Archives de catégorie : Billets

Séance du 12 avril 2019 : Florian Vörös, La fétichisation de la virilité dans les fantasmes pornographiques gays

Images re-vues a le plaisir de vous convier à la sixième séance de son séminaire :

vendredi 12 avril 2019, 16h-18h, INHA, salle Fabri de Peiresc

Florian Vörös (mdc Université de Lille)

La fétichisation de la virilité dans les fantasmes pornographiques gays

La production, le partage et le visionnage d’images homoérotiques ont tenu une place importante dans la formation historique des sociabilités homosexuelles masculines dès la fin du XIXe siècle. Avec la généralisation des usages des technologies numériques, ces images sexuelles médiatisent désormais autant la rencontre de partenaires que les définitions de soi. À partir d’une enquête sociologique menée entre 2008 et 2012 en région parisienne sur les usages de la pornographie et les constructions de la masculinité, on peut explorer certaines des variations du désir érotique pour la virilité au sein des sociabilités sexuelles numériques gays et leurs liens contingents avec les reconfigurations contemporaines du « bloc hégémonique masculin ». 

Séance du 15 mars 2019 : Damien Delille, “L’œil inverti. Homoérotisme et visualité dans les revues Der Eigene et Akademos”

Images Re-vues a le plaisir de vous convier à son prochain séminaire où nous aurons le plaisir d’écouter

Damien Delille (mcd à l’Université Lyon II) 

L’œil inverti. Homoérotisme et visualité dans les revues Der Eigene et Akademos

vendredi 15 mars 2019, de 16h à 18h, salle Fabri de Peiresc (INHA, 2 rue Vivienne 75002)

Le Dictionnaire des cultures gays et lesbiennes indique l’usage historique de l’expression « homoérotisme » à partir de 1911, dans les écrits du psychanalyste hongrois Sandor Ferenczi. Néanmoins, dès 1903, le terme est utilisé dans son rapport à la littérature, comme en témoigne l’article « Die Homoerotik in der Weltlitteratur » du journaliste Johannes Gaulke, publié dans la revue allemande ouvertement homosexuelle Der Eigene. Dans la continuité des anthologies consacrées aux amours homosexuelles oubliées (notamment les ouvrages d’Elisàr von Kupffer, Benedict Friedlander et Ludwig Frey) et des études sur la vie privée des artistes de la Renaissance, Gaulke propose une interprétation de la « psychologie de l’homoérotisme » dans l’oeuvre de Michel-Ange. Le mensonge et le remord exprimés dans les sonnets tardifs de l’artiste témoignent d’un amour socratique mêlé à une pensée platonique que Michel-Ange entretient avec son ami intime Tommaso dei Cavalieri. Seules les compositions de l’artiste trahissent un homoérotisme portant sur l’esprit masculin et non sur la nature féminine. Devenue plateforme d’échanges et de rencontres des subcultures homosexuelles allemandes, la revue Der Eigene partage avec son équivalent français, la revue Akademos parue en 1909, une nouvelle économie visuelle de l’homosexualité. En Allemagne, le libre dialogue entre les reproductions d’œuvres anciennes et les photographies de jeunes garçons dénudés, provenant pour la plupart des productions de Wilhelm von Gloeden, contraste avec une conception plus littéraire de l’homoérotisme en France. Il s’agira d’étudier de quelle manière ces deux revues sont à l’origine d’une théorie visuelle de l’homoérotisme moderne fondée sur le principe de l’inversion sexuelle, en pleine éclosion au tournant du XXe siècle.

Damien Delille est maître de conférences en histoire de l’art contemporain à l’université Lumière Lyon 2. Ses publications portent sur la culture visuelle française et l’histoire de la mode au passage du XXe siècle, à partir des intersections entre les études de genre et des masculinités, théorie queer et histoire de la sexualité (articles de revues scientifiques et de catalogues d’exposition portant notamment sur Jean Delville, Charles Filiger ou Elisàr von Kupffer). À paraître chez Brepols Publishing, la publication de sa thèse soutenue en 2015 à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne revisite les sources artistiques de l’androgynie masculine dans ses liens avec les cultures queer fin de siècle.

Visuel : Wilhelm von Gloeden, Photographies publiées dans Der Eigene, n°2, 1903, diverses pages, collection privée.

