe : comment peindre l’effusion intime de la rencontre lesbienne ? (XVIe-XVIIIe siècles)”

Images Re-vues a le plaisir de vous convier à la première séance de son séminaire 2019-2020 :

vendredi 8 novembre 2019, 16h-18h, INHA, salle Fabri de Peiresc

Frédérique Villemur (Université Paul Valéry – Montpellier 3)

Du pennello à l’onde, picturalité de la vibe : comment peindre l’effusion intime de la rencontre lesbienne ?  (XVIe-XVIIIe siècles)

Dans le cadre du numéro en cours “Regard.s Homoérotique.s” coordonné par Giorgio Fichera et Chloé Maillet

Visuel : Van Dyck, Vertumne et Pomone, 1625, Musei di Strada Nuova, Gênes

Appel à contribution Images Re-vues n°19 : « Précarité »

Appel à contribution Images Re-vues, n°19 : Précarité

Date limite d’envoi des propositions : 31 avril 2020 / Date limite de remise des articles : 24 août 2020

L’une des manières possibles d’appréhender la diversité des mouvements et des productions artistiques du XXsiècle et du début du XXIe siècle consiste à les considérer sous l’angle de la précarité. Nombre d’œuvres traitent, en effet, des situations concrètes de précarité d’un point de vue social, physique et moral. La photographie rend compte des différents aspects de la condition humaine, dont celui de la pauvreté. Avec d’autres photographes, Eugène Atget a porté son attention sur la Zone, ce territoire constitué de bidonvilles qui, de la fin du XIXe siècle jusqu’aux années 1950, s’étendait aux portes de Paris. Aux États-Unis, les photographes de la Farm Security Administration (Walker Evans, Dorothea Lange, etc.) se penchèrent sur l’Amérique de la Grande Dépression et du New Deal. L’essor du cinéma documentaire a contribué à rendre sensibles les violences sociales et économiques d’où résultent états de fragilité, sentiments d’incertitude et d’inquiétude mais aussi formes de solidarité, d’inventivité, de lutte et de résistance. Continuer la lecture

Annulation de la séance du 10 mai 2019

Frédérique Villemur (mdc à l’Université Paul Valéry – Montpellier 3)Du pennello à l’onde, picturalité de la vibe : comment peindre l’effusion intime de la rencontre lesbienne ?  (XVIe-XVIIIe siècles)

Séance annulée

Séance du 12 avril 2019 : Florian Vörös, La fétichisation de la virilité dans les fantasmes pornographiques gays

Images re-vues a le plaisir de vous convier à la sixième séance de son séminaire :

vendredi 12 avril 2019, 16h-18h, INHA, salle Fabri de Peiresc

Florian Vörös (mdc Université de Lille)

La fétichisation de la virilité dans les fantasmes pornographiques gays

La production, le partage et le visionnage d’images homoérotiques ont tenu une place importante dans la formation historique des sociabilités homosexuelles masculines dès la fin du XIXe siècle. Avec la généralisation des usages des technologies numériques, ces images sexuelles médiatisent désormais autant la rencontre de partenaires que les définitions de soi. À partir d’une enquête sociologique menée entre 2008 et 2012 en région parisienne sur les usages de la pornographie et les constructions de la masculinité, on peut explorer certaines des variations du désir érotique pour la virilité au sein des sociabilités sexuelles numériques gays et leurs liens contingents avec les reconfigurations contemporaines du « bloc hégémonique masculin ». 

