Archives mensuelles : mars 2019

Séance du 15 mars 2019 : Damien Delille, “L’œil inverti. Homoérotisme et visualité dans les revues Der Eigene et Akademos”

Images Re-vues a le plaisir de vous convier à son prochain séminaire où nous aurons le plaisir d’écouter

Damien Delille (mcd à l’Université Lyon II) 

L’œil inverti. Homoérotisme et visualité dans les revues Der Eigene et Akademos

vendredi 15 mars 2019, de 16h à 18h, salle Fabri de Peiresc (INHA, 2 rue Vivienne 75002)

Le Dictionnaire des cultures gays et lesbiennes indique l’usage historique de l’expression « homoérotisme » à partir de 1911, dans les écrits du psychanalyste hongrois Sandor Ferenczi. Néanmoins, dès 1903, le terme est utilisé dans son rapport à la littérature, comme en témoigne l’article « Die Homoerotik in der Weltlitteratur » du journaliste Johannes Gaulke, publié dans la revue allemande ouvertement homosexuelle Der Eigene. Dans la continuité des anthologies consacrées aux amours homosexuelles oubliées (notamment les ouvrages d’Elisàr von Kupffer, Benedict Friedlander et Ludwig Frey) et des études sur la vie privée des artistes de la Renaissance, Gaulke propose une interprétation de la « psychologie de l’homoérotisme » dans l’oeuvre de Michel-Ange. Le mensonge et le remord exprimés dans les sonnets tardifs de l’artiste témoignent d’un amour socratique mêlé à une pensée platonique que Michel-Ange entretient avec son ami intime Tommaso dei Cavalieri. Seules les compositions de l’artiste trahissent un homoérotisme portant sur l’esprit masculin et non sur la nature féminine. Devenue plateforme d’échanges et de rencontres des subcultures homosexuelles allemandes, la revue Der Eigene partage avec son équivalent français, la revue Akademos parue en 1909, une nouvelle économie visuelle de l’homosexualité. En Allemagne, le libre dialogue entre les reproductions d’œuvres anciennes et les photographies de jeunes garçons dénudés, provenant pour la plupart des productions de Wilhelm von Gloeden, contraste avec une conception plus littéraire de l’homoérotisme en France. Il s’agira d’étudier de quelle manière ces deux revues sont à l’origine d’une théorie visuelle de l’homoérotisme moderne fondée sur le principe de l’inversion sexuelle, en pleine éclosion au tournant du XXe siècle.

Damien Delille est maître de conférences en histoire de l’art contemporain à l’université Lumière Lyon 2. Ses publications portent sur la culture visuelle française et l’histoire de la mode au passage du XXe siècle, à partir des intersections entre les études de genre et des masculinités, théorie queer et histoire de la sexualité (articles de revues scientifiques et de catalogues d’exposition portant notamment sur Jean Delville, Charles Filiger ou Elisàr von Kupffer). À paraître chez Brepols Publishing, la publication de sa thèse soutenue en 2015 à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne revisite les sources artistiques de l’androgynie masculine dans ses liens avec les cultures queer fin de siècle.

Visuel : Wilhelm von Gloeden, Photographies publiées dans Der Eigene, n°2, 1903, diverses pages, collection privée.

Appel à contribution : Images scientifiques/images artistiques : croisements méthodologiques

Images scientifiques/images artistiques : croisements méthodologiques

Numéro dirigé par Andrea Pinotti et Giuseppe Di Liberti

Date limite de remise des propositions (3000 signes maximum) : 15 septembre 2019 ; remise des articles (55000 signes maximum) : 15 décembre 2019. Envoi des propositions à Giuseppe Di Liberti (giuseppediliberti@gmail.com) et Andrea Pinotti (andrea.pinotti@unimi.it)

Langues acceptées pour les propositions : français, anglais, espagnol, allemand, italien.

Langues acceptées pour les articles : français et anglais.

Dans son texte de 1999, The Domain of Images, James Elkins indiquait dans le vaste domaine des images non-artistiques – c’est-à-dire toutes les images produites au-delà du concept moderne et occidental d’art – un groupe d’images (graphiques, diagrammes, cartes, atlas, timbres, dessins techniques, images scientifiques) dites informationnelles (informational images) dont la finalité principale est la transmission d’informations. D’après Elkins l’histoire de l’art avait souvent pris en compte ces images pour déterminer les sources iconographiques des images artistiques. L’histoire de l’art les avait bien plus rarement considérées du côté de l’analyse du style, des formes de représentation ou de l’expressivité. Continuer la lecture