Appel à contribution : Images scientifiques/images artistiques : croisements méthodologiques

Images scientifiques/images artistiques : croisements méthodologiques

Numéro dirigé par Andrea Pinotti et Giuseppe Di Liberti

Date limite de remise des propositions (3000 signes maximum) : 15 septembre 2019 ; remise des articles (55000 signes maximum) : 15 décembre 2019. Envoi des propositions à Giuseppe Di Liberti (giuseppediliberti@gmail.com) et Andrea Pinotti (andrea.pinotti@unimi.it)

Langues acceptées pour les propositions : français, anglais, espagnol, allemand, italien.

Langues acceptées pour les articles : français et anglais.

Dans son texte de 1999, The Domain of Images, James Elkins indiquait dans le vaste domaine des images non-artistiques – c’est-à-dire toutes les images produites au-delà du concept moderne et occidental d’art – un groupe d’images (graphiques, diagrammes, cartes, atlas, timbres, dessins techniques, images scientifiques) dites informationnelles (informational images) dont la finalité principale est la transmission d’informations. D’après Elkins l’histoire de l’art avait souvent pris en compte ces images pour déterminer les sources iconographiques des images artistiques. L’histoire de l’art les avait bien plus rarement considérées du côté de l’analyse du style, des formes de représentation ou de l’expressivité. Continuer la lecture

Séance du 8 février 2019 : discussion avec Jean Wirth dans le cadre du numéro Regard•s homoérotique•s

Giorgio Fichera (doctorant EHESS) et Chloé Maillet (ESBA Angers) en discussion avec Jean Wirth (PR Université de Genève)

 

Pulsion scopique, érotisme et cultures homosexuelles face à l’art ancien. 

INHA, 2 rue vivienne, salle Fabri de Peiresc. 16h-18h

En introduction au numéro à paraître en 2020, Regard•s homoerotique•s, nous discuterons les problèmes méthodologiques qui s’imposent lorsque l’on souhaite interroger l’art ancien avec les outils de l’histoire féministe et queer. En quoi la pulsion scopique peut-elle être historicisée ? Est-ce que les images ont à voir avec une histoire des sexualités ? 
La construction de l’homosexualité et de l’homoérotisme au tournant du XXe siècle a participé à établir un imaginaire dont certains corpus sont devenus paradigmatiques, d’autres sont restés absents comme le monde de l’homosocialité des monastères médiévaux. 
Jean Wirth, médiéviste émérite qui a notamment fait paraître il y a peu un recueil d’articles intitulé L’image du corps au Moyen Âge, nous fait l’honneur de venir discuter de nos hypothèses en cours. 
Toutes les personnes intéressées sont invitées à participer à cette discussion ouverte. 
Image : Giulio de Pietro di Filippo di Gianuzzi dit Giulio Romano, Apollon et Cyparissos, Stockholm, National Museum.

Séance du 11 janvier 2019 : Michael Houseman et Marie Mazzella di Bosco, Comment mettre en image l’expérience rituelle des danses collectives de découverte et de transformation de soi ? 

Images Re-vues a le plaisir de vous convier à son prochain séminaire où nous aurons le plaisir d’écouter

Michael Houseman (EPHE) et Marie Mazzella di Bosco (Nanterre – LESC)

Comment mettre en image l’expérience rituelle des danses collectives de découverte et de transformation de soi ?

vendredi 11 janvier 2019, de 16h à 18h, salle Fabri de Peiresc (INHA, 2 rue Vivienne 75002)

Cette présentation portera sur les danses à vocation « spirituelle » de plus en plus répandues dans les sociétés occidentales contemporaines – Danse des 5 Rythmes, Movement Medicine, Danses Sacrées en Cercle, Chakradanse, Danses de la Paix Universelle, etc. – abordées comme des pratiques rituelles. Au vu de l’écart qui existe entre l’intensité émotionnelle et la densité interactive que donnent à vivre ces danses, et le caractère plat et ennuyeux de leur restitution filmique, on ne peut que constater à quel point ces pratiques et les expériences exceptionnelles qu’elles médiatisent résistent à la mise en image. On s’interrogera donc sur les stratégies de communication visuelle et effets vidéos utilisés par leurs pratiquants pour contourner cette résistance.

La séance sera suivie d’un pot dans les bureaux d’Alhoma (1erét. INHA) pour fêter la sortie du N°15 Trajectoires biographiques d’images et du HS n°6 Images émancipatrices.

