Archives par étiquette : politique

Parution du hors-série 6 : Images émancipatrices

Images re-vues est heureuse de vous annoncer la sortie de son hors-série 6 :

Images émancipatrices

 

coordonné par Thomas Golsenne et Chloé Maillet

Sommaire

Historien·ne·s émancipé·e·s, par Thomas Golsenne et Chloé Maillet

L’ostracisme en image. Les graffitis sur les ostraca athéniens, par Jean-Noël Allard

Biographie d’une image de la démocratie athénienne : compte-rendu du livre de V. Azoulay, Les tyrannicides d’Athènes. Vie et mort de deux statues, par Elise Lehoux

L’organisation des signes religieux et l’esprit impérial de certains rabbins de l’Antiquité / The Organization of Religious Signs and the Imperial Mind of Some Early Rabbis, par Ron Naiweld

Les Monstres des hommes. Ou trente-sept pages et quarante-huit images pour rendre la voix des subalternes du XIIIe siècle, par Pierre-Olivier Dittmar

Libérer les images : compte-rendu critique de Horst Bredekamp, Théorie de l’acte d’image, la découverte, 2015, par Thomas Golsenne et Chloé Maillet

La Révolution, les fêtes et leurs images. Spectacles publics et représentation politique (Paris, 1789-1799), par Guillaume Mazeau

Images de femmes libres. Pour une histoire esthétique des idées politiques, par Stefania Ferrando

Une histoire de marionnettes. Variations sur Simone Pianetti (1858- ?), par Riccardo Giacconi et Andrea Morbio

Ecrire des images, par François Aubart

Dessiner pour agir : graphisme et politique dans l’espace public, par Francesca Cozzolino

Parcourir les histoires de l’art non-linéaires : les études du British Black Art par Sophie Orlando / Navigating Non-Linear Art Histories : Sophie Orlando’s Case Studies of British Black Art, par Ella S. Mills

légende image :

Peinture réalisée par un·e paysan·ne maya-tseltal de la région autonome zapatiste de Morelia pour l’exposition Un mundo donde quepan muchos mundos. Peintures zapatistes du Chiapas à la galerie La salle principale, Paris, 1er juin – 28 juillet 2018.

Paris, collection particulière

Séminaire de février 2016 : Pierre-Olivier Dittmar et Maud Perez Simon

Maud Perez-Simon, Pierre-Olivier Dittmar

« Je est un monstre »
 
Cannibalisme aristocratique et monstruosité politique dans Les Monstres des hommes 
(BnF fr. 15106)
11 Février 2016
INHA, 2 rue Vivienne, 75002 Paris
Salle Fabri de Peiresc
10h-12h
entrée libre
image002
Au XIIIe siècle un auteur qui nous est resté inconnu écrit un bestiaire monstrueux moralisé en vers. Surprenant, cet ouvrage l’est à plusieurs égards. La rhétorique et la langue de ce texte très particulier ont toujours été dénigrées par la critique, il en va d’ailleurs de même pour les images, alors que sa geste, à la fois violente et sensuelle, multipliant les adresses au lecteur et les performances verbales, donne un incroyable sentiment de présence. L’originalité du texte est aussi de proposer une moralisation politique et sociale des monstres d’Orient grâce à une structure rhétorique très ferme : les vrais monstres sont les hommes d’occident, et plus particulièrement les nobles. L’ouvrage est un véritable appel à la révolte, rappelant l’origine commune de tous les hommes, descendant l’Adam, et dénigrant tous les puissants, des nobles (cannibales) aux avocats et même au pape.
Dans ce manuscrit, la rhétorique est constituée du verbal et du visuel, grâce à leur mise en regard constante. L’auteur joue à plusieurs reprises sur l’étymologie et sur l’ambivalence du terme monstre, comme dans la phrase suivante : « Mais, encore un instant ! Je veux parler d’un autre monstre, que bientôt je vous monstre, en parole et en peinture ». Le « monstre » est celui qui est là pour nous « montrer » quelque chose, il participe donc à la dé-monstration.
Maud Perez-Simon est maîtresse de conférences en littérature médiévale à l’Université Sorbonne-Nouvelle Paris 3, spécialiste du rapport texte-image. Elle a publié Mise en roman et mises en images, les manuscrits du Roman d’Alexandre en prose, Champion 2015.
Pierre-Olivier Dittmar est maître de conférences en anthropologie médiévale à l’EHESS, spécialiste de l’animalité et des images médiévales. Il a notamment publié avec Gil Bartholeyns et Vincent Jolivet, Image et transgression au Moyen âge, Paris, Presses Universitaires de France (Lignes d’Art), 2008
Ils préparent ensemble l’édition de Les monstres des hommes, nouvelle édition et traduction du BnF fr. 15106, à paraître chez Champion classique
Image : Bnf, ms français 15106,  f.12
Dans le cadre du séminaire d’Images Re-vues : Image, crise, politique, dirigé par Thomas Golsenne et Chloé Maillet.

Séminaire du 5 novembre : La Biennale de Venise

5 novembre 2015

INHA, salle Fabri de Peiresc

10h – 12h

photo :The Biennalist http://biennalist.blogspot.com.br

All the World’s Futures.

La 56e Biennale de Venise.

Présentation et débat proposés par

Thomas Golsenne

 

« La 56e Exposition de la Biennale de Venise 2015 utilisera comme Filtre la trajectoire historique que la Biennale elle-même a parcourue pendant ses 120 ans d’existence ; un Filtre à travers duquel il sera possible de réfléchir à l’actuel “état des choses” et à l’“apparence des choses”. La question principale posée par l’exposition est la suivante : de quelle façon les artistes, les philosophes, les écrivains, les compositeurs, les chorégraphes, les chanteurs et les musiciens, à travers des images, des objets, des paroles, des mouvements, des actions, des textes et des sons, peuvent rassembler des publics pour les faire écouter, réagir, se rassembler et parler, afin de donner un sens aux soubresauts de ce temps ? Quels matériaux symboliques et esthétiques, quels actes politiques ou sociaux seront produits dans cet espace dialectique de références pour donner forme à une exposition qui refuse d’être confinée aux limites des modèles conventionnels d’exposition ? Dans All the World’s Futures le curateur lui-même, avec les artistes, les activistes, le public et les participants en tout genre seront les protagonistes centraux de l’orchestration ouverte de ce projet. »

Okwui Enwezor, curateur de la 56e Biennale de Venise

 

Okwui Enwezor (né en 1963 à Calabar, Nigéria) est un des plus grands commissaires d’exposition à l’heure actuelle. Après un diplôme en sciences politiques à la New Jersey City University, il a beaucoup fait pour développer la reconnaissance de l’art africain sur la scène mondiale. Il a fondé le Journal of Contemporary African Art et organisé de nombreuses expositions dans ce domaine, notamment The Short Centiry : Independence and Liberation Movements in Africa, 1945-1994 (2002, New York). Il a dirigé plusieurs biennales internationales marquantes, comme la Documenta 11 (2002, Kassel), La Triennale. Intense proximité (2012, Paris).

Thomas Golsenne est historien et théoricien de l’art, professeur d’histoire des arts visuels à la Villa Arson à Nice, membre du comité de rédaction d’Images Re-vues.

 

Dans le cadre du séminaire d’Images Re-vues 2015/2016 : Images, art, crise

INHA, 2 rue Vivienne, 75002 Paris

Entrée libre