Appel à contribution Images Re-vues n°17 : « Regard·s homoérotique·s »

Appel à contribution, Images Re-vues n°17 : Regard·s homoérotique·s

Numéro coordonné par Giorgio Fichera et Chloé Maillet

Qualifier une image d’homoérotique sous-entend deux idées : que les images ont une performativité (érotique c’est-à-dire qui suscite un désir sexuel ou amoureux) et qu’on peut leur assigner une « préférence » sexuelle, en l’occurrence homosexuelle, bien que le terme n’existe que depuis la fin du XIXe siècle. Se construire et se reconnaître aujourd’hui en tant que personne homosexuelle ou queer c’est aussi se lier à un patrimoine-matrimoine d’images qui a participé à la création de ces identités. Dans un ouvrage récent, Elisabeth Lebovici a montré l’enjeu politique des représentations culturelles durant les années sida (Lebovici, 2017). Nous ne cherchons pas à identifier des représentations des sexualités, mais à comprendre ce que font les images. Ce numéro voudrait contribuer à élargir et préciser les liens entre la construction des images et des sexualités. Continuer la lecture

Appel à contribution Images Re-vues n°16 : « La gestualité du rituel mise en image »

Appel à contribution Images Re-vues n°16 : « La gestualité du rituel mise en image »

Numéro coordonné par Vasiliki Zachari

Figures gestuelles et rituelles feront l’objet du prochain numéro d’Images Re-vues. Le rituel est une séquence d’actes symboliques et codifiés. Par son étymologie (du latin ritus), il renvoie notamment au culte religieux, ainsi qu’à toute pratique fixée par une tradition, qui demeure respectée afin de rendre le rituel efficace. Le rituel a également une dimension spatio-temporelle précise : il se déroule à un certain endroit et à un certain moment, et il se caractérise par la répétition (sans signifier pour autant que tout comportement répétitif consiste en un rituel). La force des rites et des rituels réside dans la création de liens entre les membres du corps social, avec les puissances divines et avec tout autre type d’association permettant souvent le maintien de l’ordre social. Ils se trouvent au cœur des sociétés par le biais d’actions qui créent du sens, qui suscitent des émotions collectives, qui aident à interpréter le monde. Ainsi, un vaste champ de rituels se décline du sacré au profane, comme la prière, le sacrifice, le deuil, la supplication, mais aussi des rituels dans les domaines du sport, du travail, de la séduction, voire même quelques cas de rituels laïcs, comme l’enterrement de vie de célibataire, l’investiture d’un nouveau dirigeant politique etc. Même si certains rituels s’écartent ou disparaissent, de nouveaux rites se développent, plus adaptés aux nouveaux besoins de certaines sociétés (p. ex. le rite d’anniversaire qui se répand aujourd’hui à la place des fêtes des saints). Dans tous les cas, il s’agit de rites qui sont caractérisés par un ensemble d’actes solennels d’ordre verbal et gestuel. Continuer la lecture

Appel à contribution Images Re-vues n°13 : « Images/supports »

Appel à contribution : « Images re-vues n°13 : Images/supports »

S’il est juste de parler de « tournant matériel » des sciences humaines – expression par laquelle on désigne désormais une attention renouvelée portée, au cours des dernières décennies, aux objets et à leur dimension matérielle – il s’agira d’en tirer, pour l’étude des images, les conséquences au plus « ras » en s’interrogeant, dans une perspective pluridisciplinaire, sur ce que la prise en compte de leurs supports peut nous apprendre, ou nous réapprendre d’elles. La prétendue « dématérialisation » des images, plutôt que de nous détourner de l’étude de leurs conditions matérielles d’existence, doit au contraire nous inciter à redoubler d’attention à cet endroit, car elle vient rappeler que les images se définissent avant tout par leur articulation à des objets, à des supports. C’est donc un rapport que nous proposons d’interroger. Si, avec Hans Belting, nous considérons l’image comme le « résultat d’une symbolisation personnelle ou collective » (Pour une anthropologie des images, 2004), et si, d’un autre côté, nous constatons la variation, dans le temps et dans l’espace, de ses substrats, de ses supports, cela signifie que nous devons réfléchir sur des points de rencontre, des points d’intersection, analyser à la fois le rôle des surfaces et des matières dans les processus de formation et de transformation des images, et le rôle des images dans l’histoire de leurs formes et de leurs formats. Plusieurs axes (non exclusifs) sont proposés à la réflexion : Continuer la lecture