Parution du n°15 d’Images Re-vues : Trajectoires biographiques d’images

Nous avons le plaisir de vous annoncer la parution du n°15 d’Images Re-vues, coordonné par Bérénice Gaillemin et Élise Lehoux

Trajectoires biographiques d’images

Sommaire :

Bérénice Gaillemin et Élise Lehoux. Pourquoi et comment tracer les trajectoires des images ?

Marlène Albert Llorca, Jesús Moratalla et Pierre Rouillard. Le singulier destin d’une sculpture ibérique : la Dame d’Elche

Chloé Galibert-Laîné. Syrie, 2011 : vidéos amateurs et politiques du remix

Andrea Ceriana Mayneri. Agonie, perte ou renouveau d’une esthétique oubanguienne ?

Marion Beaufils. La chair et ses frontières

Cyril Menta. Croix sens dessus-dessous

Pietro Conte. Le « rêve américain » et sa fin : de la photographie à la sculpture, aller-retour

Rosa Maria Dessì. Spectres d’art du Trecento : à propos de quelques peintures de personnages couronnés (Giotto, Simone Martini, Lippo Memmi et Ambrogio Lorenzetti)

Aurel Rotival. Modernes Pietà

Thierry Bonnot, Bérénice Gaillemin et Élise Lehoux. La biographie d’objet : une écriture et une méthode critique

Varia

Pierre-Olivier Dittmar. Co-habiter avec les images

Nicolas Siron. Le sceau d’Agamemnon

 

Visuel : Jean-Olivier Héron, La naissance d’un voilierLa naissance des bateaux : un frise-livre raconté en couleurs, Arles : Actes sud junior ; Ile d’Yeu : Gulf Stream, 2000.

 

Séance du 14 décembre : Jean-Claude Schmitt, Présentation de l’ouvrage “Les rythmes au Moyen Âge”

Images Re-vues a le plaisir de vous convier à son prochain séminaire où nous aurons le plaisir d’écouter

Jean-Claude SCHMITT (Professeur émérite EHESS – CRH-AHLOMA)

Présentation de l’ouvrage Les rythmes au Moyen Âge

vendredi 14 décembre 2018, de 10h à 12h, salle J.-P. Mariette (INHA)

Les rythmes entraînent dans leur mouvement la vie tout entière des individus et des sociétés : les comportements quotidiens et les expériences esthétiques, les déplacements dans l’espace aussi bien que l’ordre du temps. Il n’y a pas de vie sans rythme, c’est-à-dire – comme dans un air de jazz ou une toile abstraite de Mondrian – sans une mise en ordre variable de faits qui se répètent en combinant indéfiniment périodicité et rupture.
Philosophes, sociologues, anthropologues, musicologues s’interrogent parmi d’autres depuis deux siècles sur les rythmes sociaux, dont Marcel Mauss disait qu’ils commandent les représentations du temps. Pourtant, il n’existe pas à ce jour une histoire des rythmes qui confronte nos conceptions et expériences du rythme à celles du passé. Or, le contraste est fort entre notre monde moderne, où les rythmes sont partout, mais sont observés dans des champs séparés (rythmes scolaires, arythmie cardiaque, tempo musical, croissance économique en dents de scie … ) et la civilisation holiste de l’Europe médiévale : ici, la notion de rythme, héritée de l’Antiquité gréco-romaine, paraît ne concerner que la musique, la poésie et la danse, mais elle entre en fait en résonance avec la totalité de la Création, que Dieu aurait façonnée en six jours.
C’est à ce rythme fondateur que le présent livre emprunte sa propre scansion, en explorant successivement les significations du rhythmus médiéval, les rythmes du corps et du monde, ceux du temps, de l’espace et du récit, avant de s’interroger sur la fonction des rythmes dans le changement social et la marche de l’histoire.

Coordonné par : Giorgio Fichera, doctorant de l’EHESS (CEHTA) ; Chloé Maillet, professeure d’histoire et théorie des arts à l’ESBA Angers, (correspondante ALHOMA/CRH/EHESS) ; Vasso Zachari, doctorante de l’EHESS (ANHIMA)

Programme du séminaire 2018-2019

Images Re-vues, Séminaire 2018-2019

INHA, salle Fabri de Peiresc – Le 2vendredi du mois, 16h-18h, de novembre 2018 à mai 2019

 

La gestualité du rituel mise en image

Le 9 novembre 2018 – Stéphanie Wyler (mdc à l’Université Paris Diderot) Pour une anthropologie des gestes rituels dans les images romaines

Le 14 décembre 2018 – Jean-Claude Schmitt (professeur émérite EHESS)Les rythmes au Moyen Age (ATTENTION : Cette séance aura lieu exceptionnellement de 10h à 12h dans la salle P.-J. Mariette)

Le 11 janvier 2019 – Michael Houseman (DE à l’EPHE) et Marie Mazzella di Bosco (doctorante université de Nanterre)Comment mettre en image l’expérience rituelle des danses collectives de découverte et de transformation de soi ?

 

Regard·s Homoérotique·s

Le 8 février 2019 – Giorgio Fichera (doctorant EHESS) et Chloé Maillet (ESBA Angers) en discussion avec Jean Wirth (PR Université de Genève) : Pulsion scopique, érotisme et cultures homosexuelles face à l’art ancien.

Le 15 mars 2019 – Damien Delille (mdc à l’Université Lyon II) : L’œil inverti. Homoérotisme et visualité dans les revues Der Eigene et Akademos

Le 12 avril 2019 – Florian Vörös (mdc à l’Université de Lille) : La fétichisation de la virilité dans les fantasmes pornographiques gays

Le 10 mai 2019 – Frédérique Villemur (mdc à l’Université Paul Valéry – Montpellier 3)Du pennello à l’onde, picturalité de la vibe : comment peindre l’effusion intime de la rencontre lesbienne ?  (XVIe-XVIIIe siècles)

 
 

Coordonné par :

  • Giorgio Fichera, doctorant à l’EHESS (CEHTA)
  • Chloé Maillet, professeure d’histoire et théorie des arts à l’ESBA Angers, (correspondante ALHOMA/CRH/EHESS)
  • Vasso Zachari, doctorante à l’EHESS (ANHIMA)

Séminaire du 9 novembre : Stéphanie Wyler, Pour une anthropologie des gestes rituels dans les images romaines

Images Re-vues a le plaisir de vous convier à son prochain séminaire où nous aurons le plaisir d’écouter

Stéphanie WYLER

Pour une anthropologie des gestes rituels dans les images romaines

vendredi 9 novembre 2018, de 17h à 19h, salle Walter Benjamin (INHA)

 

Le corpus des « paysages sacro-idylliques » met en images une grande variété de situations rituelles impliquant des personnages des marges (femmes, enfants, voyageurs, mendiants). Nous regarderons comment sont construits les gestes rituels (prières, offrandes) dans ces dispositifs et nous demanderons comment ces images stéréotypées peuvent servir de source d’histoire des religions.

 

Stéphanie Wyler est maîtresse de conférences en Histoire et anthropologie des mondes romains à l’université Paris Diderot. Ses recherches portent sur l’anthropologie des religions par l’image, en particulier le dionysisme et les paysages « sacro-idylliques », dans l’Italie romaine (Ier s. avant/Ier s. de notre ère). Elle enseigne l’histoire romaine, l’histoire de l’art romain, la langue et la littérature latine, notamment à l’IEP Paris et à l’École du Louvre. Elle a co-publié récemment un dossier sur « Le spectacle de la nature. Regards grecs et romains » (Cahiers « Mondes Anciens », 9, 2017).

 

Dans le cadre du séminaire 2018-2019 d’Images re-vues, coordonné par Giorgio Fichera, Chloé Maillet et Vasiliki Zachari et du numéro « La gestualité du rituel mis en image » (coordination Vasiliki Zachari).

Séminaire d’Images Re-vues 2018-2019 : Gestualité du rituel en images/Regard•s homoérotique•s

Première séance le vendredi 9 novembre 2018, EXCEPTIONNELLEMENT de 17h à 18h, salle Walter Benjamin (INHA)

Vendredi de 16 h à 18 h (INHA, salle Fabri de Pereisc, RdC, 2 rue Vivienne 75002 Paris), les 9 novembre, 7 décembre, 11 janvier, 8 février, 15 mars, 12 avril et 10 mai 2019

séance du 7 décembre 2018 exceptionnellement de 10h à 12h.

Séminaire organisé par : 

  • Giorgio Fichera, doctorant à l’EHESS ( CRAL-CEHTA )
  • Chloé Maillet, professeure d’histoire et théorie des arts à l’ESBA Angers ( CRH-AHLoMA )
  • Vasiliki Zachari, doctorante à l’EHESS ( AnHiMA )

Images re-vues accompagne depuis 2005 les renouvellements des recherches en anthropologie, histoire et théorie de l’art. Le séminaire accompagne les dernières sorties des numéros sous forme de rencontres avec des auteurs qui ont participé ou sont en train d’élaborer les numéros thématiques semestriels. 

Cette année, les premières séances du séminaire seront consacrées au numéro Gestualité du rituel en image (coordonné par Vasso Zachari), portant sur les recherches sur la mise en image des gestes accompagnant ou faisant rituels dans une société donnée. Le deuxième volet sera quant à lui consacré au numéro Regard·s homoérotique·s (coordonné par Giorgio Fichera et Chloé Maillet), à paraître courant 2019 portant sur les recherches visuelles touchant aux études sur les sexualités.

Contacts :  giorgio.fichera(at)gmail.com, chloemaillet(at)yahoo.com, vasso_zachari(at)yahoo.gr

séminaire du 4 mai : regards croisés sur la polychromie, entre Antiquité et modernité

Images Re-vues est heureuse de vous inviter à son prochain séminaire :

Arnaud Dubois et Adeline Grand-Clément

 

« Colorier les idoles, habiller les murs.

Regards croisés sur la polychromie, entre Antiquité et modernité »

Jeudi 4 mai 2017

INHA, 2 rue Vivienne, 75002 Paris

Salle Walter Benjamin, 10h-12h. Entrée libre

Adeline Grand-Clément et Arnaud Dubois engageront une discussion comparatiste autour de la notion de « polychromie » et des pratiques qu’elle a recouvertes au cours de l’histoire, en faisant dialoguer leurs corpus d’étude, antique et contemporain. La première partie de l’échange portera sur le rapport entre peau et couleur dans la statuaire en marbre de la Grèce archaïque : pourquoi cette nécessité de « colorier les idoles » (formule empruntée à Quatremère de Quincy) ? La seconde partie concernera les pratiques de la couleur en architecture contemporaine, notamment celles de Patrick Bouchain, qui explique les raisons qui l’ont conduit à « habiller les murs ». Les deux dossiers invitent à réfléchir sur ce que la couleur fait aux surfaces, dans une perspective anthropologique.

Arnaud Dubois est docteur en anthropologie sociale de l’EHESS (2014) et diplômé des Beaux-arts de Paris (2008). Chercheur invité au musée du quai Branly en 2014, il est actuellement chargé de recherche au musée des Arts et Métiers et post-doctorant de la Fondation Fyssen à University College London (2016-2018). Depuis plusieurs années, il travaille sur les relations entre technique, esthétique et société. Il développe notamment un programme renouvelé d’anthropologie et d’histoire de l’art centré sur les pratiques de la couleur. Dans ce cadre, il a effectué un terrain au Centre Pompidou et débute une nouvelle recherche sur le pouvoir de la couleur en Papouasie-Nouvelle-Guinée. Il anime depuis cette année un séminaire de recherche au Musée des arts et métiers intitulé « anthrolologie des techniques du corps » et est le commissaire de l’exposition Les Meilleurs Ouvriers de France dans ce même musée.

Adeline Grand-Clément, agrégée d’Histoire, est maître de conférences en histoire grecque à l’Université Toulouse 2-Jean Jaurès et membre de l’Institut Universitaire de France. Elle appartient à l’équipe PLH-ERASME, qui travaille sur la réception de l’Antiquité. Son principal champ de recherche, qui concerne l’histoire culturelle et l’anthropologie des couleurs dans les sociétés anciennes, s’ouvre actuellement en direction de l’ensemble des registres sensoriels, en contexte rituel grec. C’est dans ce cadre qu’Adeline Grand-Clément dirige le programme de recherche comparatiste « Synaesthesia » (financé par l’Idex de l’Université fédérale de Toulouse), qui regroupe des spécialistes de l’Antiquité et des anthropologues. Elle a notamment publié La fabrique des couleurs (Éd. De Boccard, 2011) et participe à la préparation de l’exposition « Rituels grecs : une expérience sensible » qui débutera en novembre 2017 au Musée Saint-Raymond de Toulouse.

Dans le cadre du séminaire d’Images Re-vues : “objets, techniques, supports”, organisé par Doina Craciun, Bénédicte Duvernay, Bérénice Gaillemin, Élise Lehoux, Vasso Zachari

http://imagesrevues.revues.org/

Séminaire du 7 mai : Reprise et Révolution, avec Annabela Tournon

7 mai 2015

INHA, salle Fabri de Peiresc

10h – 12h

 

Reprise et révolution.

La récupération d’une iconographie nationale dans le travail des artistes des grupos (Mexique, années 1970)

IMG_2458

Annabela Tournon

Cette intervention propose de comprendre les modalités de la reprise d’une iconographie nationale et révolutionnaire dans le travail des artistes des grupos, à la fin des années 1970 au Mexique.

Cette réappropriation des symboles nationaux n’allait pas de soi, si on prend en compte le rejet initial, par cette génération d’artistes, des symboles et des idéaux accaparés par le Parti Révolutionnaire Institutionnel, issu de la Révolution de 1910.

Pour la comprendre, nous tenterons de voir dans quelle mesure ont pu peser les trois événements suivants, qui seront autant d’hypothèses : le mouvement universitaire de 1968, la lutte pour les droits civiques aux Etats-Unis, et la Révolution sandiniste dont les grupos ont été les contemporains, en 1979.

Notons que la question de la reprise d’une iconographie nationale élaborée par les artistes de la période postrévolutionnaire, notamment muralistes, rencontre inévitablement celle de la néo-avant-garde. Question largement débattue en histoire de l’art, quoique souvent restreinte à ses terrains européens et nord-américains.

C’est donc aussi à ce dossier que peut contribuer la question, sinon du retour de la révolution, du moins de sa reprise, plastique et discursive, dans les années 1970 au Mexique.

Annabela Tournon prépare actuellement un doctorat en histoire de l’art (EHESS/CEHTA) consacré aux grupos : artistes, militants, enseignants et théoriciens, actifs dans les années 1970 au Mexique.

Elle codirige avec Mauricio Marcín la revue bilingue TADA, et mène divers projets curatoriaux en France et au Mexique. Elle est chargée de cours en histoire de l’art à l’université Paris 1.

 

Entrée libre

Séminaire : lancement du n° 12, Les arts de l’oubli

9 avril

Lancement du numéro 12

Arts de l’oubli

Coordonné par Giuliana Ravviso et Sarah Shroukh

Présentation avec la participation de deux des auteurs du numéro,

Can Onaner et Gaëlle Périot-Bled.

 INHA, 2 rue Vivienne, 75002 Paris

Salle Fabri de Peiresc.

9h30-12h

rossi

Can Onaner, Aldo Rossi et les images architecturales de l’oubli

 

L’oubli est un thème prépondérant dans les écrits d’Aldo Rossi, notamment dans son livre Autobiographie Scientifique qu’il hésite à titrer : « Oublier l’architecture ». Pour lui, le souvenir et l’oubli sont les deux possibilités de l’architecture. Celle-ci, « pour atteindre une certaine grandeur, doit être oubliée, ou proposer simplement une image de référence qui se confonde avec le souvenir ». Au sein de l’acte créateur, l’oubli est un procédé constitutif de la mémoire au même titre que le souvenir : ce que l’on décide volontairement d’oublier, ou ce que l’on refoule inconsciemment, en dit autant sur notre création que l’accumulation de souvenirs avec lesquels nous cherchons tant bien que mal à constituer un récit cohérent.

Can Onaner est un architecte franco-turc, docteur en Histoire de l’architecture. Il enseigne la théorie et le projet à l’ENSAP-Malaquais et à l’ENSA-Versailles. En 2011, il soutient sa thèse de doctorat titrée « Le suspens en architecture de Adolf Loos à Aldo Rossi » sous la direction de Dominique Rouillard (Université Paris-1 Panthéon-Sorbonne). Can Onaner a publié des articles et essais pour différentes revues françaises et internationales, dont Images Re-vues, Multitudes, LOG et CITIVISIO et présenté des conférences sur les analogies dans le travail d’Adolf Loos et les écrivains Sacher-Masoch et Georges Bataille. De 2000 à 2002, il a été le correspondant parisien de la revue architecturale turque XXI. En 2005 il a participé au symposium de l’UIA (Union Internationale des Architectes) à Istanbul avec un court-métrage intitulé “Le locataire de la maison Tzara”. En 2010, il a été invité comme conférencier à Venise, pour un colloque international sur la figure d’Aldo Rossi. En 2013 il a été le co-commisaire avec Gilles Delalex d’une exposition réunissant architectes et plasticiens autour du Temps Suspendu. Depuis 2011, ses recherches au sein du laboratoire LIAT l’orientent vers les espaces et les temps suspendus dans la ville. Parallèlement à sa pratique d’architecte, à la recherche universitaire et à l’enseignement, Can Onaner mène une pratique de recherche par le projet au sein du collectif d’architectes Documents Architecture dont il est un des fondateurs.

 boltanski

Gaëlle Périot-Bled, Christian Boltanski. Petite mémoire de l’oubli

 

De la collecte d’objets quotidiens exposés dans des vitrines jusqu’aux installations les plus monumentales, Christian Boltanski a l’obsession de sauver l’humanité de l’oubli. La collecte et l’archivage sont les obsessions majeures de cet artiste, comme si l’accumulation d’objets et de photographies pouvait venir conjurer l’inexorable perte qui touche chacun dans son expérience du temps. Son oeuvre s’articule autour du projet de créer un musée de l’homme, un musée vivifié par des dispositifs qui intègrent le spectateur et l’amènent à prendre une part active dans l’installation. Dans le temps et le lieu de son exposition, chaque oeuvre est une pièce qui se joue grâce au public, puis retourne au néant, ne survivant alors que dans la petite mémoire du spectateur. Nous voudrions revenir sur les formes que prend cette paradoxale oeuvre de mémoire qui n’est adossée à l’oubli que pour mieux nous le donner à voir.

Gaëlle Périot-Bled est professeur agrégé de philosophie en terminale et en CPGE scientifique. Elle enseigne également le théâtre au lycée et a fait partie du département Arts et Humanités de l’ENSATT. Auteur d’articles parus dans la revue Figures de l’art et dans la Nouvelle Revue d’esthétique, elle prépare un doctorat sur le mode d’existence des oeuvres éphémères à l’Université Paris 8 sous la direction de Catherine Perret.

Entrée libre

Séminaire : Démocratie ? (5 mars 2015)

cropped-images-re-vues-logo-horizontal-petit-31.jpg

 

5 mars 2015 – de 10h à 12h INHA, salle Fabri de Peiresc

Démocratie ?

tyrannicides-01

Les tyrannicides d’Athènes, vie et mort de deux statues

 

Vincent Azoulay

 

Dans le cadre de son « séminaire de crise », Images Re-vues a le plaisir de recevoir Vincent Azoulay pour une présentation de son dernier ouvrage, Les tyrannicides d’Athènes, vie et mort de deux statues, Seuil, 2014.

L’enquête de Vincent Azoulay repose sur un pari audacieux : faire la biographie de deux statues parmi les plus célèbres de l’Antiquité, les Tyrannicides. Représentant les meurtriers du tyran Hipparque en pleine action, ces statues érigées sur l’Agora d’Athènes ont eu un destin exceptionnel : tour à tour vénérées, outragées et imitées, elles ont connu alternativement des moments de gloire et d’épreuves qui, loin d’affaiblir leur rayonnement, en ont fait de véritables icônes de la démocratie athénienne. Et les Tyrannicides ont résisté à l’usure du temps : ils n’ont cessé d’alimenter des discours, de déclencher des chants et d’inspirer des images tout au long de l’histoire antique. À l’époque romaine encore, les effigies des deux amants meurtriers continuaient de susciter le débat, voire d’inquiéter ? sans doute parce que leur image pouvait apparaître comme un appel détourné au meurtre de l’empereur. En reconstituant la vie mouvementée de ces statues, de leur naissance jusqu’à leur disparition, Vincent Azoulay révèle qu’elles sont bien plus qu’un simple reflet : un symbole agissant, qui modèle et fait l’histoire. Chemin faisant, c’est un pan entier de l’histoire des cités grecques qui se dévoile sous une nouvelle lumière.

Maître de conférences d’histoire grecque à l’Université Paris-Est Marne-la-Vallée, membre junior de l’Institut universitaire de France (2010-2015), il est l’auteur d’un livre remarqué sur Xénophon (Xénophon et les grâces du pouvoir. De la charis au charisme, Publications de la Sorbonne, 2004 ; prix de l’Association des études grecques, 2005) et d’une biographie de Périclès (Périclès. La démocratie à l’épreuve du grand homme, Armand Colin, 2010 ; prix du livre d’histoire du Sénat, 2011).

Entrée libre